Olivier Besancenot à Marseille aujourd'hui pour soutenir les salariés de NetCacao

À la une
le 1 Fév 2011
3

A un peu plus de 24 heures du verdict du tribunal de Commerce de Marseille concernant la situation de NetCacao, Olivier Besancenot, porte-parole du Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) a fait le déplacement jusqu’à l’entreprise pour soutenir les salariés. Arrivé vers 11h30, il a été invité à visiter l’usine, où il a aussi rencontré une dizaine de salariés de l’entreprise Fralib, également en conflit depuis près de deux mois. « Nous sommes ici pour soutenir les collègues », explique Dominique Basset, délégué syndical CGT de Fralib. L’occasion pour Norbert Sanchez, délégué syndical CGT, de faire le point sur la situation. Au programme : discussion avec les employés et visite de l’entreprise, presque vide aujourd’hui. Plus de stock et pourtant les clients sont toujours là. Leur cible : les banques qui refusent toujours de leur prêter suffisamment de fonds pour continuer la production.

Alors que le 11 janvier dernier, le préfet de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur n’avait pas voulut recevoir les salariés de NetCacao, et qu’il nous avait fait part de l’impuissance de l’état sur ce dossier quand nous l’avions rencontré lors de ses voeux à la presse :

Hugues Parant vient de  confier aujourd’hui au Président de la  Chambre de Commerce et de l’Industrie de Marseille une mission pour « l’éclairer sur les raisons du blocage de la situation de l’entreprise Net Cacao et faciliter, autant que faire se peut, l’émergence d’une solution permettant de sauvegarder l’emploi dans cette entreprise industrielle ». « J’attacherais du prix à ce que vous puissiez me faire part de votre analyse de ce dossier d’ici quelques jours, et que nous puissions, ensemble, évaluer les voies et les moyens qui permettrait de sortir l’entreprise NetCacao de l’impasse dans laquelle elle semble se trouver en ce moment ». Les résultats de cette mission devraient être connus dans une dizaine de jours. En attendant, le tribunal de Commerce de Marseille doit rendre son verdict demain à 14 heures.

Coup de chance en tout cas pour les salariés de Netcacao, le Préfet a confié cette mission à Jacques Pister, le Président de la CCI, plutôt qu’à Solange Biaggi l’adjointe au commerce de Gaudin :

Un lien Tout savoir sur la Chocolaterie de Saint-Menet

Un lien Solange Biaggi connaît tout sur le chocolat mais n’a jamais entendu parler de NetCacao, sur Marsactu

Un lien Quand la gauche manifeste avec les employés de Fralib, La Poste et NetCacao, sur Marsactu

Un lien Fralib et NetCacao : l’incertitude, sur Marsactu

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. jfm jfm

    cette dame doit arrivé d’une autre planète 55 ans qu’il y a une chocolaterie à Marseille avec n’estlé et 5 ans avec net cacao cela prouve toute la passion de la ville pour ses entreprises elle ne doit pas lire ou écouter les médias alors madame il faut sortir de votre trou

    Signaler
  2. jfm jfm

    les personnes médiatique peuvent nous aider mais il n y a pas de secret il faut que ce soit nous les salariés qui devront prendre notre destin en main. merci Mr besancenot

    Signaler
  3. Casanovette Casanovette

    « Coup de chance en tout cas pour les salariés de Netcacao, le Préfet a confié cette mission à Jacques Pfister, le Président de la CCI, plutôt qu’à Solange Biaggi l’adjointe au commerce de Gaudin » …

    Quel chance en effet ??? Un Jacques Pfister pour sauver l’affaire ! Oui c’est sur, si ce Pfister a des ambitions politiques, ce dont nul ne doute, on peut bien imaginer que Netcacao maintenant qu’elle bénéficie des feux des projecteurs, a tout les arguments pour l’intéresser.

    On peut bien comprendre que l’urgence quant à la situation de l’entreprise, ne souffre pas, pour l’heure, de ce type de considérations mais au final, quand l’affaire sera débloquée, on pourra continuer de féliciter et de remercier les travailleurs de Netcacao qui ont tenu bon et se sont à plus d’un titre « dépassés », mais aussi tout les médias qui ont apporté un éclairage vif à la situation, la rendant incontournable.

    Pour ceux, toujours prêt à tirer les marrons du feu une fois cuit, vous m’excuserez mais je continuerais à ne pas m’en réjouir ni à féliciter ce type de « sauveurs », surtout quand ils font parti des responsables d’un système qui conduit à de tels aberrations.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire