La Méditerranée face au « terrible appétit des compagnies pétrolières »

À la une
le 25 Jan 2016
0

L'association WWF publie un rapport fouillé qui détaille l'impact des activités économiques sur la Méditerranée et la manière dont le développement des trafics peut s'accompagner d'une protection du milieu. Co-auteur du rapport, Denis Ody détaille les modalités d'un développement durable.

Pendant un an, le bureau marseillais de l’association WWF (Fonds mondial pour la nature, en anglais World Wide Fund) a piloté un projet concernant l’impact des activités économiques sur le milieu marin en Méditerranée. Financée par un programme européen et par le ministère du développement durable, l’organisation a rassemblé des données dans les huit pays où elle a un bureau (Espagne, Italie, Grèce, Chypre, Malte, France).

Ce travail a donné lieu à six rapports nationaux et deux rapports de synthèse, l’un sur l’Adriatique et l’autre sur la Méditerrranée. À chaque fois, des cartes viennent appuyer la présentation des données. C’est en partant d’elles que nous avons choisi d’interroger l’un des représentants de WWF à Marseille. Docteur en océanologie et co-rédacteur du rapport, Denis Ody en explique les principaux enseignements.

Le rapport révèle l’existence de zones de tension en Méditerranée, où cohabitent développement économique et richesse écologique. Les faire ressortir était-il le but de ce travail ?

portrait-denis-ody-wwf
(Photo WWF)

Denis Ody : Pour reprendre l’origine de ce projet, nous avons vu arriver de très loin la planification de l’espace maritime. L’expérience a montré que c’est avant tout un outil de développement et non un outil de gestion de l’environnement. Tous les secteurs économiques ont été mis autour de la table. Cela signifie implicitement que tout le monde aurait sa part de gâteau. On voyait bien que cet exercice allait se réaliser en l’absence de la société civile. Pour se positionner dans ce dispositif, on s’est dit qu’il fallait qu’il y ait au moins un représentant de la nature autour de la table. Aujourd’hui, les services rendus par les écosystèmes sont totalement exclus de cette dialectique économique. On a interrogé une dizaine de secteurs qui nous paraissent représenter l’essentiel des activités humaines en mer.

Cette vision d’ensemble est originale, à la fois au plan géographique et par secteur économique. La tendance est au développement de tous les secteurs sauf la pêche. On voit se dessiner sur ces cartes l’absence de planification, de choix et d’orientation. Ce qu’il faut interroger c’est l’impact cumulé. Ce qui ressort de ce rapport, c’est que nous sommes dans la même situation qu’avec les médicaments. Un, on sait ce que cela fait. Deux, on commence à avoir des doutes. À partir de trois, on ne sait plus du tout ce qu’il se passe. Des rejets urbains, plus les eaux de ruissellement, plus le trafic maritime… à la fin cela fait beaucoup pour le milieu.

carte-trafic-bateau-zoom
Modélisation des trajectoires des navires en 2014 à partir de leurs signaux AIS (carte WWF)

Le développement des trafics maritimes est-il compatible avec une protection accrue des milieux marins ?

L’enjeu se trouve même à terre. L’autre jour, j’étais à Monaco et je discutais avec un Monégasque à côté d’un bateau de croisière de 4000 personnes. Il m’expliquait qu’il leur était impossible de le raccorder au réseau électrique. Un bateau de cette taille correspond à une centrale thermique de 7000 à 8000 personnes. Il pollue le centre-ville comme une centrale qui serait installée au milieu de la ville. C’est cela organiser le développement. Accueillir 50 bateaux de croisière qui font tourner à quai leurs moteurs à plein régime parce qu’ils ne sont pas connectés au réseau n’a pas le même impact que s’ils coupent leur moteur parce que l’on a anticipé ce développement. Pour les cétacés par exemple, si vous avez des bateaux qui font du bruit, qui tournent aux résidus de fioul lourd ce n’est pas la même chose que si vous avez des bateaux conçus avec des hélices moins bruyantes, qui vont éventuellement moins vite pour moins consommer et qui tournent au gaz. Si la croissance n’est pas organisée, elle tue la croissance. C’est comme un appartement, si c’est le bordel, il y a la place pour une personne. Mais s’il y a des placards et que c’est bien rangé on tient facilement à quatre.

On est là dans une démarche volontariste des acteurs économiques et non une contrainte par la loi, non ?

L’augmentation des trafics va se traduire tant par l’augmentation du nombre de bateaux que de la taille de ceux-ci, mais est-ce une bonne chose ? Est-ce que le grand port a la capacité de gérer les résidus de combustion de 4% en plus par an ? Peuvent-ils connecter tous ces bateaux au quai ? Est-ce que cela a été anticipé ? J’en parlais à des responsables de la compagnie maritime La Méridionale, qui ont fait ce travail pour leurs bateaux avec un raccordement à quai et des systèmes anti-collision avec les cétacés. C’est la seule compagnie qui a équipé ses bateaux. Comme souvent, cela repose sur l’intérêt et la bonne volonté de quelques personnes qui entraînent l’entreprise dans le bon sens. Dans ce cas-là, c’est la rencontre avec l’association qui a mis sur pied le système anti-collision Souffleurs d’écume, qui a provoqué le déclic. La Méridionale a par ailleurs changé l’hélice sur un de ses bateaux, il va moins vite certes mais consomme bien moins de fioul. Dès lors que vous développez des pratiques durables, vous créez de la place pour la croissance. Sinon, il n’y en a pas.

Est-ce que ce n’est pas lié non plus à l’absence de sentiment de saturation du grand public ?

Ces cartes montrent la saturation. C’est toute la question du point de vue. Aujourd’hui, quand on se plonge dans les données, dans la réalité des faits, on a une vision du monde en décalage avec ce que nous vivons au quotidien. À Marseille, on a une belle vie. Quand vous expliquez aux gens que tous les signaux sont au rouge, cela percute cette perception quotidienne. C’est pour cela que le message est dur à faire passer. Notre confort de vie se paie sur le dos de l’avenir et de nos voisins. On ne veut pas être alarmistes mais il faut bien rendre compte de ces travaux.

carte-permis-hydrocarbures
Carte des activités d’exploration et de production pétrolière et gazière en Méditerranée (source WWF)

Concernant les hydrocarbures, qui sont l’objet de la carte ci-dessus, il y a dans la région un projet d’exploration important, dit du Permis Rhône Maritime à 30 kilomètres de Marseille. Où en est-il ?

Ce permis est à l’arrêt. Pour le moment, sauf recours en justice, exit le permis Melrose. Ségolène Royal tient un discours ferme sur les permis d’exploration. A côté de cela, les Espagnols et les Français se disputent la limite de leur zone économique exclusive. Les Espagnols ont accordé des permis dans ce que l’on considère notre zone. Le travail de cartographie montre le terrible appétit des compagnies pétrolières. Nous avons découvert qu’aujourd’hui 20% du bassin est soumis à des permis d’exploration et 20% ouverts à appel d’offres pour ensuite délivrer des permis. Sur presque la moitié du bassin, il y a des perspectives, à plus ou moins long terme, d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures. Il y a eu un important déplacement des recherches en hydrocarbures sur la petite Méditerranée qui était épargnée car ce sont des gisements profonds donc coûteux, risqués et encore peu maîtrisés. La bonne nouvelle, c’est qu’à 30 euros le baril tout le monde fait marche arrière et donc les projets sont en stand-by. Autant il y a des secteurs où on peut améliorer les pratiques, autant l’exploitation des hydrocarbures est incompatible avec la Méditerranée.

Consultez le rapport ci-dessous :

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire