Kia fait tousser le Parc en mettant en scène sa nouvelle voiture dans les calanques

Info Marsactu
le 14 Déc 2019
27

Début septembre, Kia organisait le lancement de son nouveau modèle de voiture SUV à Marseille. Les clichés du véhicule dans les calanques ont déclenché un litige entre le constructeur et le parc national, qui compte bien défendre son image. Histoire d'une bataille de com'.

Photo extraite du kit de presse, floutée par nos soins.

Photo extraite du kit de presse, floutée par nos soins.

« Il y a un an et demi, quand Hyundai est venu à Marseille, on avait réussi à régler ça entre gens normaux », peste Philippe Lacroix, journaliste automobile de longue date. Cette fois-ci, les choses semblent se corser pour les constructeurs et la presse auto, friands de paysages méditerranéens. Début septembre, la marque Kia organisait à Marseille la présentation de son nouveau modèle de « SUV » (berline à l’apparence tout terrain). Quelque 600 invités, journalistes et « influenceurs » étaient conviés. Après des démonstrations à Luminy avec accord municipal, les journalistes ont pu tester eux-même le fameux « Xceed ». « En général, je conseille à mes confrères d’aller sur la route des Goudes, on peut y faire des travelling sympas, c’est merveilleux », poursuit Philippe Lacroix, habitué à ce genre d’événement et Marseillais d’origine.

Pour ceux qui n’obtiendraient pas satisfaction avec leurs propres images, Kia avait bien entendu tout prévu. Un « road book », ou dossier de presse, était fourni avec de belles images mettant en scène la voiture dans les lieux phares des Calanques. Le Xceed à la baie des singes, le Xceed sur la route des crêtes, le Xceed sur la route des Goudes… Des images qu’ont pu découvrir les services du parc national, après que les écogardes ont surpris les journalistes en goguette. Domitille Pélissier, chargée de la police administrative de l’établissement public, a alors bondi de son siège.

Nous avons fait valoir un préjudice pour atteinte à l’image.

Domitille Pélissier, chargée de la police administrative du parc

« Nous avons immédiatement demandé le retrait des images. Non seulement cela pose un souci administratif, car une demande aurait dû être faite auprès du directeur du parc, mais cela porte aussi atteinte à son caractère, défend-t-elle. Nous essayons de faire du parc un espace de tranquillité et de contemplation, où l’environnement est protégé. Ce qui ne colle absolument pas avec la promotion d’un véhicule motorisé. »

« Personne ne nous a prévenus »

Une réaction complètement inattendue selon Xavier Domenech, chef des relations presse et publiques chez Kia France. Selon lui, une centaine de titres auraient publié les images, et seraient donc concernés par la demande de retrait. « Il y a un défaut flagrant d’information. Nous avons informé les services de la mairie de notre présence et à aucun moment quelqu’un ne nous a prévenus », s’insurge-t-il, assurant de sa bonne foi, ou plus précisément de celle de Kia Europe, organisateur de l’événement. « Sur place, rien, aucune signalétique ne signale l’interdiction de prendre des photos. » Sur internet en revanche, le règlement du Parc indique :

Les prises de vue ou de son réalisées dans le cadre d’une activité professionnelle ou dans un but commercial sont soumises à une autorisation préalable du directeur du parc national et sont subordonnées au paiement d’une redevance.

Le texte précise encore : « Cela concerne tous projet audiovisuel commercial » mais aussi « reportage d’actualité, journal télévisé ou magazine, documentaire, didactique, pédagogique » ou encore « illustration presse » et même « acquisition de données, protocole scientifique, action de gestion ». La redevance est censée correspondre à une grille tarifaire comprise entre 0 euros pour des illustrations de presse à 2000 euros pour des publi-reportages ou mise en valeur de produits. Lesquels sont tout bonnement interdits dans les « espaces d’exception » du parc. Philippe Lacroix, qui a été concerné par cette demande de retrait, tient lui à préciser : « Nous ne faisons pas de la publicité, nous sommes journalistes. »

Habituellement, le parc est peu regardant avec les articles de presse, qui sont donc eux aussi soumis à une autorisation. Mais dans ce cas spécifique, la question de la limite entre promotion et information est forcément légitime, surtout lorsque c’est Kia qui fournit les clichés. Plus encore, ce sont les caractéristiques même du produit qui gênent le parc. « Nous avons souvent des cas de produits avec une certaine note provençale, en général on accepte ou lorsqu’il n’y a pas de demande, on régularise. Là, on est sur un produit qui n’est pas respectueux de l’environnement et en opposition avec le caractère du parc », maintient Domitille Pélissier qui échange depuis septembre avec Kia pour tenter d’obtenir le retrait d’un maximum de photos.

Possibilités de procédures judiciaires

« Nous irons au bout de notre démarche administrative, et si nous n’arrivons pas à nos fins, nous pourrons engager des poursuites judiciaires », prévient-elle. « D’autres choses polluent beaucoup plus, comme les bateaux de croisière ! C’est ridicule, sans compter que c’est impossible de retirer les photos sur la presse papier, et qu’on discrimine donc les médias internet », s’agace Philippe Lacroix, pour qui cette affaire est injuste. « Lorsqu’il s’agit de faire reconnaître la sensibilité du site, dire qu’il ne faut pas piétiner certaines zones, en général c’est respecté. C’est plus compliqué quand il s’agit du « caractère » du parc et de la compatibilité avec la promotion de produit », reconnaît la responsable.

ce qui est préjudiciable, c’est cette mise en scène surannée de l’homme tout puissant dans sa machine qui domine la nature.

François Bland, directeur du parc

 

Selon elle, cinq médias d’envergure refusent encore de retirer les images conflictuelles. Il s’agit notamment du Point, du Fil auto, de LBA TV (Le billet auto), ou encore de Caradisiac. « C’est un système complexe dans lequel ce n’est pas le constructeur qui diffuse directement les images mais des parties intéressées. Il s’agit d’une chaîne de diffusion difficile à stopper complètement », précise le directeur du parc, François Bland. Conscient de la difficulté d’agir sur les médias, par ailleurs protégés par la liberté de la presse, le parc ne discute pour le moment qu’avec le constructeur. Un moyen pour François Bland de prendre le problème à la racine. « Nous voulons que les constructeurs arrêtent de prendre le sujet à la légère. Nous ne leur interdisons pas de circuler mais nous voulons qu’ils comprennent que ce qui est préjudiciable, c’est cette mise en scène surannée de l’homme tout puissant dans sa machine qui domine la nature. »

Opération à 1 million

« Pourquoi stigmatiser les utilisateurs de voitures ? Pourquoi faire l’injonction à une centaine de journalistes de retirer leurs photos alors que des milliers d’automobiliste circulent sur ces routes ?« , feint de s’interroger Xavier Domenech qui se fait fervent défenseur de la liberté de la presse et considère comme hypocrite la réaction du parc. Malgré son désarroi, Kia a fait retirer le kit presse en question. Sur son site français en tout cas. Car celui-ci était toujours téléchargeable sur le site européen de la marque lors du bouclage de cet article.

Localement, Philippe Lacroix se démène pour tenter de faire abandonner les procédures du parc. Dans une lettre adressée au maire de Marseille, il déplore un « fait important qui dégrade fortement l’image de notre ville. » Il rappelle qu’il s’agissait d’une « présentation  internationale, en recevant 500 journalistes venus de l’Europe entière, sur une quinzaine de jours, avec comme base l’hôtel NH sur la Corniche. Une opération qui doit approcher le million d’euros. » Un courrier resté pour le moment lettre morte.

Le chef de service des relations presse et publiques de Kia France a quant à lui fait passer un message à tous ses « invités ». Après leur avoir demandé de retirer les photos fournies dans le kit presse, il a conclu : « Bien entendu, suite à cet incident ubuesque que nous subissons à nos dépens, vous pouvez être certains que notre entreprise n’organisera plus jamais d’essais ni d’événements dans cette région de France ». Bonne route.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. MarsKaa MarsKaa

    Tout le monde ignore donc, jusqu à la municipalité, ce qu est un parc national…
    Merci aux responsables du parc d avoir engagé ces démarches.
    Le copinage, au profit de quelques uns, au mépris de la loi, ya basta !

    Signaler
  2. one live one live

    « Bien entendu, suite à cet incident ubuesque que nous subissons à nos dépens, vous pouvez être certains que notre entreprise n’organisera plus jamais d’essais ni d’événements dans cette région de France »
    Et oui, quelle prétention chez nos soi disants protecteurs du parc, quelques écolos recasés à nos frais dans les shémas de l’élu…..
    Les calanques n’appartiennent à personne depuis plusieurs milions d’année et surtout pas à quelques uns qui n’ont eu , comme préoccupation que de sécuriser leur emploi, placer leur bateau à Sormiou et récupérer des cabanons.
    Commencez par bloquer les rejets, et virer les bateaux ventouses de port miou avant d’avoir des prétentions malheureuses ! Honte à vous

    Signaler
    • Reuze Reuze

      Je vous invite à lire la presse ces derniers mois, par exemple Capital rubrique « lifestyle », bien connu pour son intégrisme écolo et sa propension au terrorisme vert:
      « […] ces dix dernières années, les SUV ont été la deuxième source de croissance des émissions de CO2″, après le secteur de l’énergie, mais avant l’industrie lourde (acier, ciment…), les poids lourds ou l’aviation. »
      https://www.capital.fr/lifestyle/les-suv-deuxieme-cause-demission-de-co2-dans-le-monde-devant-lindustrie-lourde-1353031

      Signaler
    • Jacques89 Jacques89

      Je confirme! Ils doivent également trouver quelques « notes provençales » dans les rejets de l’usine de traitement des boues qui relargue les excédents des digesteurs à Cortiou. Là, personne ne moufte. Engueuler Kia ça fait partie du greenwashing habituel du PNC.

      Signaler
  3. Tarama Tarama

    Bon débarras, n’en déplaise aux victimes du syndrome du larbin.

    Il y a des règles et des lois dans notre pays et quelques infimes portions du territoire sont (un peu) protégées. Et nul n’est censé l’ignorer.

    Signaler
    • one live one live

      accord avait été donné non finalisé….. bureaucratie lambinante

      Signaler
    • Tarama Tarama

      Accord illégal de la part d’un service pas compétent pour le donner.

      Signaler
  4. Marc Barbault Marc Barbault

    N’importe quel professionnel, régisseur ou assistant réalisation, ou directeur de production sait très bien que le parc national est soumis à une législation, Je serai extrêmement surpris qu’une campagne de cette envergure ne soit pas encadrée de gens qui savaient, on peut donc supposer que tout ça a été fait en « sauvage » car sinon ils n’auraient jamais eu les autorisations, même en payant.

    Signaler
  5. Philippe Lamotte Philippe Lamotte

    Ces voituriers coréens sont vraiment des malfatti qui croient que le patrimoine de la France peut être souillé comme celui de leur misérable pays qu’ils ont divisé!

    Signaler
  6. mrmiolito mrmiolito

    Qu’ils aillent se jeter avec leurs SUV de m… et pas aux goudes, justement ! Total respect au Directeur du Parc qui défend son image.
    J’ai personnellement fait retirer 2 publicités géantes Carrera sur la Corniche et sur la Canebière, avec l’aide de l’ARPP, il y a quelques années parce qu’elle ne respectaient pas la loi !
    Marseille est une ville bien assez bagnolarde comme ça pour ne pas encore s’en coller sur les murs !

    Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Il faudrait aussi interdire la trombine des nos femmes et hommes politiques en photographies dans les calanques. Cela pollue, ils sont moches ,ils gâchent le domaine public de ce magnifique parc alimenté par les égouts marseillais et les déchets de Gardanne. Alors cela est vrai . Une bagnole au milieu du parc c’est pas génial , mais le grand collecteur de Cortiou c’est une horreur.

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Ces colleurs d’affiches multi trombones devraient être poursuivis en justice, et condamnés à de lourdes amendes et indemnités ad hoc, pour atteinte à l’image et infraction aux règlement de la publicité. Mais que fait la mairie, que fait la célébrissime MARIE LOUISE LOTA, préposée à la chose et ir responsable de cette délégation ? Rien bien sur; elle roupille ou regarde ailleurs; du coté de la pointe rouge sans doute!

      Signaler
  8. Forza Forza

    Bref les gars, si vous voulez continuer à venir faire du « journalisme » sur la Corniche aux frais des annonceurs, il va falloir vous recycler dans le « journalisme » pour les produits de beauté 😉

    Signaler
  9. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Vous avez certainement remarqué que les marchands de bagnoles ne vendent plus de bagnoles, mais de la « liberté » et des « grands espaces » : sur leurs pubs, jamais d’embouteillages, même en pleine ville et en pleine journée ; et à la campagne, pas un chat sur les routes.

    Le message subliminal de ces pubs, c’est que l’automobiliste est seul au monde, et qu’il peut bien faire ce qu’il veut. D’ailleurs, des pubs récentes montraient des bagnoles garées sur une piste cyclable, et même carrément sur une plage. Dire qu’un SUV est chez lui au coeur d’un Parc National est donc dans l’ordre des choses pour ces gens-là. Quand bien même la mode qui met en avant ce type de véhicules présente de redoutables inconvénients pour notre avenir à tous.

    Soutien total au Parc National.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Cher 8e vous avez raison sur la voiture et l’outil marketing avec ses messages subliminaux, néanmoins cela n’est rien face à la station d’épuration qui n’epure pas grand chose et les boues. Le vrai danger est là. Alors que le directeur s’emeuve sur une photo, c’est bien il aura une image, mais je devrais l’entendre hurler au sujet des boues rouge et de cette véritable coulée d’ordures en pleine mer. Mais je n’entends rien à ce jour.
      L’écologie est sélective.

      Signaler
    • one live one live

      on entend rien non plus sur les bateaux de port miou dont la plupart des proprios n’habitent pas la region………
      pollution majeure comme les rejets…….
      et pour les suv, les gens ont encore le droit de rouler, et de rouler dans ce qu’ils apprécient, n’en déplaise aux jaloux

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      L’hostilité aux SUV n’est heureusement pas une question de « jalousie », mais de conscience. Même si elle est en vente libre et à la mode, cette aberration pour l’environnement, pour la sécurité des piétons et pour l’utilisation de l’espace public urbain présente en réalité un seul intérêt : elle offre aux constructeurs automobiles de fortes marges. Un article parmi tant d’autres à ce sujet : https://lesjours.fr/obsessions/suv/ep2-dangers/

      Signaler
    • BerezinaTT BerezinaTT

      « N’en déplaise aux jaloux », ou l’argument du faible d’esprit qui s’auto-congratule pour une chose aussi futile qu’une bagnole… Pas étonnant que vous vous offusquiez de la réaction du Parc, one live. Alors qu’elle est pourtant parfaitement justifiée.

      Signaler
    • Tarama Tarama

      Concernant le « problème » de la station d’épuration, êtes-vous prêt à arrêter « d’aller à la selle », comme on dit ?
      Moi je veux bien, mais ça va être compliqué…

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      @Tarama. Le problème de la station d’épuration est bien réel, mais il est antérieur à la création du Parc National et ne relève pas du comportement de voyou d’un publicitaire. Ce problème pourrait être résolu s’il y avait la volonté politique de le résoudre, et il aurait été cohérent de le faire au moment de la création du Parc : https://paca.lpo.fr/protection/engagements/actualite/3315-petition-debarrasser-definitivement-les-calanques-du-rejet-polluant-de-cortiou

      Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire.

      Signaler
  10. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    La chasse étant autorisée dans ce parc national, pourquoi n’avoir pas mis de nemrods sur les photos de ce tas de plastoc.

    Signaler
  11. Berami22 Berami22

    Apparement beaucoup n’ont pas compris qu’il y avait eu création d’un parc national en 2012 et que cela entrainait des restrictions et des obligations en contre-partie d’une protection de ces lieux. Parmi ceux-ci les représentants de Kia mais plus grave les fonctionnaires de la mairie de Marseille qui n’ont pas réagi à leur demande. On peut malgré tout s’étonner de la rapidité du parc à s’attaquer à des symboles ou à des images « subliminales » alors que de grosses pollutions, bien concrètes comme Cortiou ou Cassidaigne, continuent à déverser leurs cochonneries en mer comme avant, parc national ou pas parc national.

    Signaler
  12. Brallaisse Brallaisse

    Que voulez vous ce pauvre directeur est dans la lignée des Vlasto, de la maire de Cassis, de Gaudin et Vassal,metre la poussière ou plutôt la merde sous le tapis.

    Signaler
  13. barbapapa barbapapa

    Les journalistes automobiles ont c’est vrai une carte de presse mais ils sont d’une espèce à part dans la profession, du genre « extrême gamelards », et à 95% leurs écrits sont des « publi-reportages »

    Signaler
  14. jo147 jo147

    Moi j’aime bien la réaction du directeur du parc national. Il en fait une affaire de principe et non pas une histoire administrative. On est dans le politique, voire dans le philosophique, mais bien sûr ni Kia, ni le journaliste auto ne veulent aller sur ce terrain.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire