Malgré les contrôles, les logements des travailleurs détachés agricoles restent des taudis

Enquête
par Éric Besatti & Hélène Servel
le 6 Août 2020
6

Suite à la découverte de nouveaux foyers de Covid-19 dans des lieux d’hébergements de travailleurs agricoles, des contrôles de la préfecture ont débouché sur trois arrêtés de fermeture entre début mai et fin juin. Marsactu s’est rendu dans plusieurs de ces exploitations pour constater que l’insalubrité y persistait, malgré les contrôles. La promiscuité, le non-raccordement à l’eau potable et des puces de lit font toujours partie du quotidien des travailleurs.

Derrière l'usine de conditionnement et le bâtiment administratif de l'EARL Racamier, un lôtissement de 59 préfabriqués et mobil-homes logent les travailleurs saisonniers dans des conditions sanitaires pointées du doigt par l'inspection du travail.

Derrière l'usine de conditionnement et le bâtiment administratif de l'EARL Racamier, un lôtissement de 59 préfabriqués et mobil-homes logent les travailleurs saisonniers dans des conditions sanitaires pointées du doigt par l'inspection du travail.

Arrivée à 5 heures du matin, on l’a fait attendre jusqu’à 17 heures dans la cuisine d’un des bungalows, jusqu’à ce que les occupantes précédentes aient quitté le lieu et débarrassé leurs affaires. Tout juste débarquée de son petit appartement de Madrid, Irma, une travailleuse paraguayenne, nous a exposé les conditions d’hébergement dans lesquelles elle […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Éric Besatti
Hélène Servel

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. raph2110 raph2110

    Ça paraît incroyable que l’on puisse traiter de façon aussi indigne des salariés. La relation employeur employé passe par un contrat qui ne place pas les uns au-dessus des autres : un travail, un salaire dans des conditions réglementées. L’exploitation des personnes relève d’un temps révolu et j’invite ces patrons à vivre une semaine avec leurs salariés. Une bonne pratique managériale , une forme de séminaire, pour stimuler la motivation. En fait je suis outrée et j’espère que ces patrons là seront sanctionnés comme ils le méritent. Ça en fera sûrement rèflechir d’autres qui ne se sont pas encore fait épingler.

    Signaler
    • jacques jacques

      C’est beau de rêver !

      Signaler
  2. Tarama Tarama

    La belle agriculture française, si vertueuse.

    Signaler
  3. petitvelo petitvelo

    les salariés Terra Fecundis sont-ils obligés d’être logés là ? ont-ils le choix de s’auto-loger avec 180 ou 200€ ? Les « indépendants » semblent préférer ces logements peu salubres, dans quelle proportion ?

    Signaler
  4. Thémismassilia Thémismassilia

    Entre le faible et le fort la liberté opprime et la loi affranchit. La France reste un État de droit et nous pouvons en être fiers.

    Signaler
    • Pascal L Pascal L

      Tout a fait ! C’était le sens de mon commentaire sur l’affaire « Papa Omri. » On peut toujours critiquer l’application parfois un peu trop sélective des lois par la police mais elles font de notre pays un état de droit. Si une loi ne plait pas, ce n’est pas la police qu’il faut critiquer mais la loi et donc interpeller les députés faiseurs de lois.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire