Deux ans après le drame, la rue d’Aubagne s’entrouvre

Actualité
le 28 Oct 2020
5

Ce mardi, des engins ont libéré le haut de la rue d'Aubagne des grilles installées depuis les effondrements. Désormais la stabilité des immeubles permet de rétablir la circulation piétonne dans cette partie de l'artère.

Patrick Amico et Sophie Camard soulèvent symboliquement les grilles qui barraient la rue d'Aubagne. Photo : BG.

Patrick Amico et Sophie Camard soulèvent symboliquement les grilles qui barraient la rue d'Aubagne. Photo : BG.

“Je savais qu’on avait été élus pour lever des barrières”. Ce mardi matin, la maire de secteur Sophie Camard et l’adjoint chargé de l’habitat, Patrick Amico jouent les forts à bras devant les objectifs et caméras, en soulevant les barrières qui fermaient jusque-là le haut de la rue d’Aubagne. Depuis ce mercredi, cette partie de […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. 236RogerSalengro 236RogerSalengro

    Bravo!
    Symbole fort qui redonne espoir aux délogés et aux petits propriétaires qui respectaient la dignité de leur locataire et qu’on tente de spolier.

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Joli coup de com, mais l'”espoir” viendra surtout de la volonté d’aller au bout avec ou sans “les autres” qui ne manqueront pas de mettre les bâtons dans les roues. Va falloir slalomer entre les compétences pour éviter les “barrières”.

      Signaler
  2. Danièle Jeammet Danièle Jeammet

    Camard et d’Amico qui posent avec leurs barrières, c’était nécessaire ?

    Signaler
    • 236RogerSalengro 236RogerSalengro

      Une image vaut mille mots

      Signaler
  3. saveria555 saveria555

    Coupe gorge, zone de non droit…ce serait bien que les élus du Printemps marseillais n’emploient pas les mêmes termes que leurs homologues de droite, voire d’extrème droite, et surtout qu’ils se donnent les moyens d’objectiver une situation. La réponse policière est un peu courte.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire