Dans les six mois précédant l'élection municipale, les collectivités sont censées mettre le holà sur la communication. Magazines, pubs, boîtage, visites ministérielles : en funambules sur une ligne de légalité, des candidats n'hésitent pas à recourir aux moyens de leurs collectivités ou à associer leur image avec celle du gouvernement.

Un appel à voter pour sa candidate Martine Vassal (LR) lors des vœux à la population. Vendredi soir, au parc Chanot, Jean-Claude Gaudin a posé de manière fracassante la question de la frontière entre communication publique et propagande électorale. Dénoncée cette fois-ci par Bruno Gilles, candidat dissident, l’utilisation des moyens d’une collectivité dans l’optique des municipales fait l’objet d’interpellations régulières. Marsactu fait le point sur certains exemples litigieux.

Un magazine ?

En septembre 2019, le retrait en urgence du numéro d’été du magazine Accents de Provence avait illustré la sensibilité du sujet. Cette date marquait l’entrée dans la période de six mois avant l’élection, où le cadre se durcit, notamment l’absence de « campagne de promotion publicitaire des réalisations ou de la gestion d’une collectivité ». Marsactu avait alors raconté comment les services de Martine Vassal au conseil départemental avaient jugé que le numéro, par la présence importante de l’élue et la présentation très laudatrice de son action, aurait pu être vu comme une entorse à ces règles.

Une pub dans le métro ?

Outre ce cas d’école d’Accents de Provence et l’exemple des vœux, le troisième principal écueil des candidats se situe au niveau de la publicité, qu’elle soit dans les journaux ou dans l’espace public. De par son rôle à la tête de deux institutions majeures, c’est Martine Vassal qui est naturellement la plus concernée.

Parmi les campagnes récentes, celle menée dans le métro de Marseille autour de la sécurité semble la plus susceptible d’avoir franchi la ligne. Elles sont installées sur les panneaux traditionnels sur les quais mais aussi dans les rames, mimant le visuel des plans de ligne. Les affiches vantent « des mesures fortes. Le département et la métropole améliorent votre sécurité dans le métro marseillais. » Le « terminus », écrit en gras, fait la promotion de la « nouvelle patrouille de 20 policiers municipaux dédiée aux transports ». Une mesure emblématique qui avait été annoncée dans des conditions particulières : la présidente de la métropole, autorité organisatrice des transports, l’avait dévoilée en juin, soit cinq mois avant que le conseil municipal de Marseille, compétent en matière de police municipal, ne la valide.

Dans son guide sur le sujet, l’association des acteurs de la communication publique Capcom explique que le juge apprécie les cas concrets à partir d’« un ensemble d’éléments constituant un faisceau d’indices ». Qualifiant l’affichage public de « danger important pour les élus candidats », un dossier du magazine spécialisé le Courrier des maires insiste sur la nécessité d’un contenu purement « informatif » ou justifié par l’actualité.

Si Martine Vassal n’apparaît pas en tant que tel dans la publicité – un autre des critères importants – le fait qu’elle se soit personnellement impliquée en faveur de cette mesure peut compter. La jurisprudence comporte un cas similaire, celui de la campagne de Jean-Paul Huchon (PS) en 2010 pour la région Île-de-France dans le métro parisien. Des affiches annonçaient alors « la Région fait grandir vos transports », montrant les chantiers récents ou en cours. Le « caractère massif » (il s’agissait de « 4 par 3 ») avait alors pesé dans la décision. Les dépenses avaient été intégrées aux comptes de campagne les faisant dépasser le plafond. Jean-Paul Huchon n’avait pas reçu de remboursement public mais l’élection n’avait pas été annulée par la justice, au vu de l’écart important avec la liste arrivée deuxième.

Contactée, la métropole nous a indiqué que la campagne avait été lancée par… le département des Bouches-du-Rhône, dont le rôle institutionnel semble se limiter au financement. Nous n’avons pas réussi à le joindre dans le délai imparti à la publication de cet article.

Un dépliant dans la boîte à lettres ?

Le courrier envoyé par Bruno Gilles depuis le Sénat. Photo DR.

S’il critique l’utilisation de moyens publics par Martine Vassal, Bruno Gilles n’a pas hésité à flirter avec les règles. En mars 2019, les électeurs marseillais ont reçu un dépliant de quatre pages vantant sa proposition de loi contre l’habitat indigne. Cette date, correspondant à son premier passage au Sénat, suffit à minorer le risque de requalification en propagande électorale. Le contenu, principalement centré autour des mesures de la proposition de loi, déborde cependant sur les axes proposés en novembre 2018 par l’élu, juste après le drame de la rue d’Aubagne, dans une posture où le candidat ne paraissait pas loin derrière le sénateur. Quant à un autre critère important : l’édition précédente de dépliants similaires, pour montrer qu’il ne s’agit pas d’une opération « spéciale », Bruno Gilles nous assure « qu’il y a eu d’autres envois » dont nous n’avons pas retrouvé trace. Il s’agit de la seule proposition de loi que Bruno Gilles ait fait voter en deux mandats.

Dans cette catégorie des boîtes à lettres, les mairies de secteur sont également à surveiller.

Une Visite ministérielle ?

Photo du compte Twitter de Christelle Dubos.

Autre classique des controverses électorales : la visite ministérielle. Une circulaire ministérielle appliquée aux élections européennes, publiée par le Figaro, estimait qu’un déplacement ne présentait « pas de difficulté », sauf s’il « a pour objet de soutenir un candidat », auquel cas « le recours à des moyens publics est prohibé ». En décembre, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur Laurent Nuñez a adopté la recette éprouvée mais tendancieuse du mix : un déplacement officiel à Aix-en-Provence, ponctué d’un passage d’une heure dans le local de campagne d’Anne-Laurence Petel pour soutenir la candidate de LREM.

Le 9 janvier 2020, le candidat à la mairie de Marseille Yvon Berland a pratiqué une variante, en apparaissant en compagnie de la secrétaire d’État auprès de la ministre des solidarités Christelle Dubos, lors d’une conférence régionale dédiée à la stratégie de lutte contre la pauvreté. Si son porte-parole Saïd Ahamada, également présent, pourrait arguer de sa qualité de député, rien dans les fonctions actuelles de la tête de liste – il n’est plus président de l’université Aix-Marseille et est médecin néphrologue à l’AP-HM – ne le destinait à participer à ce débat. « Il n’a été invité ni par nous ni par la préfecture et ce n’est pas souhaitable qu’une personne, quelle qu’elle soit se joigne à un déplacement ministériel soit y avoir été invitée« , pose le cabinet de la secrétaire d’État. Le protocole habituel veut en effet que seuls les parlementaires et les représentants des collectivités locales soient conviés.

Mais au ministère on insiste avoir « veillé au respect du cadre républicain : les échanges s’en sont tenus aux politiques publiques, sans contenu partisans et cette personne n’a pas pris la parole ». Cette affirmation est difficile à vérifier, la réunion n’ayant pas été publique, mais on peut noter, à décharge, que les participants se limitaient à une quinzaine de jeunes en insertion. Interrogée l’équipe du candidat n’a pas répondu à nos demandes de précisions. En novembre dernier, il avait déjà affiché sur les réseaux sociaux ses discussions avec la ministre de la Santé Agnès Buzyn, en visite à l’agence régionale de santé, sans hésiter à ponctuer son tweet d’un #Municipales2020.

Actualisation le 15 janvier à 16h30 avec les réponses du cabinet de Christelle Dubos

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Julien Vinzent_
Journaliste.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    Lors du déplacement de Castaner au meeting de lancement du candidat Berland, marionnette de Macron, le 18 décembre (https://marsactu.fr/enfin-lance-par-lrem-yvon-berland-veut-se-poser-en-alternative-credible-a-vassal/ ) l’avion a-t-il été payé par LREM (La Régression En Marche) ou bien le ministre a-t-il voyagé aux frais du contribuable ?

    L’agenda du Ministre de l’intérieur indique qu’il était à 15 heures au Sénat le 18 décembre et à 10 h 30 le lendemain à Issy-les-Moulineaux (https://www.interieur.gouv.fr/Le-ministre/Agenda-du-ministre/Agenda-du-16-au-22-decembre-2019 ).

    Signaler
  2. Minh Derien Minh Derien

    Certains en sont au flirt très poussé !

    Signaler
  3. Input Output Input Output

    Du flirt à l’en…age il n’y a que quelques petits centimètres…Merci à Marsactu de souligner ces pratiques, qui ne semblent pas gêner les électeurs ni la justice, puisque rien ne se passe et que ces personnes sont élues en ayant eu recours à ces pratiques…

    Signaler
  4. Input-Output Input-Output

    Et quand on reçoit ça dans sa messagerie juste avant les municipales, ça compte pour de la propagande pour LaREM, ou pas ? 😉 http://bit.ly/2RmeBXl

    Signaler
  5. barbapapa barbapapa

    Sur ces commentaires n’apparaissent pas leurs auteurs, et un lien vers un serveur situé en libye fait peur

    Signaler
  6. Régis Pioch Régis Pioch

    Mme VASSAL sous des apparences ondoyantes et « opérationnelles » reste un danger au même titre que son mentor et créateur JCG !
    La fumisterie de ce dernier, et souvent sa lâche méchanceté d’autruche ont bercé les apprentissages de la Présidente, ce qui ne peut RIEN augurer de bon pour le long terme….

    Signaler
  7. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    JCG est le suzerain le pygmalion de Mme Vassal Où trouve-t-elle ce « pognon de dingue » pour financer ses mini calendriers ,tracts qui remplissent nos boites aux lettres avant d’aller remplir ,direct dans la poubelle jaune D’où vient l’argent qui lui permet d’afficher sa binette partout?

    Signaler
  8. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    JCG est le suzerain le pygmalion de Mme Vassal Où trouve-t-elle ce « pognon de dingue » pour financer ses mini calendriers ,tracts en quadrichromie qui remplissent nos boites aux lettres avant d’aller remplir ,directement , la poubelle jaune D’où vient l’argent qui lui permet d’afficher sa binette partout?

    Signaler
  9. Numa NiNi Numa NiNi

    Et l’appropriation de l’espace public !!! Une campagne d’affichage de sa pauvre tête de « vassale » chaque jour sur la totalité des espaces d’affichage  » libre expression « au détriment de toute l’information culturelle locale et ce depuis plusieurs semaines…. Est ce légal ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire