Les nouvelles heures marseillaises : épisode 17

Chronique
le 13 Juin 2020
0

En 1876, le journaliste Horace Bertin publiait un délicieux ouvrage intitulé Les Heures marseillaises. Il offrait aux lecteurs, heure après heure, vingt-quatre croquis de sa ville, du Nord au Sud. Cent quarante-deux ans plus tard, Michéa Jacobi reprend le principe et en fait un véritable feuilleton : Les nouvelles Heures marseillaises.

Illustration : Michéa Jacobi

Illustration : Michéa Jacobi

Résumé des épisodes précédents : La nuit continue de tomber sur Marseille. Une Marseille d’autrefois, quand il y avait des cabines téléphoniques et que le boulevard Longchamp était éclairé a giorno. La rue appartient déjà aux clochards, aux travestis et aux âmes errantes.

Vingt et une heures

Une sorte de brume s’est alliée au soir pour faire une lumière orange.

Les trottoirs sont vides.

Marseille appartient au vrombissement des scooters qui livrent leurs pizzas.

Comme le match n’est pas bon, le stade semble accentuer encore l’impression de désert et d’ennui. C’est comme si cette immense cuvette absorbait le silence de toute la cité, le rendait plus intense encore et le renvoyait vers chaque rue, vers chaque place.

Les cafés, qui, pour la plupart, ont cédé à la passion du football, sont anormalement calmes. Aucune exclamation, aucun bon mot, aucun râle de désespérance. Les olympiens n’ont même pas d’occasion de marquer.

Chez Norberto, la fête est finie et Kliffa, ayant claqué toute son oseille, a été, selon l’usage, expulsé sur le trottoir.

Il a tangué un moment devant les raisins et les poires. Puis il s’est assis et il a regardé les enfants de l’épicier replier l’étalage. À la lumière de leur boutique, ils empilaient les cageots, les couvraient d’une bâche et faisaient rouler les présentoirs à l’intérieur. Lui, il essayait de leur parler mélangeant dans une langue plus que pâteuse les t’y as pas un soleil ? et les tu veux un coup de main, fils ? C’était pour la forme : il était saoul, il s’en foutait. Rhéda est venu vérifier l’achèvement des opérations de rangement et il a tiré lui-même le rideau de fer. Le fracas de la tôle a fait sursauter Arnold. Alors il est parti, vaille que vaille, vers le plus proche de ses domiciles infixes.

Illustration : Michéa Jacobi

Maintenant il zigzague sur le pavé inégal et largement rapetassé du boulevard Longchamp. La progression est difficile, mais Dieu que l’éclairage est puissant. Deux longues lignes de néons courent en effet au-dessus de sa tête, qui transforment la promenade en une sorte de couloir d’hôpital en plein air et semblent imposer au clochard de marcher droit. Peine perdue. Les pastis ont totalement endommagé ses fonctions d’équilibre et de rectitude. Au moins l’éclairage lui permet-il d’identifier les quelques âmes qu’ils rencontrent.

La première est muette et diserte à la fois, immobile et agitée en même temps. Lumineuse dans la lumière, elle se tient toute droite au milieu d’une sorte d’aura hexaédrique, une conque placée entre l’oreille et la bouche. Tantôt elle est véhémente, tantôt elle baisse l’échine, comme assommée, mais jamais elle ne semble sensible à ce qui se passe autour d’elle. Oui, elle paraît comme coupée du reste du monde et c’est pour cela que Kliffa lui tourne autour, inquiet de la voir si abstraite, et faisant des grands gestes et des grimaces pour essayer de la soustraire à cette espèce d’irréalité dans quoi elle semble se complaire. Le manège dure comme ça quelques minutes, mais, à la fin, le type sort en fureur de la cabine téléphonique, et, retrouvant tout à coup une voix humaine, et même grasse, et même grossière, et même imprégnée d’un fort accent de Marseille, il hurle dans les oreilles d’Arnold que ça suffit comme ça et qu’on va pas l’emmerder plus longtemps. Alors le clochard, convaincu d’avoir déréglé quelque chose s’enfuit la queue entre les jambes.

Illustration : Michéa Jacobi

Déjà une autre âme l’attend. C’est un cabot qu’un maître peu scrupuleux a envoyé faire son pipi tout seul. Il profite que Kliffa se déplace avec une extrême lenteur pour engager aussitôt un travail d’inventaire exhaustif des odeurs qu’il exhale. Encoignure de porte, couverture poussiéreuse, laine humide, poil de congénère, macadam de bord de mer, galet parfumé d’écume, sauciflard, picolo, sa truffe n’en finit pas de humer les loques de l’ancien légionnaire, affolée de découvrir un assemblage si complexe, si complet, si bien accordé à la ville où il a été élaboré.

C’est un petit chien qu’Arnold rencontre en second, et nous disions que c’était une âme. Une âme inaccomplie, puisque après l’avoir bien flairé, la bête ne trouve rien de mieux à faire que d’arroser Arnold d’un mince et amical jet d’urine.

La troisième âme est à la fois moins fruste et plus agressive. C’est une haute créature perruquée, en jupe courte et bas ajourée. De longues cuisses, un cou très fort, beaucoup de fond de teint. D’emblée, elle séduit le clochard. Enfin quelqu’un de puissant, quelqu’un d’élevé dans cette nuit foireuse et déliquescente ! Et quel port, quel regard, quelle fixité ! Kliffa s’approche de la statue dans l’intention de chanter ses louanges, mais, comme les mots ne viennent pas, il ose approcher la main. Qu’a-t-il fait le pauvre néophyte ! Un flot d’injure coule à présent de la gueule de l’allégorie, devenue en un éclair une personne ordinaire et mauvaise. Le clochard s’enfuit.

La dernière âme, celle vers laquelle il court à présent, est sans doute celle qui lui est la plus proche, la plus familière. Sa silhouette, là-bas tout au bout de l’avenue, ressemble à certains moments à celle d’une danseuse et à d’autres à celle d’un ours. C’est un type qui fait des pointes pour arriver à extraire quelques précieux chiffons du ventre d’un wagonnet à ordures.

Et là, c’est bien une âme sœur, c’est bien son âme même, que Kliffa reconnaît.

Les nouvelles heures marseillaises | Épisode 1

Chronique
8

Cinq heures du matin Dans le petit port de Malmousque, un pêcheur qui depuis longtemps n’a plus dix-huit ans met en marche le moteur...

Les nouvelles heures marseillaises | Épisode 2

Chronique
0

Les principaux personnages (par ordre d'entrée en scène)  Maurice Reboul : retraité (il partage son temps entre pêche et jardin) Les chauffeurs de la Régie des Transports Bernadette...

Les Nouvelles Heures marseillaises : Épisode 3

Chronique
0

Résumé des épisoses précédents : À cinq heures, tandis que Reboul partait à la pêche, les chauffeurs de la RTM se sont installés sur les...

Les Nouvelles Heures marseillaises : épisode 4

Chronique
1

 Résumé des épisodes précédents : À cinq heures, tandis que Reboul partait à la pêche, les chauffeurs de la RTM se sont installés sur les...

Les Nouvelles Heures marseillaises : épisode 5

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Ça y est Marseille est réveillée pour de bon. Bernadette, la femme de ménage de la Savine en est...

Les Nouvelles Heures marseillaises : épisode 6

Chronique
2

Résumé des épisodes précédents : Bernadette est à ses ménages, les supporters originaires de Toul vont embarquer vers le Frioul, le clochard Kliffa et le...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 7

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Jacques, le petit gitan qui s’est abstenu d’aller à l’école, et Arnold Kliffa, le clochard qui sollicite les passants en...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 8

Chronique
1

Résumé des épisodes précédents Le clochard Kliffa et le petit Jacques sont allés vers le bout de la corniche. L’un s’est réfugié dans l’antre d’un...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 9

Chronique
0

En 1876, le journaliste Horace Bertin publiait un délicieux ouvrage intitulé Les Heures marseillaises. Il offrait aux lecteurs, heure après heure, vingt-quatre croquis de sa ville. Cent quarante-deux ans plus tard, Michéa Jacobi reprend le principe et en fait un véritable feuilleton : Les nouvelles Heures marseillaises.

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 10

Chronique
1

Quatorze heures Résumé des épisodes précédents Quittons les supporters venus de Toul errant dans la ville, les amants de la sieste et ceux du pastis, et...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 11

Chronique
0

Quinze heures Résumé des épisodes précédents Mme cingratti (des Catalans) est arrivée au cimetière Saint-Pierre, le petit Jacques Santiago aussi. Les supporters venus de Toul continuent...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 12

Chronique
0

Seize heures Résumé des épisodes précédents : Nous avions laissé la belle Angelina Mejdoub au stade de Burel (où elle entraîne les poussins et les minimes),...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 13

Chronique
0

Dix-sept heures Résumé des épisodes précédents : Angelina Madjoub, poissonnière et footballeuse a rejoint son amant, le clochard Arnold Kliffa est aux courses à Borély,...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 14

Chronique
0

Dix-huit heures Résumé des épisodes précédents : Où en est Marseille à 6 heures du soir ? Une dame qui a recueilli un gosse errant le ramène chez...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 15

Chronique
0

Dix-neuf heures Résumé des épisodes précédents : Les Mejdoub ont recueilli le petit Jacques, les supporters venus de Toul sont au stade, les autres personnages de...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 16

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Les Nouvelles heures marseillaises ont été écrites il y a quelques années déjà. Le temps des confinements sanitaires était encore...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 17

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : La nuit continue de tomber sur Marseille. Une Marseille d’autrefois, quand il y avait des cabines téléphoniques et que...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 18

Chronique
1

Résumé des épisodes précédents : Le petit Jacques Santiago a trouvé refuge chez Iliès et Angelina Mejdoub. Ces hôtes sont partis au match et...

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 19

Chronique
0

Résumé des épisodes précédents : Le match est plié, il pleut doucement sur Marseille, la nuit promet d’être belle. Vingt-trois heures Le football terminé, c’est toute...
video

Les nouvelles heures marseillaises : épisode 21

Chronique
1

Une heure du matin Dans son T1 de l’avenue de La Canebière – 3 m2 au sol, 3,60 m sous arcade, entièrement ouvert sur la...

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Michea Jacobi
Michéa Jacobi est graveur et écrivain. Il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages. Chroniqueur à Marseille l’Hebdo pendant plus de dix ans, il a rassemblé ses articles dans un recueil intitulé Le Piéton chronique (Éditions Parenthèses) et il a écrit pour le même éditeur une anthologie littéraire Marseille en toutes lettres.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire