Vestiges de la Corderie : la ministre confirme sa position

Tranché
Bref
Lisa Castelly
4 septembre 2017 15

Après une réunion particulièrement animée jeudi en préfecture, la ministre de la culture devait de nouveau se prononcer sur le sort des vestiges antiques de la Corderie. C’est chose faite depuis ce lundi à 18 heures. Françoise Nyssen a annoncé sa décision définitive par voie de communiqué : elle reste sur la position prise au début de l’été, à savoir qu’une parcelle de 635 m2 du site sera protégée, tandis que le reste de la surface accueillera le projet immobilier comme prévu.

Si la mobilisation pour la préservation du lieu témoigne à ses yeux de « l’intérêt exceptionnel des Marseillais pour leur patrimoine  et de leur engagement pour l’histoire de leur ville », (…) « les services de l’Etat n’ont pas relevé de nouveaux éléments permettant de modifier la décision annoncée en juillet (…) La loi ne permet pas à l’État d’étendre l’espace protégé à des surfaces qui ne le justifient pas ». Et la ministre de réaffirmer que la délimitation de la parcelle a été tracée « en toute indépendance », par les services de l’État.

Françoise Nyssen n’oublie pas en revanche d’encourager la Ville de Marseille à permettre « une meilleure mise en valeur du site archéologique », que ce soit par une « utilisation de l’espace mitoyen dont la Ville est propriétaire et qui donne sur l’espace protégé, et une exploitation de la servitude de passage dont elle dispose le long du rempart« , mais aussi par l’action de l’office municipal du tourisme. Un retour à l’envoyeur aigre-doux à Jean-Claude Gaudin qui déclarait vendredi « sur la Corderie, que la ministre décide, c’est de sa responsabilité. Le rôle du maire c’est le développement. » 

15
commentaires

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Je me demande si M. Gaudin n’a pas quelques soucis de confusion mentale : dans la phrase « le rôle du maire c’est le développement », il confond apparemment « développement » et « bétonnage », ce qui n’est pas tout à fait la même chose.

    Ça pourrait expliquer cette folie à laquelle nous assistons, qui se manifeste par la destruction scrupuleuse du patrimoine historique et des espaces verts au centre-ville, au profit de parkings et de barres d’immeubles. Tout en mettant l’accent sur le développement du tourisme, cherchez l’erreur.

    Vite, un vrai maire pour Marseille, qui comprenne ces mots compliqués : « urbanisme », « développement durable », « écologie urbaine »…

    Signaler
  2. darkvador darkvador

    Marseille fait partie des grandes métropoles qui partagent une « qualité » commune : le minimum d’espaces verts… Et ce n’est pas l’équipe municipale en place depuis des décennies (qui bétonne à tout va et fait la part belles aux promoteurs de tous acabits) qui va inverser la tendance… 🙁

    Signaler
    • Antoine de Meria Antoine de Meria

      Cette assertion n’est pas tout à fait exacte pour toutes les grandes métropoles. Simplement les marseillais ont le maire qu’ils méritent.

      Signaler
    • Magnaval Magnaval

      Ce quartier n’est pas le moins fourni en espaces verts, loin de là. La parcelle en question est mitoyenne du Parc de la Colline Puget et le Pharo est à deux pas.

      Signaler
  3. darkvador darkvador

    Antoine de Meria a raison : certaines grandes métropoles ont une politique d’espaces verts très innovantes, cela dit les marseillais ont LES MAIRES qu’ils méritent… 🙂

    Signaler
  4. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    J’ai pris récemment une photographie de cet espace de «respiration» avec les arbres de l’avenue qui l’encadrent et je m’étonne qu’aucune simulation en 3 D de cette perspective ne soit communiquée aux citoyens de Marseille . On verrait sans doute que les dégâts visuels et écologiques seront énormes. Et cela c’est bien la responsabilité du Maire (incapable par ailleurs de garantir une gestion correcte d’un simple fichier d’adresse comme nous l’apprenons ce matin à la lecture de Marsactu, c’est dire !!!). Il faut continuer le mouvement de contestation de ce projet immobilier en direction du Maire en réclament une simulation 3D et en centrant l’argumentation sur la qualité de la ville.

    Par ailleurs toujours sur le projet Vinci de la Corderie on apprend à la lecture de la Provence du samedi 2 septembre que ce projet 1 013 000 € à la ville et donc aux contribuables (pour une recette sur le terrain de 3 360 000€). Il s’agit là de la facturation d’un « volume » (un tunnel ?) pour réaliser la nouvelle issue de secours de l’école voisine. Une très bonne affaire pour Vinci. La réalisation d’une issue de secours d’une école à travers un tel «volume» constitue peut être un motif de recours administratif ? Et l’accès pompier sur l’arrière ? Peut être se fera-t-il par Canadair ?

    Signaler
    • Magnaval Magnaval

      La vue en question est disponible sur le site du promoteur.
      Il y est notamment précisé que la quasi-totalité des lots sont vendus (il en reste 4). Maintenant, il va falloir que les partisans de la ZAD nous expliquent comment la Ville (ou l’Etat) indemnisera les acheteurs.

      Signaler
  5. LN LN

    @Darkvador et Antoine de Meria.
    Je crois qu’il n’y a rien de plus insupportable pour bon nombre de marseillais, dont je fais partie, de lire que l’on mérite son maire (!) surtout, avec la Gaudinie actuelle (bien que nous n’ayons pas été épargné par la gestion Defferrienne)
    Petit rappel tout de même pour que le « mérite » soit bien explicite :
    Elections municipales 2014 : Inscrits : 491 097. Votants 236 545.
    Gaudin a été réélu avec 96 813 voix (42,4%) ne représentant somme toute que 11.3% de la population globale soit 855 393 habitants à l’époque.
    Bien peu de méritants, non ?

    Signaler
    • LaPlaine _ LaPlaine _

      Ces éléments chiffrés qu’il faut effectivement répéter, expliquent à eux seuls comment un telle municipalité, dont les compétences feraient à peine l’affaire dans une ville moyenne, arrive à survivre au fil des ans.

      Signaler
    • Antoine de Meria Antoine de Meria

      Tout à fait d’accord sur votre calcul , mais , car il y a toujours un mais, ce phénomène c’est reproduit 4 fois . Cela fait beaucoup. 1995,2001,2008 et 2014,visiblement les marseillais persistent et signent.
      N’étant pas Gaudiniste je constate malheureusement que les résultats et les dégâts sont là,

      Signaler
    • Magnaval Magnaval

      En l’occurence, les absents ont toujours tort.

      Signaler
  6. Antoine de Meria Antoine de Meria

    Cela est vrai en Démocratie, il faut simplement voter.

    Signaler
    • Orwell84 Orwell84

      Pour qui ? Ménnuci , Gilles ou Ravier ? Une candidature citoyenne serait le bienvenue mais les « pressions » sont telles que personne ne prends le risque

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire