Samia Ghali : “Ma proposition est peut-être farfelue mais elle a amené un résultat”

À la une
le 30 Août 2012
18

Avec son idée d'envoyer l'armée dans les cités, la sénatrice-maire du 15/16 Samia Ghali (PS) a réussi son coup : faire réagir jusqu'au président de la République, pourtant en déplacement à Madrid. Invitée de notre talk actualité, elle se félicite d'avoir été entendue à défaut d'avoir été approuvée.

Ce qui compte, ce n’est pas la chute, c’est l’atterrissage. C’est en substance ce que retient Samia Ghali au terme d’une séquence politico-médiatique lancée dimanche avec une interview dans le Parisien, et qui a connu son paroxysme jeudi, après un règlement de compte la veille, le 19e localement depuis le début de l’année.

La chute a pourtant été plutôt rude pour la sénatrice-maire socialiste du 15/16, qui a vu jeudi à peu près toute la gauche locale, les ministres de l’Intérieur et de la Défense, et jusqu’au président de la République, s’opposer à sa proposition d’envoyer l’armée dans les cités. Sur notre plateau, elle ne défend qu’à moitié sa proposition, en s’appuyant sur “des sondages” sur les chaînes d’info ou les sites internet à la représentativité douteuse.

Peu importe pour elle : l’atterrissage, s’il flottait dans l’air depuis quelques jours, est particulièrement réussi. L’annonce par le premier ministre Jean-Marc Ayrault de la convocation d’un comité interministériel le 6 septembre, pour parler de la situation de la ville. Réunir sept ministres pour évoquer les problèmes d’une ville : c’est du jamais vu à sa connaissance. De quoi prêter à la stigmatisation de Marseille la violente, la sous-développée ? Pas de besoin de ça pour qu’elle aie mauvaise image, répond-elle.

Si elle se félicite du placement de son secteur en zone prioritaire de sécurité, elle estime dans la foulée de sa contribution en vue du congrès PS, qu’il faut aller au-delà. Et quand on lui fait remarquer que sur ce thème précis, elle brouille les lignes en obtenant l’assentiment d’un Lionnel Luca très Droite populaire, elle oppose le clivage entre connaisseurs du terrain et élus qui en seraient éloignés.

Loading

Cet article vous est offert par Marsactu

Cet article vous a plu ?

Vous seul garantissez notre indépendance

JE M’ABONNE À PARTIR DE 1€

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. ZeCancre ZeCancre

    Ma proposition est peut être farfelue mais la seule méthode pour enraillé cette violence c’est la légalisation..
    Hi Han

    Signaler
  2. Franck.A Franck.A

    Enfin une vraie solution de proposée !!! Bravo mme Ghali !!!

    Signaler
  3. jdeharme jdeharme

    Tout à fait d’accord avec vous Madame Samia Ghali, votre prise de parole secoue le microcosme et c’est cela qui compte dans cette ville où après 19 morts en quelques mois, il est effectivement urgent d’agir. Les solutions viendront grâce au dialogue je l’espère. L’ensemble de vos collègues qui vous critiquent aujourd’hui qu’ils soient de votre bord politique ou du bord opposé
    n’est pas crédible, car à part vous critiquer ils n’ont rien proposé. Je préfère des élus qui proposent et essaient d’agir que des élus qui fuient leurs responsabilités.

    Signaler
  4. François Levigan François Levigan

    On peut effectivement se rallier à la proposition de Madame Ghali (qui rejoint M. Stéphane Gatignon, maire de Sevran), comme M. Vanneste, qui partage son analyse de la situation (curieusement). On peut aussi attendre de voir ce qui sortira de cette réunion interministérielle… Mais il paraît peu vraisemblable que l’armée vienne gérer ces situations de guérillas urbaines. Tant que la presse parlera d’échauffourées au lieu d’attaques… la pègre peut dormir sur ses deux oreilles.

    Signaler
  5. Chris Chris

    Quel meilleur endroit qu’une ville portuaire pour noyer le poisson..
    CATAPLASME SUR JAMBE DE BOIS, allez, braquons bien les projecteurs sur les conséquences et oublions les causes, parlons flics et renforcement sécuritariste quand la seule question c’est l’état actuel de la législation sur les psychotropes.

    Signaler
  6. esternome esternome

    La fracture entre le sud et le nord de Marseille est patente, en termes d’équipements, de tranquillité, d’investissements et de services publics: cette ville mixte est devenue ségrégationniste, volontairement, rien n’a été fait pour rééquilibrer les quartiers, on en voit le résultat. Et malheureusement, Gaudin n’a fait que poursuivre, pour les mêmes enjeux électoraux, les politiques développées par Deferre et Vigouroux. Samia Ghali exprime le désarroi de dizaines de milliers de familles qui se heurtent, dans tous les domaines, à des murs.

    Signaler
  7. vérité 13 vérité 13

    C’est vrai que ça fait du bien de voir des élus qui se bougent et qui n’ont pas peur d’affronter la réalité. Des personnes qui se tuent dans les rues avec des Kalachnikov, si c’est pas de la guerilla, ça y ressemble beaucoup! Quand je lis ce matin dans La Provence les réactions d’aveuglement et de déni de Gaudin et Caselli qui sont supposées nous gouverner, ça fait peur! Il n’y a rien de pire pour un politique que de nier la réalité car on est sur dans ce cas là qu’il n’y aura jamais de solution

    Signaler
  8. Marseillais indigné Marseillais indigné

    Le « bizness » a été longtemps toléré ,comme le qat à Djibouti Certains voyaient là ,un moyen de calmer ,en les abrutissants ,les attentes des jeunes des quartiers pauvres Le mérite des propos, quelque peu provocateurs de Mme Ghali (car ils auraient pu étre prononcés par un “responsable” FN ou de la Droite populiste ) est d’avoir fait sortir du bois ce bon Jean-Claude Mais ce dernier avec ses rodomontades ne fera pas oublier son absence totale de vision politique à long terme pour la Ville de Marseille Le tourisme et l’immobilier c’est un peu court Il ne manque pas de sites valant celui de Marseille sur le pourtour Méditerranéen Il faut prendre à bras le corps les difficultés des quartiers Nord Qu’il s’agisse de leur désenclavement de la formation ,de l’encadrement ,de l’emploi des loisirs , leur jeunesse ne doit pas étre abandonnée entre les mains des marchands de mort ou des imams financés par « nos amis » les pétro monarques , très souvent des gérontes, réactionnaires et misogyne du Golfe Enfin il est clairement établi que le cannabis fout en l’air les neurones et peu étre un facteur déclenchant de la schizophrénie Ce qui n’est pas le cas du tabac voir de l’alcool consommés a petite dose) Alors que les toxicos pauvres petits riches ,qui se plaignent de devoir s’approvisionner clandestinement, assument leur addiction jusqu’au bout et continuent de le faire à leurs risques et périls

    Signaler
  9. Kader .S Kader .S

    Plus q’une appellation , une arme de guerre en action. Seul un corps militaire utlra entraîne peu venir Abou de ces gangs armes et je rejoins Madame le Maire du 15/ 16 arts de faire appel a l’arme. Cependant des mesures d ‘accompagnement sont nécessaire a titre préventif pour juguler la crise qui sévit au sein de toutes ces populations marginalisés . http://www.youtube.com/watch?v=eNAohtjG14c

    Signaler
  10. Kader .S Kader .S

    Plus q’une appellation , une arme de guerre en action. Seul un corps militaire ultra entraîne peu venir Abou de ces gangs armes et je rejoins Madame le Maire du 15/ 16 arts de faire appel a l’arme. Cependant des mesures d ‘accompagnement sont nécessaire a titre préventif pour juguler la crise qui sévit au sein de toutes ces populations marginalisés .

    Signaler
  11. Picard Picard

    Nous avons une gendarmerie nationale, pourquoi ne pas déployer sur le long terme plusieurs escadrons de gendarmerie mobile spécialisés dans le rétablissement de l’ordre ???! Eux au moins sont un minimum équipés! C’est du grand n’importe quoi, nous sommes dirigés par des incapables qu’ils soient de droite ou de gauche ! Il n’y a pas de volonté d’éradiquer les trafics, nous avons une ministre de la justice complètement déconnectée de la réalité et ne parlons pas de la bande d’incompétents qui est censée diriger la ville ! Et puis, dans cette ville, c’est dans tous les domaines que ça ne va pas, Samia Ghali a totalement raison !

    Signaler
  12. HELLEF13 HELLEF13

    On peut être pour ou contre la solution “militaire” à Marseille, mais il faut rappeler qu’il y a un précédent: les pompiers, après l’incendie des Nouvelles Galeries, ont été remplacés par des marins.

    Signaler
  13. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Notre excellent Jean-Clôde s’est réveillé pour qualifier de “caricaturaux” les propos de Jean-Marc Ayrault qui avait le sentiment que Marseille était “à la dérive.” Très bien, Jean-Clôde, mais qu’as-tu fait, durant tes mandats successifs, pour améliorer le sort des habitants des quartiers nord ? Où est ton grand projet pour ces quartiers ? Où est la vision à long terme de ta politique ?
    Sa seule réponse est de demander le classement de toute la ville en zone de sécurité prioritaire. Bref, de traiter les effets, pas les causes.

    Signaler
  14. chutjeparle chutjeparle

    que du blabla autant un parti qu un autre et pendant les elections ils font appel a ses meme personnes de cites tant critiques pour leur assurer les votes apres ces du matraquage

    Signaler
  15. JOSY JOSY

    Plus de sécurité, vols de bijoux dans la rue, tueries, agressions, maisons visitées, mais dans quelle jungle vit-on ?.
    L’armée contre tout ça, par des soldats peu instruits à tous ces cas ? c’est encore trop peu, et pourquoi pas la Légion avec des légionnaires dans chaque rue ou dans les magasins, qui seraient autorisés à intervenir ça dissuaderait certainement plus .
    on ne peut plus sortir ou mettre seulement une seule chaîne en or sans se faire agresser.
    Il faut que ça cesse rapidement , mais ou va-t-on ?
    Sans faire aucune politique, MARSEILLE, ma ville est à l’agonie , gangrénée par un mal que seul, pour être efficace, un remède foudroyant et puissant devrait être employé, mais il faut agir très très vite.

    .

    Signaler
  16. Ellemra Ellemra

    Une des vraies questions, madame, est de se demander comment ces armes de guerre peuvent entrer sur le territoire, où et comment elles se vendent.
    Madame, il vous faudrait aussi apprendre le sens du mot “farfelu”, et apprendre à ne pas penser qu’en politique seuls les sondages comptent. Et arrêter, de grâce, de nous servir à toutes les sauces votre argument éculé de votre naissance et de votre connaissance du terrain.

    Signaler
  17. gnafron gnafron

    Confier à l’armée le soin d’assurer la sécurité publique n’est pas sans précédent en France.
    la plus récente expérience s’appelle la bataille d’Alger.

    Signaler
  18. le sorcier belge le sorcier belge

    finalement c’est elle qui a raison…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire