Michea Jacobi vous présente
Les Nouvelles heures marseillaises

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 24

Chronique
le 6 Fév 2021
1

Dans les pas d'Horace Bertin, Michéa Jacobi traverse Marseille en 24 heures, à travers ses personnages dispersés aux quatre coins de la ville. Après deux ans de ce feuilleton, la boucle est bouclée et voici venu l'épisode conclusif.

Résumé des épisodes précédents : c’est fait, 24 heures se sont écoulées. Tous les personnages de cette histoire : Luc et Marc, les supporters de l’OM venus de l’autre bout de la France, les chauffeurs de la Régie des Transports, Bernadette, la femme de ménage pour édifices religieux, Kliffa le clochard, Jacques Santiago, l’écolier intermittent, Iliès et Angelina Mejdoub, les pêcheurs côtiers, Reboul le retraité, ferment le ban.

Ils sont installés dans le wagon encore éteint. Seuls les carreaux blafards du centre de tri postal et le panneau lumineux qui signale le Réfectoire des Roulants leur indiquent qu’il existe encore quelque chose en dehors de leur compartiment.

Ils somnolent. Des ombres passent le long de leur wagon. Au-delà, la ville n’est plus qu’une abstraction.

Le dernier travesti du boulevard de la Libération embrasse son feu rouge et va se coucher. Les premiers engins du nettoyage s’amènent.

Plus personne dans la cabine téléphonique. L’absence est chose acquise, il est trop tard pour appeler.

Les Mejdoub rentrent chez eux main dans la main et trouvent le petit Jacques sur le seuil, les yeux écarquillés. Ils l’avaient presque oublié. Ça ne fait rien : ils le cajolent, ils le rassurent et remettent à plus tard le couronnement de leurs retrouvailles.

Passent la lumière jaune d’un convoi qui entre en gare, puis, dans le couloir, le pas d’un employé de la compagnie qui s’attarde au bout de la voiture. Le train s’éclaire enfin.

Luc ouvre un œil. Du silence incertain, Marc essaie d’extraire un bruit qui pourrait appeler au départ : un choc des tampons, un appel, un coup de sifflet.

Mais rien n’arrive que les éclats lointains d’une dispute ponctuée de coups sourds.

Le clochard est resté sous le hall de Saint-Charles. Il essaie vainement de soutirer une canette de bière à un automate. Mais il ne réussit à faire dégringoler que des boîtes de Coca. Alors, il donne des coups de pied et injurie longuement la machine, puis il tente à nouveau le coup. Toutes les pièces qu’on lui a données vont y passer, c’est certain.

Le train démarre.

Au rythme lent des premières traverses, défilent les silhouettes fantomatiques des immeubles du premier rang : trois fenêtres, encore trois, encore trois. Parfois, tout imprégnés d’obscurité, des sureaux, des figuiers, des vernis du Japon viennent interrompre le cortège. Parfois c’est une grande lumière qui apparaît entre deux séries de bicoques : des bureaux qu’on nettoie avant l’arrivée des employés, un stade qu’on a oublié d’éteindre.

Les deux voyageurs ont collé leur regard à la vitre du train. Ils scrutent l’aube noire, ils rivalisent d’attention. Pas un trottoir désert, pas un réverbère ne leur échappe. Comme s’il y avait quelque chose à espérer de cette lente sortie de l’agglomération, quelque chose à retenir. Mais rien ne leur est donné. C’est seulement lorsqu’ils seront loin que la ville consentira à s’éveiller.

Bientôt c’est la banlieue qui pousse contre la nuit le ciment de ces cités.

Là-bas, dans un de ces immeubles, habite Bernadette : elle est déjà levée, déjà propre, déjà prête à y aller. Son chauffeur aussi est prêt à partir. Et tous les chauffeurs de tous les numéros ont rejoint ou rejoignent leur poste : celui des Escourtines qui appelle ses passagers : sa ramasse, celui de la Busserine qui distingue entre eux les poissons de roche et les poissons de haut-fond, celui de la Marine qui est une dame blonde, toujours affable, toujours sereine.

Viennent les lumières de l’Estaque et celle du port, puis le calcaire blanc du massif d’où monte une nuit opaque et fière, toute revigorée de s’être débarrassée de la ville. Convaincus, autant par l’obscurité que par le balancement désormais puissant et régulier de leur voiture, Marc et Luc détachent le nez du paysage, cherchent une position propice au repos, et s’endorment aussitôt qu’ils l’ont trouvée.

Loin de là un homme se réveille mécaniquement. Il regarde le cadran. Il sent derrière les persiennes le mistral qui s’est levé. Il n’ira pas à la pêche. Aujourd’hui, les Parisiens du quai de Malmousque pourront dormir tranquilles.

 


Les épisodes précédents

Les nouvelles heures marseillaises | Épisode 1

Chronique
8

Cinq heures du matin Dans le petit port de Malmousque, un pêcheur qui depuis longtemps n’a plus dix-huit ans met en marche le moteur...

Les nouvelles heures marseillaises | Épisode 2

Chronique
0

Les principaux personnages (par ordre d'entrée en scène)  Maurice Reboul : retraité (il partage son temps entre pêche et jardin) Les chauffeurs de la Régie des Transports Bernadette...

Les Nouvelles Heures marseillaises : Épisode 3

Chronique
0

Résumé des épisoses précédents : À cinq heures, tandis que Reboul partait à la pêche, les chauffeurs de la RTM se sont installés sur les...

Les Nouvelles Heures marseillaises : épisode 4

Chronique
1

 Résumé des épisodes précédents : À cinq heures, tandis que Reboul partait à la pêche, les chauffeurs de la RTM se sont installés sur les...

Les Nouvelles Heures marseillaises : épisode 5

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Ça y est Marseille est réveillée pour de bon. Bernadette, la femme de ménage de la Savine en est...

Les Nouvelles Heures marseillaises : épisode 6

Chronique
2

Résumé des épisodes précédents : Bernadette est à ses ménages, les supporters originaires de Toul vont embarquer vers le Frioul, le clochard Kliffa et le...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 7

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Jacques, le petit gitan qui s’est abstenu d’aller à l’école, et Arnold Kliffa, le clochard qui sollicite les passants en...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 8

Chronique
1

Résumé des épisodes précédents Le clochard Kliffa et le petit Jacques sont allés vers le bout de la corniche. L’un s’est réfugié dans l’antre d’un...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 9

Chronique
0

En 1876, le journaliste Horace Bertin publiait un délicieux ouvrage intitulé Les Heures marseillaises. Il offrait aux lecteurs, heure après heure, vingt-quatre croquis de sa ville. Cent quarante-deux ans plus tard, Michéa Jacobi reprend le principe et en fait un véritable feuilleton : Les nouvelles Heures marseillaises.

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 10

Chronique
1

Quatorze heures Résumé des épisodes précédents Quittons les supporters venus de Toul errant dans la ville, les amants de la sieste et ceux du pastis, et...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 11

Chronique
0

Quinze heures Résumé des épisodes précédents Mme cingratti (des Catalans) est arrivée au cimetière Saint-Pierre, le petit Jacques Santiago aussi. Les supporters venus de Toul continuent...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 12

Chronique
0

Seize heures Résumé des épisodes précédents : Nous avions laissé la belle Angelina Mejdoub au stade de Burel (où elle entraîne les poussins et les minimes),...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 13

Chronique
0

Dix-sept heures Résumé des épisodes précédents : Angelina Madjoub, poissonnière et footballeuse a rejoint son amant, le clochard Arnold Kliffa est aux courses à Borély,...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 14

Chronique
0

Dix-huit heures Résumé des épisodes précédents : Où en est Marseille à 6 heures du soir ? Une dame qui a recueilli un gosse errant le ramène chez...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 15

Chronique
0

Dix-neuf heures Résumé des épisodes précédents : Les Mejdoub ont recueilli le petit Jacques, les supporters venus de Toul sont au stade, les autres personnages de...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 16

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Les Nouvelles heures marseillaises ont été écrites il y a quelques années déjà. Le temps des confinements sanitaires était encore...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 17

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : La nuit continue de tomber sur Marseille. Une Marseille d’autrefois, quand il y avait des cabines téléphoniques et que...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 18

Chronique
1

Résumé des épisodes précédents : Le petit Jacques Santiago a trouvé refuge chez Iliès et Angelina Mejdoub. Ces hôtes sont partis au match et...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 19

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Le match est plié, il pleut doucement sur Marseille, la nuit promet d’être belle. Vingt-trois heures Le football terminé, c’est toute...
video

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 21

Chronique
1

Une heure du matin Dans son T1 de l’avenue de La Canebière – 3 m2 au sol, 3,60 m sous arcade, entièrement ouvert sur la...
video

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 22

Chronique
0

Deux heures Entre Notre Dame et le Roucas, il y a une grande coupure. C’est la trace de la carrière d’où a été extraite une...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 23

Chronique
2

Trois heures Les deux supporters de Toul dérivaient dans la ville après avoir assisté au match, Arnold le clochard dormait sous un wagon, Angélina Mejdoub...

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Fraelnij Fraelnij

    Toujours aussi magnifiques, poetiques, on les suit avec délectation.
    Et ces illustrations,sont des oeuvres d art absolues, J adore .
    Chères chroniques vous allez me manquer !
    Où les retrouver en livre ?
    Merci Michea, merci marsactu
    Fra h

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire