Comment La Provence fait son biz dans le dos de l’UEFA avec les billets de la finale

Info Marsactu
Violette Artaud
16 Mai 2018 11

Alors que certains fervents supporters olympiens ne pourront pas assister à la finale historique de la Coupe d'Europe qui oppose ce soir l'OM à l'Atlético Madrid, le journal La Provence a proposé à ses annonceurs de les y amener grâce à un pack combinant encarts publicitaires et entrée au stade. Une offre pourtant contraire à la réglementation de l'UEFA.

Capture de la brochure de La Provence proposant les offres publicitaires couplés à "l'offre expérience".

Capture de la brochure de La Provence proposant les offres publicitaires couplés à "l'offre expérience".

Il y a ceux qui fulminent de ne pas avoir de place. Et ceux qui peuvent se targuer de détenir, bien au chaud, un ticket pour assister dans quelques heures à la finale de la coupe d’Europe, à Lyon, au stade des Lumières. Parmi cette deuxième catégorie, tous n’ont pas obtenu le précieux sésame dans les règles de l’art. Il en va ainsi pour les annonceurs du quotidien local La Provence.

“14 ans après, l’OM retrouve la finale de l’Europa League le 16 mai. Vivez une expérience unique avec La Provence”, peut-on lire sur la première page d’une brochure illustrée par une photo de Luiz Gustavo célébrant un but au côté de Dimitri Payet et Florian Thauvin. La seconde page détaille une offre d’espace publicitaire s’appuyant sur “la visibilité d’un match exceptionnel”, la troisième page ressemble plus à une production de tours opérateurs.

Une “offre expérience” est ainsi comprise dans le “pack” en question : “La Provence met en place un dispositif inédit et vous emmène au cœur de l’événement”, appâte le fascicule. Dans le pack, on trouve entre deux et six places pour la finale. Un “dispositif inédit” qui s’avère surtout non conforme aux conditions générales de vente de billets définies par l’UEFA.

“Seuls les sponsors peuvent distribuer des billets”

Contacté par Marsactu, la réponse de l’UEFA est catégorique : “Only UEFA Europa League sponsors are allowed to run ticket competitions or promotions in this respect”, nous répond-t-on. Traduction : “Seuls les sponsors de l’Europa League sont autorisés à gérer les billets des compétitions ou les opérations promotionnelles”. Autrement dit, si l’on ne sponsorise pas l’événement, impossible de distribuer des billets. Pour cette compétition, il s’agit par exemple d’Adidas, Amstel, Hankook, UniCrédit, Rent-a-car, FedEx…

Sur une page du site de l’UEFA consacrée à la finale, l’organisateur de la compétition détaille la répartition des billets. Sur les quelques 60 000 places du stade lyonnais, 23 000 sont vendues aux deux clubs qui les revend à ses supporters. 23 000 sont vendues directement par l’UEFA par tirage au sort “aux supporters du monde entier”, à raison de quatre maximum par personne. Le reste, soit 11 000 places ont été attribuées “au comité d’organisation local, aux associations nationales, aux partenaires commerciaux et aux diffuseurs, et dans le cadre du programme d’hospitalité commerciale”.

L’identité des premiers cités ne fait de doute. Pour le dernier, le “programme d’hospitalité”, il s’agit d’un accès VIP aux loges directement géré par l’UEFA. Reste la question des partenaires commerciaux et des diffuseurs. Questionné sur ce point, l’organisateur n’a pas apporté de précision en ce qui concerne La Provence. Relancé, son service communication se cantonne derrière la phrase citée plus haut. À toute autre question, il répond : “Notre service juridique est en train de regarder. Pour le reste, il faut s’en référer aux conditions générales”. Le retour du service juridique n’a pas pu se faire dans le temps imparti à la rédaction de cet article.

Joint par nos soins via son secrétariat, le PDG de La Provence, Jean-Christophe Serfati, n’a pas donné suite. Difficile alors de dire dans quelles conditions et à quel titre, La Provence a pu acquérir les places qu’elle intègre à son pack. Or, sur ce point, les conditions générales de vente des billets pour la compétition sont très claires : “Les billets ne peuvent en aucun cas être combinés et vendus dans le cadre d’un package de biens ou de services”. Soit précisément ce que fait le groupe du média local.

La Provence propose plusieurs “packs”. Le plus économe, à 6900 euros, comprend bandeau et logo dans les pages du journal le jour du match ou le lendemain, campagne sur le web et, cerise sur le gâteau, une “offre expérience all inclusive pour deux personnes”. Pour l’offre la plus onéreuse qui s’élève à 30 000 euros, outre une plus grande visibilité dans les supports du média, on trouve une “offre expérience” pour six personnes cette fois-ci.

Avion privatisé, cocktail VIP… et entrée au stade refusée ?

“Avion privatisé, rencontre et cocktail VIP, soirée et cocktail dînatoire”La Provence ne fait pas les choses à moitié et chouchoute ses annonceurs qui ont choisi de “vivre l’expérience”. Ce qui constitue là encore une entorse aux conditions générales relatives à la billetterie. “Les billets ne peuvent en aucun cas être combinés et vendus dans le cadre d’un package de voyage ou d’hospitalité (par exemple une formule combinée vol-hôtel-Billet[s])”, indique encore le document envoyé par l’UEFA Europa League à Marsactu.

Un voyage en première classe qui bénéficiera aussi à deux lecteurs. Le journal a organisé un tirage au sort pour permettre à deux personnes de faire partie du voyage. Là encore, les conditions générales de vente l’interdisent explicitement : “Les billets ne peuvent en aucun cas être utilisés dans le cadre de toute promotion, publicité, levée de fonds, vente aux enchères, tombola ou à toute autre fin similaire, commerciale ou non”, lit-on dans le règlement.

Après avoir voyagé dans un avion privatisé, admiré leur annonce dans le journal local, bu des cocktails et rencontré des VIP, les annonceurs qui ont déboursé entre quelques 7000 et 30 000 euros pour ce “pack” qui dérogerait au règlement de l’UEFA et ces deux lecteurs vont-ils se voir refuser l’entrée du stade ? Le règlement est très clair :

“Tout billet acquis ou utilisé en violation du présent article et des présentes Conditions générales sera annulé, et toute personne cherchant à utiliser ce billet sera considérée en infraction et se verra refuser l’entrée dans le Stade ou sera expulsée de celui-ci sans droit à aucun remboursement, et des poursuites pourront être engagées contre elle.”

Ces derniers jours, beaucoup des plus fervents supporters marseillais n’ont pas manqué d’exprimer leur colère de ne pas pouvoir assister à cette finale historique. “C’est l’UEFA qui décide. Il n’y a rien à faire, c’est eux qui ont la main sur tout : la billetterie, les droits TV… Ce qui n’était pas le cas avant.”, a lancé dans le Figaro Bernard Tapie, ex-président emblématique de l’OM et propriétaire de La Provence. La main sur tout, ou presque.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...
Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire