À Marseille, une crise sociale impossible à mesurer et partie pour durer

Actualité
le 7 Mai 2020
4

Le confinement a crûment mis au jour la pauvreté de dizaines de milliers de foyers marseillais qui subsistaient d'ordinaire avec des emplois précaires ou au noir. L'ampleur de la demande alimentaire et les nombreuses initiatives qui sont nées pour y répondre en ont été le révélateur.

Une salle de conférence de la fac Saint-Charles devenue stockage pour l'aide aux étudiants. Photo : Pierre Isnard-Dupuy

Une salle de conférence de la fac Saint-Charles devenue stockage pour l'aide aux étudiants. Photo : Pierre Isnard-Dupuy

« À chaque fois que les gens étaient dans des situations fragiles ou limites, le confinement les a fait brutalement basculer ». Le constat vient d’une petite cité du 10e arrondissement, Saint-Thys. Là, comme dans beaucoup d’autres quartiers, la solidarité entre voisins a été le premier rempart pour contenir une misère qui a sidéré aux quatre coins […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Bibliothécaire Bibliothécaire

    Bonjour,

    au-delà des cagnottes leetchi and co, y-a-t-il un moyen d’aider ces structures par des dons permanents ?

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Bonjour, pour ce qui est des grosses structures (Secours Populaire, Secours Catholique, Restos du Coeur, Banque alimentaire…) il y a bien sûr des façons de faire des dons réguliers via leurs sites internets. En revanche, pour ce qui est des plus petites structures, la plupart ne sont même pas constituées en associations, donc les cagnottes en ligne restent le principal moyen de les soutenir, avec les dons de produits bien sûr…

      Signaler
    • ANGIE13 ANGIE13

      « Il ne faudrait pas que des grandes structures sociales qui ont déserté le terrain reprennent la main sans reconnaître ce qui a été fait. Ce sont les travailleurs sociaux qui sont venus nous demander de l’aide pendant ces semaines. Il faudra rendre justice aux petites structures », prévient-il.
      Commentaire si juste, les grandes structures associatives nationales ont pris le train en retard et agissent ponctuellement, juste pour les médias et l’appel aux dons, ce sont des machines à fric, Coluche doit se retourner dans sa tombe…

      Signaler
  2. niki niki

    petite précision concernant la trêve hivernale, elle va être de nouveau prolongée jusqu’au 31 juillet 2020 (annonce de Julien Denormandie le 7/05).

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire