L’adjointe à l’urbanisme Laure-Agnès Caradec (un peu vite) épinglée par le Canard enchaîné

Actualité
Rédaction de Marsactu
14 Sep 2017 10

L'hebdomadaire accuse l'une des élues montantes de l'équipe Gaudin d'avoir bloqué un projet immobilier situé non loin de son domicile. Un conflit d'intérêts qu'aucun des acteurs interrogés par Marsactu ne confirment, lesquels soulignent surtout l'inadéquation du projet à cet environnement.

L’adjointe à l’urbanisme Laure-Agnès Caradec a-t-elle joué les Nimby, ces riverains qui sont pour les équipements, infrastructures et logements… tant qu’ils ne se situent pas à côté de chez eux ? C’est ce que laissait entendre le Canard enchaîné ce mercredi, en pointant une décision qui aurait fait perdre plusieurs millions d’euros à des propriétaires marseillais, pour un motif davantage d’intérêt personnel que général.

L’histoire se déroule sur la colline de la Serviane, dans le quartier des Trois-Lucs (12e), où les villas voisinent avec un monastère, des espaces boisés et des champs. Début 2016, les propriétaires d’un terrain de 3900 m2 se voient offrir 4 millions d’euros par Sagec Méditerranée, qui pense pouvoir y construire trois petits immeubles représentant 73 logements.

Mais la ville de Marseille, consultée par le promoteur, refuse le projet. Pour parachever ce verrouillage, la métropole modifie en juillet 2017 le classement du terrain au plan local d’urbanisme (PLU), pour limiter sa constructibilité. Autant dire que les millions promis par Sagec sont alors très loin pour les propriétaires. Or, souligne le Canard, l’élue en charge de l’urbanisme Laure-Agnès Caradec (LR) habite à 300 mètres et la ruelle voisine des futurs immeubles « dessert aussi sa villa »

Pétition du voisinage

Capture d’écran 3D de la colline Serviane. Le projet immobilier était situé à la limite nord. Crédit Geoportail / IGN.

Voici donc l’une des membres montantes de l’équipe de Jean-Claude Gaudin, vice-présidente du conseil départemental, présidente d’Euroméditerranée, accusée de conflit d’intérêts, pour ne pas dire plus. Une version qu’aucun des acteurs interrogés par Marsactu ne partagent. À commencer par les riverains qui n’ont pas attendu l’élue à l’urbanisme pour se mobiliser par une pétition contre ce projet, selon plusieurs témoignages recueillis sur place. Ils auraient obtenu un engagement de la mairie de ne pas densifier. Une prise en compte de leurs revendications certes rare et qui pourrait rendre jaloux d’autres militants anti-bétonnage. La Ville a en tout cas reconnu incompatible avec un tel projet le caractère pavillonnaire du quartier et l’étroitesse des voies.

C’est d’ailleurs l’un des arguments déployés par la modification du PLU : « maîtrise des hauteurs de constructions en limitant les effets de rupture au sein d’un secteur de villas », « préservation de l’ensemble paysager composé autour du couvent de la Serviane et ses coteaux agricoles ou de nature » et « non augmentation du flux automobile sur la traverse dont les caractéristiques doivent à ce jour, rester celles d’un chemin de campagne ». Y compris du côté du promoteur, que nous avons pu joindre, on concède que la décision « peut se comprendre même si c’est toujours frustrant de perdre une affaire ».

La principale concernée, Laure-Agnès Caradec, a souhaité répondre par écrit à nos questions, tout en affirmant ne pas avoir été contactée par l’hebdomadaire.« Au-delà des attaques personnelles sans fondement, je déplore le positionnement de certains intermédiaires qui font des promesses irréalistes à des propriétaires, commente-t-elle. En conséquence des propriétaires se sentent dépossédés de projets qui ne répondent pas aux conditions de faisabilité. » Dans le quartier, tous n’ont peut-être pas le détachement d’autres voisines, les Soeurs de la congrégation des Filles du cœur de Jésus, qui refusent obstinément de vendre leur large terrain à l’OM pour une extension de son centre d’entraînement.

Julien Vinzent, avec Jean-Marie Leforestier

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

« Les barbus des Baumettes » radicalisés ou victimes d’une affaire « montée en épingle »?
Mercredi matin, l'expression "équipe des barbus" a refait surface dans la presse nationale à la faveur d'un rapport parlementaire sur "les services publics face à...
En plein cœur de Belsunce, un gros tas de gravats bleu cache de l’amiante
Il y a quelque chose d'extra-terrestre dans cette colline bleue cobalt qui gît en plein cœur de Belsunce. La scène se passe au centre...
Le difficile retour au 22 rue des Feuillants
"Là, il y a un souci." L’agent du service de l’hygiène de la mairie semble embarrassé. Il est censé contrôler les travaux effectués suite...
Le chemin semé d’embûches d’un accord entre Les Républicains et En Marche pour Marseille
Martine Vassal, candidate plus que probable à la mairie de Marseille et Yves Moraine, le maire de des 6e et 8e arrondissements, se sont...
Total redémarre La Mède avec un modèle économique encore fumeux
Habemus Total. Une fumée s’envole dans le ciel de Châteauneuf-les-Martigues. Elle est noire et fait office d’annonce pour les riverains : la Mède redémarre...
L’ouverture nocturne de la plage des Catalans revient à la barre du tribunal
Sera-ce la bonne ? Une décision de la cour administrative d'appel est sur le point d'influencer le devenir de l'apéro-les pieds-dans-l'eau-d'un-coup-de-vélo. C'est en tout...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire