La machine à penser du préfet délégué à la métropole

À la une
le 19 Nov 2012
15

Si ce n'est pas une usine à gaz, ça en a au moins l'apparence. On en parlait début novembre : pour préparer le terrain du projet métropolitain de Marseille, le préfet chargé du dossier, Laurent Théry, a mandaté des groupes d'experts qui se réunissent régulièrement depuis le début du mois. Mais l'édifice mis sur pied pour aboutir à une grande conférence métropolitaine dans la semaine du 17 décembre est encore plus complexe. "J’envisage d’ouvrir une concertation à plusieurs niveaux", indique-t-il d'emblée dans une "note d'organisation" pêchée par Marsactu. La préfecture est pour l'instant restée discrète sur ce dispositif, que nous vous détaillons ici. Elle n'a d'ailleurs pas donné suite à nos demandes de précisions sur le sujet.

Tout en bas il y a, et c'est salutaire, la liste de cadeaux de Noël que la métropole est chargée d'apporter. Ces "fiches actions", au nombre de 18, couvrent pour beaucoup des domaines esquissés dans le comité interministériel pour Marseille : "Accélérer la mutation du GPMM (grand port maritime de Marseille, ndlr)", "Accélérer l’achèvement du programme de rénovation urbaine". D'autres sont plus inattendues : "Développer l’offre de soin dans les quartiers prioritaires, notamment au sein des centres sociaux", "Faire des jeunes des vecteurs de l'identité métropolitaine en favorisant leur autonomie et leur citoyenneté", "Donner à Marseille une visibilité internationale, notamment par l’organisation d’un événement à portée mondiale" (merci pour Marseille-Provence 2013, qui débute en janvier…).

Le champ des compétences semble en tout cas dépasser celui que pourrait englober la future métropole, dessinant un projet où l'Etat et d'autres collectivités mettraient ensemble la main à la pâte. A la manoeuvre, ces 14 groupes d'experts déjà évoqués. Ceux-ci sont pour beaucoup des spécialistes issus de l'administration (agence régionale de santé, agences d'urbanisme, directions régionales ou départementales de l'Etat). Ils "n’ont pas vocation à exprimer une position politique, les personnes participant aux travaux ne sont pas là en tant que représentant de leur institution mais pour leurs compétences reconnues dans un domaine particulier", précise le préfet.

Les politiques piaffent

Destinataires de ce jus de crâne : les patrons de ces mêmes institutions qui, "eux non plus, n’ont pas vocation à porter un message politique". Au sein de cinq ateliers, ils doivent en faire un cocktail digeste pour la conférence métropolitaine. "Cette conférence permettra d’arrêter le programme de travail pour l’année 2013 ainsi que les grands  projets qui pourront être portés par la future institution métropolitaine", indique Laurent Théry. La première réunion de ce deuxième étage de la fusée est prévue cette semaine. Ensuite, un point d'étape sera soumis à l'avis d'élus et de représentants du monde économique réunis en Préfecture.

Cette phase concertative arrive à point nommé. Si l'organisation institutionnelle fait l'objet de consultations régulières et donne lieu ces derniers jours à une multiplication des pages de pub dans les journaux, Samia Ghali nous confiait lundi "être dans le flou" sur les projets à venir, "à part sur la sécurité". A l'évocation du travail des groupes d'experts, la sénatrice et maire socialiste du 15/16 regrettait qu'il se fasse "entre techniciens et non avec des élus".

La semaine dernière, dans un communiqué, la vice-présidente du conseil régional déléguée aux services publics et à la démocratie de proximité Nathalie Lefebvre (Front de gauche) s'étonnait des conclusions en matière de santé "des « experts de la métropole » (ni élus, ni syndicats des personnels de santé ou des médecins, ni associations de malades…)", avec "à leur tête le directeur adjoint de l’ARS, organisme qui a mis en œuvre la loi Bachelot qui a cassé l’hôpital public, programmé la fermeture de dizaines de maternités et de services hospitaliers". Une des connaissances marseillaises du préfet Théry nous louait récemment sa capacité d'écoute, il en aura besoin…

La lettre du préfet Théry :

La liste des fiches actions :

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Puig Puig

    À quoi bon consulter à outrance les élus, puisque par principe, ils sont contre ?
    On ne peut pas exiger la concertation quand on refuse par principe toute évolution….

    Signaler
  2. Anonyme Anonyme

    Quand on connait la qualité des élus du 13, il semble plus qu’évident de ne pas les consulter.

    Signaler
  3. toine toine

    Pourquoi faire appel aux élus lorsqu’ils/elles démontrent jours après jours leur incurie pour gérer notre territoire.
    A part, une facilité déconcertante pour entretenir le clientélisme et développer le copinage électoraliste, ce sont pour la plupart une bande de bon(ne)s à rien!

    Signaler
  4. luc luc

    marseille sous tutelle
    il est honteux d accepter une telle main mise de l etat et de quelques technocrates qui ne se sont jamais confrontes a la realite qui n ont jamais pris le risque du suffrage universel mais qui sont donneurs de leçon
    marseille merite mieux que ces adeptes du copie colle et autres power points
    quant aux promoteurs de cette mise sous tutelle en particulier la cci ils devrait faire le bilan de leurs activites
    cela serait interessant

    Signaler
  5. Placeauxjeunes Placeauxjeunes

    On peut aussi supprimer la démocratie, comme ça, il y aura plus d élus. Le meilleur moyen de s exprimer, ca reste encore le bulletin de vote

    Signaler
  6. Puig Puig

    En effet, bulletin de vote qui a porté au pinacle de grands démocrates et des élus de haute volée comme Gaudin, Joissains, Guérini, Tapie, Megret ou Ravier…
    La haine du technocrate, de l’expert, est la première étape du populisme et la principale excuse de l’élu incapable.

    Signaler
  7. Placeauxjeunes Placeauxjeunes

    Pourquoi pas mais alors désignons clairement ceux qui avaient le poiuvoir de faire bouger les choses gaudin,caselli,joissain…7)

    Signaler
  8. chris chris

    @Marsactu, Vous n’auriez pas les listes des groupes d’experts constitués, fiche 1 à 19 ? svp

    Signaler
  9. Placeauxjeunes Placeauxjeunes

    Il y en avait un qui avait compris l importance des experts, des intellectuels, des universitaires, c est JN guerini. Il avait fait appel sur sa liste aux dernieresmunicipales Monsieur Viard, Monsieur Boulexteix, Monsieur Morel pour ne citer que les plus connus.

    Signaler
  10. Anonyme Anonyme

    C’est encore une façon de masquer la réalité politique marseillaise. On crée une nouvelle strate administrative qui viendra masquer tous les dérapages, magouilles des précédentes…
    Une seule chose ne changera pas ce sont les politiques.
    Bilan on repart sur une feuille blanche mais sans avoir changer d’encre!
    Gaudin Guerini et consorts doivent se frotter les mains

    Signaler
  11. vérité 13 vérité 13

    Placeauxjeunes, tu as raison dans ton constat. Les 2 personnalités qui ont lancées l’appel de la société civile en faveur de la Métropole sont 2 élus de la liste de Guérini lors des dernières municipales, M. Viard et M. Boulexteix. Finalement, Guérini était -il un visionnaire? Dans la double page de La Provence d’aujourd’hui ( je ne sais pas qui à payé mais une double page dans La Provence ça doit pas être donné!)je constate d’ailleurs que ces 2 personnes ont oublié de mentionner qu’elles étaient également élues.

    Signaler
  12. Placeauxjeunes Placeauxjeunes

    Franchement respect si ils ont payé eux même, au moins c est pas l argent public qui est utilisé. Par contre, dire que certains n auraient pas signés s’ils avaient signé comme élu alors que tout le monde sait qu ils sont élus, c est un peu hypocrite.

    Signaler
  13. lucas lucas

    peut on connaitre le nom et titres des experts
    merci

    Signaler
  14. vérité 13 vérité 13

    Mais alors, quel est l’intérêt d’être élu si quand on parle de chose aussi importante pour la vie des citoyens et l’organisation politique d’un territoire, l’élu s’efface devant la personnalité civile? C’est à plus rien n’y comprendre.

    Signaler
  15. vérité 13 vérité 13

    Vincent13008,
    “plutôt que chercher les coupables, si on cherchait des solutions”. En fait, on efface les ardoises et on repart à zéro. C’est un peu facile quand même. Ceci étant, je reconnais que c’est exactement le but de la manoeuvre: noyer l’incompétence de ceux qui nous on gouverner ces dernières années dans un mammouth où plus personne ne sera qui fait quoi et qui décide de quoi.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire