Le recours aux travailleurs détachés crée des tensions dans la cokerie d’ArcelorMittal

Actualité
le 12 Jan 2022
1

Depuis près d'une semaine, plusieurs salariés de la SAF, sous-traitant d'ArcelorMittal, sont en grève devant l'usine de Fos. Ils dénoncent le recours aux travailleurs détachés, moins payés, pour la réalisation de travaux dans la cokerie, au milieu de fumées toxiques.

Le plancher d'enfournement de la cokerie en 2012. (Photo extraite du rapport "Programme sic-2015" de l'APCME)

Le plancher d'enfournement de la cokerie en 2012. (Photo extraite du rapport "Programme sic-2015" de l'APCME)

Chez ArcelorMittal, on parle d’eux comme des “premiers de cordées”. Une partie des salariés de la SAF, la Société artésienne de fumisterie, qui travaillent dans l’usine de Fos-sur-Mer, sont en grève depuis jeudi 6 janvier. Ce jour-là, lorsqu’une équipe de métallos de la SAF, qui travaille à temps plein sur le site d’ArcelorMittal, prend son […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Andre Andre

    Un des premiers avantages pour l’employeur qui a recours aux travailleurs déplacés est que les cotisations sociales sont versées selon les règles du pays d’origine. Une manière d’organiser le “dumping” social au sein de l’UE, en toute légalité.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire