"Ce qui est condamnable c'est de suivre la loi à la lettre quand il ne le faut pas" Thomas d'Aquin, moderne, non ?

À la une
le 17 Juin 2010
0

Longtemps je me suis couché de bonne heure. Mais ce matin j’étais bien éveillé avant que mon reveil ne sonne. Je n’ai pas bien dormi. De violents orages ont éclaté une grande partie de la nuit. Je prends mon petit déjeuner le ventre un peu noué.
Ce matin, j’ai 17 ans et je passe la première épreuve de mon bac, la philo. Ma mère m’embrasse, me souhaite bon courage, et je me dirige rapidement vers l’arrêt de bus. Je ne suis pas tout seul. Kant, Spinoza, Pfff tout oublié. Les minutes passent, pas de bus à l’horizon. Un mobile sonne, grève des bus ! aucun bus ne circule ce matin à Marseille, pas de tramway, non plus. Ils viennent de l’annoncer sur Marsactu.fr ! Non, c’est pas vrai, les méga boules ! Je cours à la maison, maman n’a pas de voiture, mais demande à un voisin de me chaler jusqu’à la salle d’examen.
Je ne suis pas trop en retard, ça va. Les examinateurs sont cools, ils sont au courant de la grève et je ne suis pas tout seul dans ce cas là. Mais mes mains tremblent encore plus que d’habitude, sous l’effet d’un gros, gros stress, quand j’ouvre mon sac. Je prends connaissance des sujets. Mais j’ai déjà choisi. Quoiqu’il arrive, je vais prendre l’étude de texte.
C’est un texte de Thomas d’Aquin. Somme Théologique. Oups.Un texte qui parle de la différence entre ce qui peut être la loi, le droit mais qui n’est pas forcément juste, pas forcément bien.  » Ce qui est condamnable, c’est de suivre la loi à la lettre quand il ne le faut pas » a écrit Thomas d’Aquin au 13 ème siècle. En gros, le philosophe théologien italien nous explique qu’on peut avoir la loi pour soi, mais pour autant ne pas faire quelque chose de juste. La loi n’est pas une fin en soi, dit -on.
C’est comme le droit de grève, c’est la loi. Personne ne le remet en question. Mais quelque fois, même si on a le droit de la faire, ce n’est pas forcément juste. Notamment un jour comme aujourd’hui, ou l’ensemble des bus de Marseille se sont arrêtés, même pour manifester sa colère pour sans doute de très bonnes raisons. Mais pas aujourd’hui, pas quand  des milliers de  lycéens marseillais vont passer leur première épreuve du bac. Mais tout ça me dépasse surement, je n’ai que 17 ans, et Thomas d’Aquin est mort depuis bien longtemps.

Un lien Sujet corrigé du texte de Thomas d’Aquin

Un lien « A Marseille, une grève totale des transports perturbe l’épreuve de philo » sur lemonde.fr

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire