Artistes, habitants et experts au chevet du ruisseau des Aygalades

Échappée
le 27 Nov 2021
7

Dans le Nord de Marseille, le petit fleuve côtier retrouve lentement sa nature malgré les nombreuses pollutions, avec le concours de la population et l'implication de la Cité des arts de la rue.

La cascade connaît un certain succès lors des jours d'ouverture. (Photo : Gaëlle Cloarec)

La cascade connaît un certain succès lors des jours d'ouverture. (Photo : Gaëlle Cloarec)

Un étonnant petit fleuve côtier serpente dans les quartiers Nord. Bardé des déchets plastiques apportés lors du dernier orage, le ruisseau des Aygalades dévale du massif de l’Étoile, à travers vallons, zones industrielles, résidences HLM et réseau routier. Malgré des tronçons cimentés, busés, c’est l’un des rares cours d’eau circulant largement à l’air libre, sur […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. barbapapa barbapapa

    Quel dommage que le vrai nom de ce cours d’eau ait été éradiqué ! Par des “géographes” ou des fonctionnaires venus d’autres contrées ? Parce que c’est compliqué à prononcer ? Parce que ça ressemble à une langue étrangère ?
    Le BIAOU n’est pas un ruisseau, c’est un fleuve côtier ! Il ne fait que passer aux Aygalades ! Quel dommage que Marsactu se fasse complice de cette petite négation de l’identité provençale ou marseillaise !

    Signaler
    • Andre Andre

      Petite précision, biaou ou “biau’ est le provençal de béal qui désigne un canal.
      Quand j’étais gamin on l’appelait aussi couramment le “bachas”. Il existe d’ailleurs une traverse du Bachas. Ce mot est guère flatteur car il désigne en provençal un fossé, un cloaque, ce que ce cours d’eau a dû rapidement devenir à la fin du XIXe avec l’industrialisation du quartier.

      Signaler
  2. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    A propos d’Eric Lenoir, je vous recommande le lecture de son livre “petit traité du jardin punk – Apprendre à désapprendre” aux éditions terre vivante – 10 €..
    Egalement le livre de photos ayant comme thème le ruisseau des Aygalades et comme auteur-photographe Geoffroy Mathieu : “la mauvaise réputation” Zoème éditions (zoeme.net).

    Signaler
    • Jagam Jagam

      Éric Lenoir vient de publier, toujours chez Terre vivante, Le grand traité du jardin punk (plus de 200 pages,25€). Une somme pour qui veut jardiner sans perturber les écosystèmes et favoriser la biodiversité.

      Signaler
  3. PierreLP PierreLP

    Même si l’article parle du ruisseau des Aygalades (que l’on appelle parfois Caravelle), il précise bien que c’est un fleuve côtier, puisqu’il se jette dans la mer et qu’il a des affluents.
    Par contre le Jarret, affluent de l’Huveaune, est une rivière.

    Signaler
  4. BRASILIA8 BRASILIA8

    De nombreux moulins qui ont utilisé l’eau du ruisseau le dernier a cessé de fonctionner dans les années 50

    Signaler
  5. MarsKaa MarsKaa

    Article intéressant car bien écrit et abordant les diverses problématiques et acteurs du “dossier”.
    Ah si seulement… on avait agi plus tôt !
    J’espère que Marseille va pouvoir retrouver, aménager, protéger, ces espaces oubliés, essentiels à tout point de vue (écologique, social, sanitaire…),
    Et cessez d’en bousiller.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire