Vassal, Berland : des campagnes sous pression sociale

Actualité
le 21 Fév 2020
12

Le candidat soutenu par La République en marche et la cheffe de file des Républicains doivent tous deux faire campagne en composant avec des rassemblements où l'on retrouve des militants CGT et gilets jaunes.

Martine Vassal entourée de ses têtes de liste.

Martine Vassal entourée de ses têtes de liste.

L'enjeu

Les candidats LR et LREM doivent faire face à des manifestations régulières qui pertubent leurs évènements de campagne, au croisement des enjeux nationaux et locaux.

Le contexte

La réforme des retraites et les tensions sociales liées à la fin de mandat de Jean-Claude Gaudin entraînent des incidents réguliers dont les candidats savent aussi jouer.

Martine Vassal se fraie un chemin au milieu des policiers qui forment un corridor à la sortie du théâtre du Gymnase où elle vient de présenter ses colistiers. Une vingtaine de fonctionnaires ont enfilé leur brassard orange en toute hâte et ont fait le court chemin depuis le commissariat de Noailles pour protéger la sortie […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Voltaire : je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrais pour que puissiez le dire.
    CGT : je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites mais je me battrais pour que vous ne puissiez pas la dire.
    Tout est dit en quarante mots.

    Signaler
    • patrick patrick

      macron : il faut être d’accord avec ce que je dis et fais et sinon fermez vos gueules

      Signaler
  2. Jacques89 Jacques89

    Harcelez! Harcelez! si vous ne savez pas pourquoi, eux ils le savent! Proverbe Gilet Jaune.

    Signaler
  3. MarsKaa MarsKaa

    Martine et les LR « on ne laissera pas cette ville tomber dans le chaos »…. ah…parcequ on n y est pas déjà, dans le chaos ? Et grâce à qui ?

    Signaler
  4. Un piéton de Marseille Un piéton de Marseille

    Avec Vassal, et bientôt la coalition Vassal-Berland, la grande majorité des marseillais sont soumis à une pression anti-sociale qui touche notamment le logement, l’école, les transports, la ségrégation urbaine, la déficience d’équipements culturels et sportifs pour la culture et le sport au quotidien pour le plus grand nombre, comme les reportages de Marsactu le montrent chaque jour.

    Et nous ne parlons pas ici des positions qu’ils soutiennent au niveau de la politique nationale antisociale de Macron-Philippe..

    Il est donc tout à fait normal que leur campagne soit sous pression sociale.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Faut aller voter, les enfants et ne pas s’abstenir. Sinon faut pas pleurer.

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Autrement dit Patrick tout dans les biscottos et rien dans la tête.

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Faute de pouvoir répondre au précédent commentaire, je dirais donc ici, qu’il y en a plein (et pas que des enfants) qui on voté Macron et qui se sont desséché à force de pleurer! Je n’aimerais pas être à leur place.

      Signaler
  6. Pascal L Pascal L

    « Il est tout à fait normal que leur campagne soit sous pression » dit « électeur du 9e » , … peut-être mais ça n’excuse en rien les intimidations, la violence et le saccage des permanences. C’est le degré zéro de la politique
    Il ne faut pas exagérer : M. Marcron n’est pas le Tsar en 1910 (il y a 10 ans personne ne le connaissait). On peut toujours dire que c’est la marionnette du capitalisme mondial, du grand patronat français, des banquiers juifs, des cosmopolites, de l’anti France, des quarante familles, que tous les média sont à sa solde …etc (barrer les mentions inutiles) mais faut pas pousser dans la nostalgie !
    Les élections sont un moment où l’on peut compter ses soutiens de manière calme et apaisée et c’est important dans une démocratie. Aussi les connards de tout bord qui pensent que si on n’est pas d’accord avec eux, on est forcément aliéné sont toujours les premiers à les remettre en question
    Qu’ils soient bruns, rouges ou extrémistes religieux, ce sont toujours les mêmes ressorts à l’œuvre. Il y a toujours des fanatiques qui se sentent légitimes à aller casser de l’opposant car dans leur tête c’est eux qu’on bâillonne. Exemple triste et récent : l’autre cinglé en Allemagne qui vient de tirer sur des pauvres gens.

    Signaler
  7. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Il ne faudrait pas avoir la naïveté de croire que les « pressions sociales » qui s’expriment dans la rue viennent de nulle part. Jamais un président de la République ni un gouvernement n’ont à ce point méprisé et tenu à l’écart les corps intermédiaires, et en particulier les syndicats. On récolte toujours ce qu’on sème. Lorsque même un syndicat aussi complaisant que la CFDT finit par exprimer de la défiance, l’intelligence commanderait d’écouter et de dialoguer, plutôt que de croire avoir raison seul contre tous… et d’alimenter tensions et manifs.

    Le contexte marseillais ajoute une couche aux tensions nationales. L’effondrement de la rue d’Aubagne, et plus récemment l’affaire de l’eau polluée au chrome hexavalent, ont montré l’indifférence et le mépris de la mairie pour une partie de la population marseillaise. L’héritière, membre depuis deux décennies de cette équipe indifférente et méprisante, ne pensait tout de même pas que personne ne lui ferait récolter ce qu’elle a semé, avec un maire dont elle est si solidaire qu’elle refuse de faire son bilan sans langue de bois.

    Signaler
    • Pascal L Pascal L

      Je suis d’accord avec vous (très souvent d’ailleurs). C’est logique (mais pas forcément normal) que ceux qui détiennent une parcelle de pouvoir soient plus exposés car tenus comme responsables mais selon moi ça n’excuse en rien la violence politique.
      En effet, nous auront la possibilité de nous débarrasser légalement de M. Macron dans deux ans. et de remettre le dossier retraite en travail à l’assemblée.
      Mais i y a aussi un manque de logique à vouloir des hommes politiques modestes et intègres (ceux-là ne se présentent pas car modestes), qui ne viennent pas du monde politique mais qui soient expérimentés, qui écoutent tout le monde mais qui doivent décider vite et sans jamais se tromper, qui ne se mettent pas en scène mais qui sont visibles dans les médias. Le mouton à 5 pattes.
      Même des spécialistes de la politique comme M. Mitterrand se sont plantés : moins de 2 ans après son élection il y avait 1 millions de personnes dans la rue (poussées par le RPR) pour empêcher quelques restrictions sur l’enseignement privé. Alors que M. Macron se trompe ne m’inquiète pas plus que ça.
      On peut vouloir une politique « citoyenne » mais le citoyen a-t-il le temps de faire réellement de la politique (le citoyen grec -uniquement mâle d’ailleurs – d’il y a 2500 ans et qui avait du temps car des esclaves, n’existe plus) et surtout les consensus sont-ils toujours possible. Donc pour l’instant les connards (j’insiste sur le terme) qui jouent au gros bras sont des ennemis de la démocratie quelques soient leurs arguments
      « Quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet mais ce n’est pas pour prendre de ses nouvelles » disait il y a longtemps Albert Camus.
      Espérons que le président prochain ne sera pas celui qu’on ne peut jamais critiquer pacifiquement sans se faire casser la tête.

      Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Le seul message, il faut voter.
    Les gens se plaignent, ne votent pas et pleurent.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire