Depuis le 9/10, Lionel Royer-Perreaut veut croire au sursaut des électeurs de droite

Reportage
le 26 Juin 2020
13

Dans ce secteur du sud-est de Marseille, Lionel Royer-Perreaut mise sur les réserves de voix que la crise sanitaire a éloigné des urnes. Pour cela, il laboure le terrain, en espérant tirer son épingle du jeu là où d'autres maires sortants sont clairement menacés.

Lionel Royer-Perreaut en campagne avec sa binôme Emmanuelle Charafe.

Lionel Royer-Perreaut en campagne avec sa binôme Emmanuelle Charafe.

Ce coin du Cabot tient plus de l’allégorie du quartier que de la carte postale. Un parking gardé dessert des commerces en L, le long du boulevard du Redon. De part et d’autre alternent les tours et les arbres des grands ensembles fermés. Au fond, la barre de la Rouvière surplombe ce fief de la […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pussaloreille Pussaloreille

    Ah ! Ah ! « pousser l’analyse au mépris de la chaîne du froid » !! Bravo pour cet article qui joint l’utile à l’agréable (on s’y croirait).

    Signaler
    • Happy Happy

      J’ajoute mes félicitations aux vôtres. J’aime beaucoup le style de Benoît Gilles, il y a du fond, un talent pour peindre une ambiance et juste la pointe de malice qui va bien, à distance du sarcasme ou du dénigrement partisan.

      Signaler
    • guillaume-origoni guillaume-origoni

      Oui, c’est. vrai, il dit beaucoup de chose avec un style qui roule bien…il cueille le lecteur avec son récit mais n’oublie pas de l’informer.

      Signaler
  2. Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

    Guy Teissier,
    Lionel Royer-Perraut,
    et l’école et les bureaux de vote Coin-Joli sont toujours pas accessibles aux handicapés.

    Signaler
    • Amusernameatleast Amusernameatleast

      J’abonde avec le reste des commentateurs, bon papier, le ton de la campagne bien restitué en laissant les intéressés s’exprimer. Ah oui, la cerise sur le gâteau, le golf de borelly en sursis … Drame à la Panouse. Les motivations d’une partie de la bourgeoisie marseillaise…

      Signaler
  3. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Impressionnant, tout de même, ce procès en illégitimité fait en permanence à la gauche par ces gens bouffis de suffisance. Grenoble « détruit en un mandat » ? On va attendre ce qu’en disent les électeurs grenoblois, sans doute plus compétents pour en juger qu’un retraité marseillais. Vu l’état de la ville de Marseille après 25 ans de « gestion » très approximative par la droite locale, il n’est pas sûr que celle-ci ait des leçons à donner.

    Signaler
    • matbusnel matbusnel

      surtout quand on connait la situation d’autres villes de gauche que sont Rennes et Nantes qui cartonnent d’un point de vue économique tout en alliant ça avec des pratiques plutôt respectueuses de l’environnement. Faudrait qu’ ils sortent un peu de Marseille ces élus.

      Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Ce qui est genial avec cette équipe qui nous parle de gestion c’est que aucun n’a géré quoi que ce soit. Bien sûr à part leurs carrières, leurs portefeuilles en Suisse, leurs appartements pourris loués à des pauvres gens sur le dos de la CAF.
    Pour le reste je dépense et j’emprunte, et j’embauche, et je clientelise.
    Et quand je plante mon entreprise je vais voir mon godinou pour qu’il me trouve un job à la mairie.
    Sans oublier la famille et les amis.
    Ce n’est plus à ce stade là de la gestion municipale mais de la gestion de patrimoine.
    Allez virez moi toutes ces j’en foutre

    Signaler
    • Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

      Martine Vassal a géré l’entreprise de son père.
      Avec quel résultat ?

      Signaler
  5. Rémy D Rémy D

    Grenoble détruit en un mandat !!!
    Et ce sont des élus aux commandes depuis 25 ans qui osent dire cela alors que c’est bien à Marseille que les immeubles s’effondrent, c’est bien ici qu’il y a eu 8 morts le 5 novembre 2018, c’est bien ici qu’hier le balcon d’un bâtiment propriété de la Ville est tombé sur le trottoir et qu’il aurait pu tuer ou blesser quelqu’un.
    C’est bien à Marseille que la chambre régionale a fait 2 rapports accablant, c’est bien à Marseille qu’une ancienne élue, recasée au Cabinet pléthorique du Maire malgré le dépassement de la limite d’âge, a égaré sa voiture de fonction !!!
    Regarder votre bilan messieurs !

    Signaler
  6. PierreLP PierreLP

    Ah Grenoble ; la ville de ce bon monsieur Carignon, semble nous dire Lionel Royer Perreaut. Détruite en un mandat ? comme c’est curieux, Eric Piolle a eu 46% des voix au premier tour…
    Marseille ? Ecoutez donc des connaisseurs du système, comme Annette Placide, qui ont -eenfin- quel était de système pourri qui veut faire voter des malades d’Alzheimer

    Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Cher Ramondou Jean Pierre. Elle a baissée le rideau de l’entreprise de papa et puisque ce dernier était copain comme cochon avec Gaudin on a recasé la fifille

    Signaler
  8. Pitxitxi Pitxitxi

    Parmi cette litanie d’arguments politiques foireux et de pensées rances, j’ai quand même envie de retenir une phrase : « Vous voyez que sans nous, les gens vont vite vers le Front. »

    En gros, au lieu de combattre leurs idées, on les récupère à notre compte. Et c’est à ces gens-là que la gauche veut encore appeler à voter pour eux dans le cadre du « barrage républicain » ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire