Cécile Duflot : "Il y a un vrai sujet d'égalité des territoires à Marseille"

À la une
le 21 Août 2013
4
Cécile Duflot : "Il y a un vrai sujet d'égalité des territoires à Marseille"
Cécile Duflot : "Il y a un vrai sujet d'égalité des territoires à Marseille"

Cécile Duflot : "Il y a un vrai sujet d'égalité des territoires à Marseille"

Cécile Duflot devait venir répondre à nos questions ce mardi. L'actualité en a voulu autrement et la ministre du logement et de l'égalité des territoires participait de la cohorte gouvernementale en déplacement à Marseille derrière Jean-Marc Ayrault. Un aller-retour à Paris plus tard – conseil des ministres oblige – Cécile Duflot est de retour à Marseille pour lancer ce jeudi les journées d'été d'Europe écologie- Les Verts (EE-LV) et elle tient son engagement : un quart d'heure d'interview pour évoquer le bilan gouvernemental à Marseille et un peu au-delà.

Nous l'avons déjà souligné : l'essentiel du bilan gouvernemental dans la ville est sécuritaire. Les autres domaines semblent avoir été quelque peu négligés, notamment en terme de rénovation urbaine. Y a-t-il un retard à l'allumage ? "Le premier ministre a dit qu'il reviendrait pour parler des problèmes de territoire. Car oui, il y a un vrai sujet d'égalité des territoires à Marseille. Mais ces dossiers qui sont forcément de plus long terme. Mais la volonté est là et elle est forte", défend la ministre qui souhaite "faire aller plus vite des projets qui le méritent".

La question au yeux de Cécile Duflot est essentiellement celle de "l'articulation des outils" mis en oeuvre même si "des moyens exceptionnels peuvent exister". Cela concerne essentiellement la nouvelle opération d'intérêt national (OIN) promise par le comité ministériel et qui doit venir compléter Euroméditerranée. "Le rendez-vous, c'est le contrat de plan Etat-région pour formaliser ces nouveaux projets, pour formaliser ces engagements respectifs entre les collectivités territoriales et l'État", fixe la ministre.

Quel poids les écologistes auront-ils dans le débat ? La question dépasse largement l'échelle locale. Sur certains sujets comme les réquisitions de logement, les mesures portées par la ministre ont paru peu suivies d'effets comme en témoigne le cas de la caserne Cardot. Les journées d'été doivent ainsi servir à interroger la participation du gouvernement et d'un éventuel changement de cap. Dans son domaine, Cécile Duflot reste persuadée qu'elle n'est "pas au bout du chemin".

"Un projet à porter à Marseille"

Dans certains domaines, les écologistes semblent pourtant avoir perdu le combat idéologique, notamment sur la sécurité. Ce mercredi matin à Marseille, Pascal Durand, secrétaire national d'Europe écologie-les Verts a repris à son compte la formule de Dany Cohn-Bendit. Pour lui, "Manuel Valls se glisse dans les chaussons de Nicolas Sarkozy". La ministre Duflot reste bien sûr plus en retrait mais souhaite "un travail de terrain avec moins d'esbrouffe mais en tout cas plus d'efficacité".

Ultime prudence de l'ancienne élue francilienne, les municipales de mars prochain. Plus proche de Sébastien Barles que de Karimi Zéribi, elle renvoie toute décision aux militants marseillais et à eux seuls. Seule certitude pour elle : "Il y a un projet d'écologie politique à porter à Marseille". Entre l'ancien joueur Zéribi et le nouveau sympathisant et ancien président de l'OM Pape Diouf, approché par Barles, elle l'a promis : elle ne participera pas au match de foot. "Personne ne me voudrait dans son équipe". Politiquement, on en est un peu moins sûr.

Cet article vous est offert par Marsactu
Marsactu est un journal local d'investigation indépendant. Nous n'avons pas de propriétaire milliardaire, pas de publicité ni subvention des collectivités locales. Ce sont nos abonné.e.s qui nous financent.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. lucide lucide

    Un nom pareil ce serait bien pour Marseille et ça éviterait aux écolos de couler

    Signaler
  2. Simon L Simon L

    “La question est essentiellement celle de l’articulation des outils … Bravo Mme Dufflot comme nous le savions est une parfaite technocrate qui va faire une longue carrière, très longue carrière dans le monde politique, elle s’est autoprogrammée pour ça dès l’accord signé avec le PS avant les présidentielles. Quant à l’environnement et l’écologie, c’est secondaire, la carrière d’abord.
    Que pense-t-elle par exemple de cette ” consultation publique” lancée et achevée au mois d’août par son collègue de l’agriculture pour modifier l’arrêté réglementatant l’épandage aérien de pesticides en France … Une consultation publique sur ce thème au mois d’aout c’est soi du cynisme soi de l’inconscience. Vive la démocratie participative version Hollande. Au regard du personnage Le Foll c’est plutôt du cynisme, ce ministre ” socialiste”, comme les précédents sarkoziste et autres céde à la pression de l’agriculture conventionnelle, hyper subventionnée et polluante … Nous pouvons, nous, défenseur de la biodiversité de l’environnement et de la santé publique, allez voir ailleurs. Les socialistes et leurs amis adeptes du grand écart ce n’est pas nouveau, mais quand même … Pendant que le ministère de l’agriculture lance une pseudo consultation sur les conditions de l’épandage aérien de pesticides( interdit au niveau européen – en Provence, la camargue est concernée avec d’autres territoires …) … le ministère de l’environnement en lance une autre consultation sur les maladies endocriniennes et leur origine.
    Plusieurs rapports scientifiques montrent le lien entre les deux.
    C’est un nouveau grand écart socialiste: faciliter autant que possible l’utilisation de produits chimiques par voie aérienne tout en s’interrogeant béatement et hypocritement sur l’origine des maladies endocriniennes
    Pour finir quel est l’avis de Mme Dufflot sur la question ? Trop tard, elle a quitté votre plateau !!!

    Signaler
  3. mo mo

    EELV NE TRANCHERA PAS ENTRE KARIM ZERIBI ET SEBASTIEN BARLES COMME LES CACIQUES DU PARTI ON DIT TOUT ET N IMPORTE QUOI SUR EVA JOLY
    on appelle cela la démocratie.Parfois il faut faire cependant un peu de ménage!

    Signaler
  4. savon de Marseille savon de Marseille

    Je m’en fous.

    Au fait , qui leur a prêté la fac d’AIX MARSEILLE pour leur Université ?
    Si le FN ou l’ UMP en avaient fait autant , çà aurait été un tollé.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire