"Il y a un changement d'échelle de l'entreprenariat social dans cette région"

À la une
le 21 Nov 2014
1

Pupille de la nation, éducateur de rue, le "chti" André Dupon est devenu un "serial" entrepreneur social, par nécessité. "J'en avais marre de passer mon temps dans le bureau des juges avec des jeunes délinquants, j'ai donc essayé de trouver des entreprises qui pourraient accepter et tenter de les réinsérer, par le travail". C'est ainsi qu'André Dupon est devenu un des pionniers de l'entrepreneuriat social en France. Il y a 15 ans, il est entré chez Vitamine T, une entreprise du Nord dont il a contribué à faire l'une des plus importants groupes de ce secteur avec des filiales spécialisées dans le nettoiement, la médiation sociale ou le recyclage des déchets électroniques.

Nous avions à l'époque 600 salariés et 55% de notre chiffre d'affaires était de l'argent public. Nous avons aujourd'hui 3000 salariés, pour 50 millions de CA, dont 11% est apporté par de l'argent public.

Car une des principales critiques faites à ces entreprises sociales serait de n'exister que grâce à des fonds publics. Elles concurrenceraient par là-même, et d'une façon parfois déloyale, des entreprises issues du secteur marchand. Le président du Mouves s'en défend :

C'est un dogme qui est en train de tomber, dans la mesure où la majorité des entreprises sociales génèrent elles-mêmes les ressources issues du marché pour exercer leur impact social. Quand elles ont des aides – chez nous c'est 11% – cela revient beaucoup moins cher que de laisser des gens au RSA. On est de plus en plus dans une relation bien comprise entre ce qui relève de la rémunération d'un service payé par la puissance publique et ce qui relève de l'exercice sur le marché.

Un des objectifs du Mouves est justement d'essayer d'établir des passerelles entre entrepreneurs sociaux et entrepreneurs "lucratifs". Lors de leur étape marseillaise, André Dupon et les représentants du Mouves ont rencontré quelques chefs d'entreprises locaux, dont Jean-Luc Monteil, le patron du Medef PACA, qui s'est déclaré publiquement très ouvert à des partenariats avec des entreprises de l'ESS.

La région pourrait devenir, sur le modèle du Nord-Pas-de-Calais, une région phare de cette nouvelle économie avec notamment deux dossiers très médiatisés, la reprise récente de Nice Matin par ses salariés, et la relance de Fralib, sous forme de SCOP, qui doit aboutir dans les prochaines semaines. Ces deux symboles valeurs de tests "évidemment ce sont des challenges difficiles", conclut André Dupon. "Il faut qu'ils ces salariés se forment à la gestion, à la réalité économique, mais il se passe réellement quelque chose en terme de changement d'échelle de l'entrepreuneriat social dans cette région".

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire