La polémique sur le débarquement du directeur d'Euroméditerranée à peine lancée, l'équipe de l'opération d'intérêt national veut se montrer au travail. Objectif : montrer que le projet avance notamment sur le second périmètre qui doit accueillir une éco-cité, de Bougainville aux Crottes. Marsactu vous résume le tout sur une carte.

Branle-bas de combat à Euroméditerranée. Il faut sauver le soldat Jalinot ! Dans une lettre en date du 22 novembre, la ministre du logement, Emmanuelle Cosse, annonce que « suite au départ à la retraite du directeur général » de l’opération d’intérêt national, celui-ci devra être remplacé par le directeur de cabinet adjoint de la ministre, Thierry Laget. Montée au créneau immédiate de « la présidente bénévole », Laure-Agnès Caradec qui « entend pouvoir choisir ses collaborateurs », préparation d’un communiqué commun de la région, du département, de la métropole et de la Ville, la polémique sur le recasage d’un homme de cabinet, avec parachute et nuage noir de conflit d’intérêt, est lancée. La loi prévoit pourtant qu’il revient au ministère en charge de l’urbanisme de nommer le directeur.

Au ministère justement, on se refuse à tout commentaire le temps de « la procédure des avis consultatifs » et avant « la nomination effective ». Quant au départ de François Jalinot, il était d’ores et déjà attendu. L’intéressé dément mais, en aparté, dit se battre pour son équipe qui l’accompagne depuis sa prise de fonction voici 13 ans. Il cite notamment Paul Colombani, son adjoint, qui espérait bien prendre sa suite.

En attendant l’issue de ce bras-de-fer pré-électoral entre le gouvernement de gauche et les collectivités de droite, François Jalinot et Paul Colombani se montrent au travail. C’est en tout cas l’objet de la conférence de presse du jour, consacrée aux avancées du second périmètre d’Euroméditerranée de Bougainville au boulevard Oddo. Cette « écocité » dessinée par l’urbaniste François Leclercq voici 8 ans est censée incarner le futur de Marseille. Ces 169 hectares sont censés accueillir à terme 14 000 logements neufs, créer 20 000 emplois et attirer 30 000 nouveaux habitants. En attendant ce futur rêvé, Marsactu vous propose de constater sur une carte du périmètre, les avancées concrètes du projet, telles qu’énoncées par l’équipe actuelle d’Euroméditerranée.

Parcourez la carte et les points pour voir l’avancée des différents projets. Pour plus de confort, vous pouvez l’afficher en plein écran en cliquant ici.

Loading
9
commentaires

Abonnez-vous pour voir les commentaires.

  1. Lafcadio Lafcadio

    Un petit détail pour éviter un abus de langage commun : une loi dispose, un contrat stipule.

    Signaler
  2. toine toine

    Bonjour Marsactu, avez-vous des nouvelles concernant le lancement des travaux de la tour H99? merci

    Signaler
    • Avé Avé

      Et aussi des détails sur la réalisation de la Corniche au-dessus de l’A55, il y a du nouveau dessus ? Merci

      Signaler
    • Benoît Gilles Benoît Gilles

      Bonjour sur H99, François Jalinot a commencé par un long soupir avant de dire que cela relevait du choix du promoteur. Il a évoqué une révision « de la granulométrie » des appartements, entendez que les surfaces sont revues pour faire baisser les prix. Un travail a été entrepris pour faciliter le proces de construction. Constructa confirme que le projet est toujours d’actualité…

      Signaler
    • Benoît Gilles Benoît Gilles

      En revanche sur la corniche qui apparaît toujours sur les plans, pas un mot. J’avais prévu de poser la question et puis l’actu a pris le pas. La question notamment de la gestion des lignes ferroviaires en contrebas est un vrai sujet…

      Signaler
    • toine toine

      Bonjour Benoit. Merci pour votre réponse même si ça n’engage encore rien de bien concluant sur H99…

      Signaler
  3. pierre-yves pierre-yves

    La question d’une gestion ambitieuse, forte et indépendante des pouvoirs locaux est d’actualité pour le renouvellement du poste de directeur général. Il est temps qu’Euromed retrouve son souffle par l’apport de compétences nouvelles. L’État doit retrouver toute sa place.

    Signaler
  4. Cehere Cehere

    Euromed… quand on voit ce que devient ce qu’ils avaient appelé le « parc habité » (du même Yves Lion)… on distingue bien le béton, les immeubles très hauts et serrés qui ne laissent plus passer le soleil et créent de beaux vis-à-vis, mais beaucoup moins le parc.

    D’autre part ils vantaient (ou plutôt vendaient) de magnifiques « vues sur mer » dans ces programmes. C’est dommage que le même Yves Lion dresse des tours de plus de 100m de haut entre ces derniers et le littoral… (un malentendu sans doute).

    Signaler
  5. Jérôme Mazas Jérôme Mazas

    N’oubliez pas les 3000 habitants qui voient, dans ce petit quartier pauvre, leur futur plus que compromis : ce projet n’est pas pour eux on le voit bien, ce nouveau plan d’aménagement détruit encore plus les typologies interessantes de la rue de Lyon. Quelle politique sociale a été mise en place pour leur permettre de rester tous dans leur quartier? Les dégager !
    C’est une honte pour un OIN mis en place par un gouvernement de gauche et qui de surcroît a dans ses statuts cette dimension d’équité sociale (à ne pas confondre avec mixité sociale par le haut). Parlons des puces, marché peu chère qui nourrit de nombreuses personnes sans le sous et qui, s’il disparaît, sera un nouveau lieu de discrimination sociale : mais c’est bien ce que veut cette mairie.
    Un directeur général doit porter cette dimension sociale avant tout et surtout dans notre ville dont les ambiances et les caractères sont marqués. Marseille n’est pas insipide comme ce qu’on envisage de nous construire là (voyez la rue de la République comme elle est devenue mortelle après 18h, les petites échoppes qui l’animaient sont remplacées par des enseignes qui banalisent toutes nos métropoles).

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire