Quand Marseille était Stones

À la une
le 12 Juil 2012
0
Quand Marseille était Stones
Quand Marseille était Stones

Quand Marseille était Stones

Premier concert dans la petite salle Vallier le 30 mars 1966. Sur la vague de leurs premiers grands tubes comme (I Can’t Get No) Satisfaction, Get Off My Cloud, Paint It Black ou Under My Thumb les Stones attaquent leur dernière tournée avant un break. 3000 fans sont dans le gymnase pour voir Mick Jagger, Keith Richards, Brian Jones, Bill Wyman et Charlie Watts.

Mick Jagger blessé

Christian Berberian était dans la salle : “les gens devaient regarder le concert par terre et sur les côtés il y avait des gradins en hauteur interdits au public. Avec mes amis on faisait partie d’une groupe connu à l’époque, du coup on a pu voir le concert de là-haut. Une sorte de loge privée exceptionnelle”. Un concert de seulement quelques chansons “au bout de trois ou quatre morceaux, un barreau de chaise a été jeté sur Mick Jagger, c’était tout à fait au début.  Ça a provoqué une grosse bagarre, le groupe a quitté la scène et la salle a été évacuée”.

Pour leur premier passage les Stones ne vont pas oublier Marseille. Même si à cette période les échauffourées étaient fréquentes durant leurs concerts, cette histoire de chaise apporte une touche locale à celle-ci. Bilan de l’escale marseillaise : une blessure sans gravité mais un passage à l’hôpital de la Conception pour huit points de suture selon la légende, puis direction la gare Saint-Charles pour partir à Lyon, lieu du prochain concert que Mick Jagger passera avec des lunettes noires à la suite de l’incident.
L’arrivée du groupe à Marignane :

Loading

Enfin satisfait

La sœur de Christian BerBerian était, 24 ans après son frère, présente au deuxième concert. Le 20 juin 1990 à l’occasion de l’Urban Jugle Tour. Elle se souvient de voir “énormément de monde” et ne trouve qu’un mot pour résumer ce spectacle : “grandiose”. Le show a lieu cette fois au stade Vélodrome avec 50 000 fans. Le matin même la presse s’enflamme « le plus grand groupe de rock du monde », « ils sont là ! », elle revient sur l’histoire du premier concert de 66 et sur l’actuelle tournée triomphale du groupe.

Sous un temps pluvieux, le concert débute avec Start Me Up, un fan raconte sur son blog : « Un groupe en pleine forme pour nous emmener pendant presque deux heures dans leur enfer, aux enfers du rock n’ roll stonien. Une scène gigantesque nous attend, […],pas un instant de répit, […,] ils nous offrent aussi une superbe mise en scène lors du mythique Sympathy for the devil, alors que le diable sautillant Jagger arrive dont ne sait où, […], l’inoubliable Satisfaction sonne la fin avant le désormais traditionnel feu d’artifice. Nous quittons le stade […] peuchère que c’était bon ! ». Les Marseillais peuvent être satisfaits.

Loading

Irrésistible

Dernière visite le 5 juillet 2003 à l’occasion du Licks World Tour pour les 40 ans du groupe, toujours au stade Vélodrome. Les inrocks qui relatent le concert parlent d’une machine qui « au décollage met du temps » mais qualifie les solos de Keith Richards « d’une classe irrésistible », sur la performance global  « Le tempo est enlevé, la guitare électrisante et nourrie au blues, les solos étirés, le son irréprochable même si parfois un brin trop faible. Le tout conjugué au talent inexorable de cinq musiciens hors-pair ».

Une performance de haut vol « Après plus de deux heures et demi de performance – puisqu’il s’agit là de performance proprement dite – la bande à Mick a bien du mal à conclure tant l’ovation du public les encourage à savourer et savourer encore ces ultimes instants magiques et gratifiés ». Encore une fois le public et la presse sont émerveillés, pour La Provence « les Stones ont explosé le vélodrome » alors que La Marseillaise ne s’en remet pas « ben mes aïeux ».

à partir de 34 minutes 51 :

Loading

Trois concerts qui ont, chacun à leur manière, marqué les personnes présentes. Une nouvelle tournée est normalement prévue pour 2013. Pour une quatrième à Marseille ? Le plus grand groupe de rock de tous les temps en concert dans la capitale de la culture, ça aurait de la gueule.

Cet article vous est offert par Marsactu
Marsactu est un journal local d'investigation indépendant. Nous n'avons pas de propriétaire milliardaire, pas de publicité ni subvention des collectivités locales. Ce sont nos abonné.e.s qui nous financent.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire