Élections du maire, du président de la métropole, budget : l’été marseillais sera chaud

Actualité
le 30 Juin 2020
7

Les résultats des élections municipales et métropolitaines laissent beaucoup d'options ouvertes quant à la direction des deux éxécutifs. Revue des principales étapes du processus de mise en route de la mairie de Marseille et de la métropole Aix-Marseille Provence.

Détail de la salle de Bargemon où se réunit le conseil municipal de Marseille.
Détail de la salle de Bargemon où se réunit le conseil municipal. Photo Emilio Guzman.

Détail de la salle de Bargemon où se réunit le conseil municipal. Photo Emilio Guzman.

Marseille est la seule ville de France à ne pas avoir de majorité claire à l’issue du second tour. Le premier conseil municipal n’aura rien de la simple officialisation du nouveau ou de la nouvelle maire. Convoqué samedi 4 juillet par le sortant Jean-Claude Gaudin, il laissera la place au suspense. Celui-ci sera aussi de mise pour le conseil métropolitain. Calendrier des prochaines échéances.

4 juillet : élection du maire de Marseille

Jean-Claude Gaudin ne voulait pas que ce soit un dimanche, va donc pour le samedi 4 juillet. À 9h30, Guy Teissier (LR), doyen des élus, présidera le premier et vraisemblablement le seul conseil municipal d’une vie politique durant laquelle il a longtemps espéré devenir maire. « J’en ai rêvé ! Ce sera une séquence éphémère », souriait l’intéressé dimanche soir. Une fois les candidatures déposées, les 101 conseillers municipaux seront invités à voter à bulletins secrets. Une première fois puis une seconde si nécessaire, une majorité absolue sera recherchée. Si aucun candidat ne recueille 51 voix ou plus, un troisième vote sera organisé. Cette fois, la donne sera simple : le candidat qui aura recueilli le plus de voix sera élu. En cas d’égalité dans cette configuration, c’est le plus âgé des candidats qui serait désigné. Un scénario peu probable à ce stade qui pourrait profiter à… Guy Teissier. Le maire élu présentera une liste d’adjoints, jusqu’à 30, et des conseillers municipaux délégués au vote des élus. Les attributions de chacun seront ensuite fixées par un arrêté du maire.

La semaine suivante : élection des maires de secteur

Dans les secteurs, les listes arrivées en tête ont la majorité absolue des sièges. Charge à elles de désigner leur candidat à la mairie de secteur. Cela pourrait ressembler à un casse-tête dans certains secteurs. En effet, rien n’oblige les têtes liste à endosser le rôle de maire des arrondissements qui les ont élus, surtout s’ils sont appelés à de plus hautes fonctions. Par exemple, Olivia Fortin, gagnante dans les 6e et 8e arrondissements, pourrait préférer un poste d’adjointe dans une majorité de gauche plutôt que la mairie de Bagatelle. Quant aux 4e et 5e arrondissements, si Michèle Rubirola devenait maire, il faudrait trouver parmi ses colistiers un maire de secteur.

9 juillet : élection du président du conseil métropolitain

Cette élection aussi est incertaine. Qui pour succéder à la tête de la métropole à Martine Vassal ? Affaiblie par sa défaite dans les 6e et 8e arrondissements, la présidente sortante espère encore se succéder à elle-même. Elle a passé le message dimanche soir : « La dimension métropolitaine est plus que jamais d’actualité et nécessite toute notre attention. » L’élection du président aura lieu selon les mêmes termes que celle du maire de Marseille. Dans la foulée, les vice-présidents seront élus un par un sur le même mode avec à chaque fois, la possibilité de fronde contre tel ou tel candidat présenté par le nouveau président.

Avant le 31 juillet : vote du budget municipal

Cela fera figure de premier test pour le nouveau maire. Le budget doit cette année être voté avant le 31 juillet. Préparé par l’équipe de Jean-Claude Gaudin, il ne pourra être amendé qu’à la marge par la nouvelle équipe. Ainsi, les taux d’imposition pour la taxe foncière et la taxe d’habitation seront obligatoirement les mêmes que pour le budget précédent. Mais des mesures symboliques pourraient être ajoutées. S’il l’emporte en coalition, le Printemps marseillais devrait prendre plusieurs mesures symboliques. La formation d’union de la gauche réfléchit par exemple à un arrêt du développement des caméras de vidéo-surveillance, une augmentation des budgets de rénovation des écoles et des travaux d’office pour les immeubles en péril. Des idées à confronter dès maintenant aux alliés potentiels.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. FM84 FM84

    Le printemps marseillais n’a pu obtenir la majorité » absolue comme le lui aurait permis normalement l’avance qu’il avait au nombre de voix. Soit!
    Maintenant, il faut transformer l’essai et tenter d’obtenir cette majorité pour pouvoir appliquer son programme et commencer le changement de Marseille.
    Comment faire?
    je ne vois qu’une solution: obtenir les voix de Samia Ghali, même si des divergences apparaitront, même si sans doute elle demandera des compensations (un poste d’adjoint en charge des quartiers Nord avec un budget et une autonomie conséquente ou une place importante dans la Métropole). Ceci est à étudier avec attention car sinon on risque de leur voler la victoire et se retrouver avec les mêmes aux commandes.
    Je sais, moi aussi, j’aurais préféré une majorité absolue mais aujourd’hui c’est LA question: avec qui s’unir pour gouverner et CHANGER cette ville.
    Il faut tout essayer sans évidemment renier ce qui a fait l’originalité et la force du Printemps. Je ne vois pas d’autre voie.
    Après tout, Madame Ghali semble tout aussi opposée à revoir les clones de M.Gaudin conserver le pouvoir, non?

    Signaler
    • pascal pascal

      j’espère aussi que Mme Ghali se rappellera qu’elle est (était?) de gauche et que les Vassal et Gilles n’ont jamais levé le petit doigt pour les 15/16…Maintenant je pense qu’elle vise les sénatoriales de septembre. Ya pas photos sénateur c’est le top comme job, pas de pression médiatique, promenade parisienne régulière (sans parler de la « cantoche » du palais du luxembourg…), TGV gratos, prêt à O%, retraite 3 étoiles et 5000(e) de faux frais jamais contrôlés…

      Signaler
  2. Jérémy G Jérémy G

    Le 4 juillet, qui peut candidater au poste de maire ? S’agit-il uniquement des candidates déjà connues ou peut-on avoir des surprises ? Vous semblez suggérer la possibilité d’une surprise profitant à Guy Teissier. J’imaginais hier la même avec Muselier. Je n’arrive pas à avoir de réponse claire sur ce point… Merci !

    Signaler
    • FM84 FM84

      Seul les conseillers municipaux élus peuvent se présenter. Exit M.Muselier et tant mieux!

      Signaler
  3. LN LN

    S’il faut être élu pour se présenter à la mairie, pourquoi l’option Vassal est-elle envisagée puisque battue dans son propre secteur ?

    Signaler
    • Alain Dex Alain Dex

      Elle est élue conseillère de secteur. Ensuite, les conseillers élisent les maires de secteur et le maire de la ville.

      Signaler
    • Tarama Tarama

      Elle est quand même élue conseillère municipale.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire