Résidence de luxe aux Catalans : une enquête ouverte sur la disparition du mur du Lazaret

Info Marsactu
le 7 Juin 2022
22

Saisi par la mairie de Marseille, le parquet s'intéresse à des manquements aux prescriptions du permis de construire accordé à Sea One, résidence de luxe imaginée par Rudy Ricciotti en bordure de la plage des Catalans. En cause, la démolition d'un mur du XVIe siècle qui aurait dû être reconstitué par le promoteur.

La résidence Sea one est désormais bien installée en bordure des Catalans. (Photo : VA)

La résidence Sea one est désormais bien installée en bordure des Catalans. (Photo : VA)

Il devait être déplacé “pierre par pierre”. Puis remonté sur une façade du bâtiment neuf. C’est ce qu’affirmaient les architectes du projet Sea One, la résidence de luxe qui a poussé en lisière de la plage des Catalans, à propos du mur du Lazaret, datant du XVIe siècle. Il se trouvait initialement enchâssé dans le […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    Hors le mur, je suis horrifié par la façade de la résidence, une vraie mocheté qui gâche le plaisir de la baignade. ça ressemble à du plexi tout pourri avec des trainées verticales de moisissures. Ricciotti avait-il abusé du blanc de blanc de Cassis ? Qui a donné un permis pour ça ?

    Signaler
  2. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    De quoi ? Ces manants, ces pouilleux de la mairie empêche le baron Haussman-Riciotti de modeler Marseille à sa façon ? De quoi faire regretter que Gaudin n’ait pas voulu briguer un 5e mandat !

    Signaler
    • LSA LSA

      C’est justement un héritage Gaudin. Alors regretter un 5e mandat …

      Signaler
  3. Zumbi Zumbi

    Si maintenant la stareu de l’architecture marseillaise doit respecter à la lettre un permis de construire, où on va, là, dis, mon gari ? Plus sérieusement, s’il était à ce point évident que cette disposition dudit permis était irréalisable, l’avoir signé tel quel était une escroquerie analogue à celle d’une vente d’un bien ou d’un produit comportant un vice caché, ou d’un dol, “vice du consentement”.

    Signaler
  4. Patafanari Patafanari

    Les tags et graffitis qui vont s’abattre sur la façade virginale, comme un semis de paillettes colorées, achèveront la décoration finale de ce gros gâteau à la crème néo-classique. (Sous plastique).

    Signaler
  5. MPB MPB

    Ce type là, avec sa grande gueule et ses discours révolutionnaires populistes à deux balles, se croit tout permis (même d’être condamné pour les conditions d”emploi de chaouches pour sa villa). Mais on l’encourage dans sa mégalo

    Signaler
  6. julijo julijo

    je fréquente très peu ce quartier, et n’avais pas encore vu cette espèce de verrue vitrée…!! bizarre quand même. mais c’est vraiment incongru à cet endroit.
    je ne suis pas un thuriféraire de riciotti, mais il me semble qu’il a déjà fait plus joli, ou plus intégré.
    en ce qui concerne le respect d’un pdc, comme zumbi, “on va où là ??” faut pas rêver.
    l’héritage de l

    Signaler
    • julijo julijo

      suite !
      l’héritage de la nullicipalité antérieure est important dans ce domaine. les nouveaux dossiers seront peut être traités différemment, mais une rectification sur le passé de gaudin sera compliquée et couteuse.

      Signaler
  7. gastor13 gastor13

    La nouvelle municipalité a raison de s’indigner du manque de respect pour le patrimoine. Heureusemnt que cette nouvelle municipalité se saisit de ces dossiers si médiatiques. Bon, après la tour qui est enruine sur la plage, on va attendre que ça tombe ? La carrière antique on va attendre qu’elle s’effrite ? Pourtant lors de la campagne des municipales et même avant les manifs, prises de paroles, etc.. allaient bon train, et le y’a uq’à faut qu’on était de sortie (médiatique) A croire que le patrimoine ne doit être sauvé par la nouvelle municipalité que quand il y a un projet “de riches” qui est concerné. Il faut quand même reconnaître que c’est déjà plus que ce que faisait l’ancienne municipalité..

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Et sinon, le non-respect du permis de construire par le cabinet d’architecte Ricciotti, et la justification de type “ouais bon, on va pas discutailler pour 3 pierres pourries, j’ai trouvé que finalement c’était mieux de les virer”, vous en dîtes quoi ? Le respect de l’engagement, des règles, de la loi ?

      Signaler
  8. vékiya vékiya

    une belle bouse à 15 000 € le m²

    Signaler
  9. Assedix Assedix

    Merci Violette Artaud de suivre l’avancée de ce projet sur la durée.
    En tant que riverain très attaché à la plage des Catalans, je vais tout de même me permettre une petite remarque: aborder le sujet du Sea One sous l’angle patrimonial risque de nous faire passer à côté du problème majeur posé par ce projet, le risque d’annexion d’un assez gros morceau de domaine public.

    Pour ceux que ça pourrait intéresser, voilà un billet de blog sur la question:
    https://marsactu.fr/agora/le-patrimoine-cest-bien-lespace-public-cest-parfois-mieux/

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Merci de nous interpeller sur ce point !

      Signaler
  10. Assedix Assedix

    Une “mocheté”, une “verrue”, une “bouse”… Eh bé, il faut croire que tous les lecteurs de Marsactu habitent au Corbusier, au Castel ou dans une villa de la Corniche ! 😉

    Signaler
  11. Michèle RUMIZ Michèle RUMIZ

    La mauvaise foi semble être la moyen de communiquer de l’architecte, ses arguments ne tiennent pas debout.
    1. il est l’auteur du PC
    2. le bet declasse les pierres sauf avis justifié du bet (on tourne en rond)
    3. retrouver l’ingénieur de 16ème: il éxiste des procédures moderne de certification des pierres
    Quand on veut tuer son chien, le mieux est de l’accuser d’avoir la rage.
    Dommage venant d’un architecte de grand talent.

    Signaler
    • MarsKaa MarsKaa

      Ce n’est pas dommage, ni regrettable, c’est scandaleux. Le “talent” monte à la tête, et on se croit le Roi du monde, intouchable.

      Signaler
  12. Oreo Oreo

    Cet immeuble est en effet une bouse, une mochété, un taudis de luxe, une verrue, comme 90% de l’architecture contemporaine, de la musique contemporaine, des arts plastiques contemporains. Ceci depuis que l’art est devenu un appendice marchand de la société industrielle. Celle.ci entre fort heureusement en agonie faute de pétrole. Cela nous évitera peut-être les épisodes suivants : transhumanisme sauce US et contrôle social total à la chinoise.

    Signaler
  13. Bertrand LAVILLE Bertrand LAVILLE

    ” Nous avons essayé de restituer un mur invisible depuis 100 ans dont personne ne connaissait l’existence”
    Ce genre d’affirmation ne glorifie pas celui qui l’écrit.
    Car ce mur était mitoyen entre le hall Giraudon et le parking d’entrée du Cercle des Nageurs. Sa face externe était donc visible depuis toujours ( c’est à dire au moins 1921, date de la fondation de Cercle) par les 4000 membres du club.
    Et parmi ceux ci, du moins ceux qui avaient la moindre culture technique
    si ce n’est le bon sens, savaient parfaitement, pour le voir chaque fois qu’ils entraient au Cercle, que ce mur étaient en parfait état, hormis sa vétusté.
    Et donc parfaitement démontable et réutilisable après restauration.
    Mais bien sûr, le coût d’une telle opération n’a aucune comparaison avec la réalisation des panneaux préfabriqués réalisés.
    Il faudrait peut être avoir le courage et l’honnêteté de présenter la question sous son véritable aspect.
    Bertrand Laville,
    Ingénieur EIM et ISBA, docteur ès sciences, professeur honoraire à l’Ecole Centrale Marseille.

    Signaler
    • eljacquot eljacquot

      Merci à Bertrand Laville de rétablir la vérité historique à propos des arches du mur du Lazaret que l’on pouvait voir à l’entrée du parking du Cercle des Nageurs avant démolition .
      D’autre part ce n’est pas en qualifiant Rudy Riciotti de Star que Mars Actu valorisera l’image de Marseille souvent véhiculée au travers des magnifiques réalisations de cet architecte visionnaire au Mucem .
      Enfin, permettez-moi de sourire à propos de la procédure engagée par la Direction de L’urbanisme de la Mairie de Marseille qui restera sans suite après avoir été largement décrite dans les médias .
      Bien cordialement

      Eliane Jacquot

      Signaler
    • Pascal L Pascal L

      “que l’on pouvait voir à l’entrée du parking du Cercle des Nageurs”
      Donc pas tout le monde. Moi je ne l’ai jamais vu.

      Comment faut faire pour être un “nageur Marseillais” ???

      Car, la priorité pour moi et mes très nombreux voisins, c’est d’avoir une piscine dans notre quartier (La Cabucelle) : nous aussi on aimerait bien être des nageurs Marseillais !

      Signaler
    • Michèle RUMIZ Michèle RUMIZ

      Bravo
      Il faut avoir le courage de refuser la conformité

      Signaler
  14. Michèle RUMIZ Michèle RUMIZ

    Bravo
    Il faut avoir le courage de refuser la conformité

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire