Les propriétaires de la rue d’Aubagne dénoncent leur abandon

Actualité
le 14 Mar 2020
1

Depuis plusieurs mois, les propriétaires des immeubles voisins des effondrements de la rue d'Aubagne naviguent entre péril imminent et propositions de rachat. Avec l'impression têtue d'être volontairement maintenus dans l'ignorance.

De l’un à l’autre, les numéros volent. Il y a celui du 75, ceux du 79, d’autres du 73, un gars du 83, un autre du 69. À ces numéros de la rue d’Aubagne répondent d’autres chiffres avec quelques zéros derrière. Ce sont les offres de rachat que certains d’entre eux ont reçu de la […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Vincent Squale Vert Vincent Squale Vert

    Effectivement l’anah ne subventionne que des travaux pérennes sous régime d’arrêté de péril ordinaire et/ou insalubrité remediable et donc pas des mesures conservatoires d’urgence d’un arrêté de péril grave et imminent. Nous ne arrêterons pas sur la pratique de la Ville de Marseille de ne pas passer en péril ordinaire, régime qui permettrait à la commune de réaliser des travaux d’office en lieu et place du propriétaire défaillant, de ce faire subventionner par l’anah, ce qui permettrait à la ville de se faire 100% de marge sur le montant des travaux prescrit si elle recouvre bien les sommes auprès du copropriétaire défaillant comme prévu légalement.
    Effectivement nous assistons dans le cadre du PPA à un détournement des procédures LHI pour que métropole et EPF propose des vils prix de rachats aux propriétaires pour un projet urbanistique et immobilier dont nous ignorons les contours, peut-être pas certains promoteurs. On ne vise plus la réhabilitation du bâti mais de l’opportunité immobilière. Enfin, n’est il pas surprenant de voir l’ars autant mobilisée par les Déclarations d’utilité publiques, demandes métropole et ppa, et non sur l’instruction de dossiers d’insalubrité sur les communes non dotées de services communaux d’hygiène et de santé qui restent nombreux dans le département. Marseille au détriment des communes de la Métropole et des 3 EPCI du nord du département….

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire