Samia Ghali prend la lumière verte dans le sillage de Ségolène Royal

Reportage
le 25 Jan 2020
14

Ce jeudi 23 janvier, Ségolène Royal, ancienne ministre de l'environnement, s'affichait en soutien de la candidate aux municipales de Marseille Samia Ghali à l'occasion d'une visite prévue sur le thème de l'écologie d'un bout à l'autre de la ville.

Samia Ghali et Ségolène Royal en visite à la pinède du Roy d'Espagne le 23 janvier 2020. Photo : Emilio Guzman

Samia Ghali et Ségolène Royal en visite à la pinède du Roy d'Espagne le 23 janvier 2020. Photo : Emilio Guzman

L'enjeu

Dans une campagne où toutes les listes cherchent à se montrer écolos, Samia Ghali reçoit "le label vert" de Ségolène Royal.

Le contexte

Toutes deux en recherche de soutiens, Samia Ghali et Ségolène Royal se sont affichées ensemble. Ségolène Royal s'engage dans une tournée de plusieurs candidats en France.

« Je suis très heureux de voir la rencontre de notre Ségolène nationale et de notre Ségolène marseillaise ! ». La première est connue, la seconde est Samia Ghali, sénatrice-maire des 15/16 de 2008 à 2017, désormais uniquement parlementaire pour cause de non-cumul des mandats. D’une phrase, un de ses supporteurs résumait la séquence de com’ qui s’est déroulée l’après-midi du jeudi 23 janvier jusqu’en soirée. Samia Ghali, candidate aux municipales recevait Ségolène Royal venue la soutenir. L’une se voit s’asseoir au printemps dans le bureau du maire sur le Vieux Port et vient prendre là un peu de lumière médiatique nationale sur des thèmes écolo. L’autre songe aux présidentielle de 2022 en « troisième voie », divergente d’Emmanuel Macron et du RN.

Le soir, entre adorateurs de l’ancienne ministre de l’environnement (de 2014 à 2017) et soutiens de la candidate, la permanence de campagne de la rue Davso (1er) est bondée. Chacune livre un discours vantant leurs priorités pour l’environnement. Des personnes dans le public invitent Ségolène Royal à contribuer d’une parole d’évangile sur des thèmes aussi variés que le réchauffement climatique, la résistance des peuples autochtones pour l’Amazonie ou la disparition préoccupante des abeilles. « L’environnement sera un préalable à toute politique que j’engagerais. Ségolène, tu viendras me voir quand je serai élue maire pour que l’on travaille ensemble, pour faire briller Marseille au niveau international », pose Samia Ghali, radieuse, à la fin de ce meeting improvisé, avant que les deux femmes ne s’éclipsent au bout d’une séance de selfies avec les fans.

Deux femmes politiques isolées

Ce n’est pas la première fois que Ségolène Royal s’affiche en soutien à Samia Ghali. « On se connait depuis 2014, lorsque Ségolène était ministre », expose Samia Ghali en début d’après-midi, du côté des Arcenaulx sur le Cours d’Estienne d’Orves, devant des journalistes venus en nombre suivre cette visite de courtoisie aux allures de déplacement ministériel. Les deux femmes politiques partagent des points communs qu’elles surlignent. Comme celui de ne pas avoir « repris [leur] carte au parti socialiste », précise Ségolène Royal dont la raison serait de renouveler la pratique politique. « Nous sommes des femmes intuitives, sensibles et courageuses », trace Samia Ghali.

Les deux femmes politiques ont partagé une proposition sécuritaire qu’elles ont fait toutes les deux successivement, pour envoyer l’armée pour lutter contre les fusillades liées au trafic de drogue (Ghali en 2012 et Royal un an plus tard). Même si Royal confirme défendre toujours « un ordre juste », l’heure n’est pas à ce thème mais à l’union verte. Les propos de Ghali ne sortent pas du thème environnemental. La rencontre tient aussi d’un soutien mutuel de deux personnalités politiques revendiquées comme indépendantes mais pouvant apparaître quelque peu isolées politiquement.

Au moment où débute la visite, Ségolène Royal sait que son titre « d’ambassadrice des pôles arctique et antarctique » dont elle est affublée depuis septembre 2017 ne tient plus qu’à un fil. Ce vendredi 24 janvier, le conseil des ministres a confirmé le retrait de son titre. La femme d’État a lancée il y a peu son mouvement politique « Désir de France, avenir de la planète ». Elle revendique 2000 adhérents dont des proches de Samia Ghali feraient partie. « Je regarde son mouvement avec beaucoup d’attention », dit la candidate marseillaise qui n’a pas encore franchi le pas de l’adhésion.

Et lorsque les journalistes demandent à Royal pourquoi son choix ne se porte pas sur le Printemps marseillais ou EELV, elle répond : « Je choisis Samia Ghali parce qu’elle sera élue maire de Marseille. Les autres sont bienvenus entre les deux tours ». Et Ghali de pourfendre : « Ils y a ceux qui parlent écologie et ceux qui font. Moi j’agis ».

Union verte

Par le passé, sollicitée par la maire de secteur dénonçant pollution et balai incessant de camions, la ministre a signé un arrêté pour faire fermer la décharge de Septèmes-les-Vallons, qui surplombe le 15eme arrondissement. Une décision effective en 2022. « J’ai eu une écoute extraordinaire de Ségolène », affirme Samia Ghali concernant ce dossier. « Je suis très heureuse d’être ici pour plusieurs raisons. D’abord pour constater la continuité de la fermeture de la décharge de Septèmes-les-Vallois », dit Ségolène Royal vite corrigée sur le toponyme des lieux par la candidate.

Au pas de course, la visite se poursuit à l’entrée de la fameuse décharge. Devant le portail grand ouvert du site, une vingtaine d’élus et de soutiens font le pied de grue. « Cette décharge a été mal implantée avec ses 300 camions tous les jours », expose Daniel Pieri le président de l’Association contre la décharge de Septèmes-les-Vallons (ACDSV). « Le maire de Septèmes encaisse les taxes et les marseillais encaissent les nuisances », dit Samia Ghali qui n’oublie pas à quel « peuple » elle s’adresse.

« En tant qu’élu du territoire », le conseiller départemental PS Henri Jibrayel affiche son sourire. « Je suis un fervent soutien indéfectible de Samia », confie-t-il à Marsactu. Celui qui comparaîtra en correctionnelle pour prise illégale d’intérêts et abus de confiance en avril ne sera pas candidat aux municipales mais en lice pour conserver son mandat départemental en 2021, s’il n’est pas rendu inéligible d’ici là.

Des fans et des candidats concurrents

Le convoi de la candidate et de l’ex ministre reprend la route pour traverser toute la ville jusqu’à la pinède du Roy d’Espagne (9eme arrondissement). Comme une façon de symboliser la reconnexion du nord et du sud que Samia Ghali entend incarner. Ce lieu a été choisi pour y dénoncer le projet de boulevard urbain sud (BUS), jugé par la candidate comme « une autoroute aspirateur à voiture ». Une large galaxie écolo compose le comité d’accueil, peut-être plus présent pour Royal que pour Ghali. Cette dernière en profite pour dérouler quelques propositions teintées de vert dont un tramway à la place du boulevard urbain sud.

Autocollant du Printemps marseillais fièrement affiché sur la poitrine, une vieille dame remet un petit mot à l’ancienne ministre et lui demande de dédicacer un livre. « Je tiens à avoir une photo avec vous parce que je n’ai pas les moyens d’aller à Paris. Je ne connais pas Paris », dit l’octogénaire, Antoinette Colonna qui a sa carte au PCF. Ségolène Royal est chaleureusement remerciée pour son engagement contre les rejets en mer des boues rouges de Gardanne lorsqu’elle était ministre. Il y a là plusieurs associations environnementales représentées dont Greenpeace et l’Union Calanques littoral.

Quelques rivaux de Samia Ghali ont également fait le déplacement. « Je suis élu du secteur et j’habite là, à 400 mètres. Je n’allais pas bouder et rester chez moi. Je viens parler du dossier que je connais », justifie Hervé Menchon d’EELV. Et quand Marsactu l’interroge sur une possible alliance de second tour avec la candidate soutenue par Royal, il répond que la question « n’est pas à l’ordre du jour ».

Christophe Madrolle qui entend porter une autre candidature sous la bannière de son partie l’Union des démocrates et des écologistes (UDE) affirme quant à lui être en discussion pour le premier tour « avec des gens de chez Sébastien Barles », la tête de liste EELV. « Je veux peser dans cette campagne. Pour l’instant, je suis un candidat heureux, ajoute-t-il. Je suis là en tant que citoyen, avec mes copains. C’est normal en tant qu’écolo d’être là où il y a des combats écolos », dit-il pour justifier sa présence. À la sortie du bain de foule, il salue Samia Ghali d’une accolade chaleureuse.

Non loin de la ferme pédagogique du Roy d’Espagne, Samia Ghali et Ségolène Royal s’apprêtent à remonter dans un imposant SUV Audi blanc aux vitres teintées qui leur a servi lors de ce déplacement. « C’est une voiture qui pollue un maximum, alors pour quelqu’un qui défend l’écologie je rigole doucement », lance un sexagénaire. « On leur a demandé un électrique mais ils n’en avaient pas » répond, gênée, Samia Ghali. « En tant que citoyen, on se pose des questions. En principe les politiques doivent montrer l’exemple », dit l’homme en enfourchant son VTT à assistance électrique.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. patrick patrick

    en voila un sacré tandem, l’espoir renait pour marseille et pour la france

    Signaler
  2. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    « La première est connue, la seconde est Samia Ghali » 👍
    « Chacune livre un discours ventant leurs priorités pour l’environnement » (car les promesses, c’est du vant)
    « Il y a ceux qui parlent d’écologie et ceux qui font. Moi j’agis » dit Samia Ghali avant d’embarquer dans un puissant SUV blanc madone (de marque étrangère).
    You made my day 😁

    Signaler
  3. Regard Neutre Regard Neutre

    Notre Ségolène Royal nationale semble perdre complètement le nord.Sa polarisation médiatique en direction du sud de l’hexagone, pour essayer de densifier et verdir le poids politique d’une candidate aux municipales,magnétise plus les caméras et les micros que les militants écologistes.D’ailleurs,un peu moqueurs, les vrais écolos font constater à l’entourage de Samia Ghali que leur mode de déplacement, entre le nord et le sud de la ville,s’effectue, à grande vitesse,sur un paquebot automobile diesel…Des convictions politiques et écologiques tellement affirmées que personne y croit!

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Suggérer que Mme Royal est une « lumière verte » est peut-être un peu excessif. Elle est surtout intéressée par un tout autre sujet : elle-même. Son principal bilan de ministre de l’écologie, en dehors du fumeux concept d’écologie « punitive » qui permet de justifier l’immobilisme, c’est l’abandon ruineux de l’écotaxe poids lourds, qui existe pourtant dans plusieurs pays voisins.

    « Ambassadrice des pôles » pendant plus de deux ans, elle s’est totalement désintéressée de cette fonction mais n’a pas oublié de faire son autopromotion. Si le charbon était « à la mode », et non l’écologie, Mme Royal en ferait des tonnes pour dire son amour du charbon.

    Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Sans vouloir la dédouaner de ses « sautes d’humeur » liées à un égo surdimensionné (qui d’ailleurs est le signe distinctif des élus de PACA), la Loi sur l’Eau, c’est quand même elle qui en est à l’origine. Le problème c’est que Macron a tellement sabordé les services de l’environnement que plus personne ne contrôle quoi que ce soit.

      Signaler
  5. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    Ghali, Jibrayel, Madrolle… voici quelqu’un qui sait s’entourer…

    Signaler
    • lemoulin.mars lemoulin.mars

      …de gens qui, comme elle, ne se soucient que de leur et dont la réputation de nuisance en période électorale n’est plus à faire. Sous un ton gentiment ironique c’est de la part de Mars Actu un réel coup de pub pour Ghali et ses acolytes. Difficile à accepter…
      Electeur du 15eme

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Allons allons; ne compliquons pas les choses pour les sur interpréter. Il s’agit d’un scénario plus simple. Depuis qu’elle a été nommée par Macron » ambassadrice des pingouins », comme l’a toujours appelée le Canard Enchainé, Royale a pris des habitudes et ses aises (financières). Sachant qu’elle allait être privée et des finances, et de ses interlocuteurs préférés, elle s’est mise en quête d’une solution de remplacement. Un truc pour garder le contact avec ces gentils « volatiles », en deux ou trois heures de TGV.
      Pas facile! Elle a réfléchi, hésité, consulté les planning et les cartes, et puis elle a choisi … Marseille. Banco! Bien vu! Des pingouins y en a, et en nombre comme on le voit sur les photos, et qui plus est des pingouins du sud et du nord (plus du sud quand même, non?)
      Je dis par ça par sympathie pour elle hein; Elle m’a toujours fait débecqueter . Mais il faut reconnaître qu’elle s’est pas ratée!

      Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Et qui plus est, pas le genre de pingouins anxiogènes, fragiles, en voie d’extinction…. non non. Le pingouin marseillais, pour notre plus grand malheur, n’est toujours pas une espèce menacée…

      Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    Samia est comme le caméléon, suivant l ‘air du temps, elle change de couleur. Ce n’ esr plus la Madone mais la Castafiore qui interoge son miroir

    Signaler
  7. Pascal L Pascal L

    Mme Ghali a trouvé la solution pour lutter contre la pollution de l’air dans le 15-16 : habiter sur les hauteurs du 7e loin de la piétaille dont elle sollicite les voix. Elle a aussi résolu le problème du manque de piscine : 2 bassins de 25 m pour 90 000 h (recencés) dans le 15-16, elle a donc la sienne. Gros affichage ces jours ci : on a sa photo partout autour du marché aux puces dont je sors à l’instant et dont les environs sont une vaste décharge à ciel ouvert. Elle cherche donc du boulot !

    Signaler
  8. DP DP

    segolene maire de marseille

    Signaler
  9. Natacha Cauvin Natacha Cauvin

    trop de fautes d’orthographe dans cet article: faire « partis » / les propos ne « sorte » pas…

    Signaler
    • Julien Vinzent_ Julien Vinzent_

      Bonjour, merci pour votre vigilance et toutes nos excuses pour ces fautes, qui sont liées à un bouclage tardif et mouvementé.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire