Municipales : première réunion publique du « pacte démocratique pour Marseille »

Rentrée
Bref
Paul Maréchal
20 Août 2019 17

Ils sont nombreux à avoir répondu à l’appel du « pacte démocratique de Marseille ». Citoyens, collectifs, militants syndicaux ou politiques, plus d’une centaine de personnes était réunie lundi soir dans la salle des rotatives de la Marseillaise, pour débattre du « pacte démocratique ». Constitué dans le sillon des états généraux de Marseille, fin juin dernier, celui-ci se veut « une plateforme éthique et participative qui replace le citoyen de tous les jours au cœur de la politique » explique à Marsactu, Fathi Bouaroua l’un des acteurs du mouvement. Il s’agit du premier événement public de cette démarche menée en parallèle de la tentative de « rassemblement inédit » lancée par Mad Mars et d’autres collectifs et personnalités de gauche (lire notre article).

Des initiatives qui pourraient converger. « Le mouvement n’a pas vocation à présenter une liste » il souhaite plutôt « une liste unique des partis de gauche et des Verts dans laquelle nous pouvons poser des exigences éthiques et démocratiques » souligne Fathi Bouaroua. Quelques politiques étaient présents, à l’image de Sophie Camard, suppléante du député de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, ou encore Jean-Marc Coppola, conseiller municipal PCF.


A la une

Renvoyé en correctionnelle, le militant Kevin Vacher dénonce une décision « politique »
Épuisé mais soulagé. Le militant du collectif du 5 novembre, Kévin Vacher est sorti du palais de justice après plus de 28 heures de...
Marseille, bonne élève de la lutte contre les trafics de stupéfiants ? Pas si sûr
Mardi, trois ministres et un secrétaire d'État "descendaient" à Marseille, annoncés à la dernière minute, pour présenter le nouveau plan national de lutte contre...
La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...
Le cas Benoît Payan, point de crispation de l’union de la gauche marseillaise
Tout occupé à son union inédite et nourrie d'horizontalité, le mouvement pour un "rassemblement inédit" de la gauche se détourne pour le moment de...
Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. juHjuH

    Contrairement à ce que voudrait faire croire madmars, le rassemblement inédit n’a rien à voir avec la démarche de rassemblement des forces « progressistes » qui allait jusqu’à en marche défendue par l’agence de com madmars. Marsactu devrait mettre de côté sa sympathie pour madmars et se renseigner un peu avant d’écrire n’importe quoi.

    Signaler
    • lilicublilicub

      Une belle clairvoyance juH!!! MadMars n’est en effet qu’une bonne agence de com…qui est et sera capable de nous faire prendre des vessies pour des lanternes… C’est la stratégie de la fausse petite taupe inaugurée par l’inénarrable duo Hollande/Macron.. Tout est bon pour abuser l’électeur…

      Signaler
    • juHjuH

      Électeur du 8ieme, C’était après que lrem a refusé la proposition de madmars. Tout à coup, virage à gauche. « Mon ennemi, c’est la finance »

      Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      @juH. Je veux bien la source de ce que vous écrivez. A ma connaissance, LREM canal marseillais (les instances parisiennes ne sont pas nécessairement sur la même longueur d’onde) ne veut pas s’allier avec LR et regarde plutôt sur sa gauche. Vous indiquez que « LREM a refusé la proposition de MadMars » : je le découvre, car ce n’est pas ainsi que la presse locale a présenté les choses (https://gomet.net/municipales-2020-lrem-marseille-droite-gauche-balle-au-centre/).

      Peut-être ai-je mal lu, mais vous allez sans doute pouvoir m’éclairer en m’indiquant un lien qui confirme votre interprétation.

      Signaler
    • Julien Vinzent_Julien Vinzent_

      Bonjour, un abonné vous a déjà répondu mais je confirme que Mad Mars a officiellement écarté LREM de sa démarche. « La République en marche, par ses positions récentes, entre cavalier seul et grand flou sur les alliances avec la droite sortante, se met en dehors de la dynamique collective et citoyenne dont Marseille a besoin », dit son communiqué de juin. Avez-vous d’autres éléments plus récents qui contrediraient cette position ?

      Signaler
  2. ALIBIALIBI

    C’est drôle, les rares noms qui apparaissent dans l’article, je les connais depuis 25 ans que je vis à Marseille…
    On prend les mêmes, même à « gauche », et on recommence !!!!
    C’est drôle, cette incapacité à laisser la place.

    Signaler
  3. BrallaisseBrallaisse

    En fait , mais ils ne le savent pas, ils sont tous « écolos » sans le savoir car s’auto-recyclant eux mêmes au fil des humeurs de la politique

    Signaler
  4. juHjuH

    @Julien Vincent,
    Je ne sais pas.si votre commentaire m’est adressé mais oui, madmars ne louche plus vers en marche depuis l’après docks. Terminé, plus de dîners poulet avec Cathy Racon-Bouzon… Madmars essaie désespérément de se présenter comme l’initiateur d’un rassemblement de la gauche et des collectifs alors qu’il se fait sans eux (leur projet de « répartition des places » prouve qu’ils n’ont rien compris à ça qui se passe). « Faire de la politique autrement » est bien un slogan publicitaire mensonger, ce serait plutôt faire de la tambouille et récolter le maximum de places…

    Signaler
    • Julien Vinzent_Julien Vinzent_

      Bonjour, en effet il s’agissait d’une réponse à votre commentaire. Je crois désormais comprendre que vous contestez davantage la place de Mad Mars dans la démarche de rassemblement du « mouvement sans précédent », qui dans notre texte est présentée comme : « lancée par Mad Mars et d’autres collectifs et personnalités de gauche ». Cette brève n’était pas vraiment le lieu d’une exégèse précise des forces à l’œuvre dans ce rassemblement (ou alors il n’y aurait jamais de brèves politiques sur Marsactu) mais je crois que cet article était plutôt précis https://marsactu.fr/au-sein-de-la-gauche-marseillaise-lunion-mais-chacun-a-son-rythme/

      Signaler
    • juHjuH

      Effectivement, cet article est bien plus complet. Pourquoi alors écrire dans une brève que le rassemblement inédit est lancé par madmars et d’autres ? Madmars n’occupe qu’une place très secondaire. Ce rassemblement inédit se serait fait sans madmars. Ils pensent maintenant qu’ils sont « membres fondateurs » (de quoi?) et pensent pouvoir s’octroyer des places dans le collectif de campagne.

      Signaler
    • MM

      @Julien Vincent
      A mon sens les problèmes sociaux résultent majoritairement des orientations économiques globales déclinées localement avec les spécificités marseillaises (à savoir la corruption/clientélisme).

      L’orientation économique globale en question est l’ultra-libéralisme. Cet ultra-libéralisme qui remplace un monopole public d’intérêt populaire par un monopole privé d’intérêt privé…
      Sous couvert de baisse des prix à la consommation, l’ouverture à la concurrence n’a fait, au contraire, que les augmenter.
      Les délégations des marchés de l’eau (exploitation des stations d’épurations + marchés des travaux d’extentions) et des infrastructures (routières: prado-carénage/L2, sportives: toit du stade vélodrome, etc..) sont des exemples criants.
      Cet argent public est siphonné par des multinationales qui, grace à l’UE, ne paient que marginalement leurs impôts en France, les faisant ainsi supporter par les pme/pmi/classes moyennes locales.
      Quel intérêt de financer les bénéfices de ces multinationales si l’argent public ne sert qu’à alimenter les paradis fiscaux en lieu et place de la transition écologique et donc la transition économique locale????

      Tout ce développement pour dire que Mad Mars sur ses orientations de politique économique est dans la ligne droite du néolibéralime mondialiste porté depuis les 30 dernières années par PS (ex PS), EEVL (PS/LREM compatible), GenerationS (ex PS), LR (ex UMP/RPR), LREM (Ex PS), UDI (ex UDF), Patriotes, DLF, RN (ex FN).

      Voici ce que disait Olivia Fortin, directrice de production événementielle et porte-parole du mouvement « quand on parle de lutte contre la pauvreté, on ne peut pas dire qu’on soit très En Marche et quand on parle de développement économique, on ne va pas nous classer côté France Insoumise »
      (Source: https://madeinmarseille.net/41431-mad-mars-collectif-citoyen/ )

      Bon ça c’était pour la corruption/clientélisme néolibéral.
      Passons à la corruption/clientélisme syndical…

      A Marseille depuis les années 1920/30, la politique, les syndicats des adminsitrations/services publics locaux et les élections sont plutôt très liés.
      Cette opacité et cette allégence ont d’ailleurs contribué à faire haïr les syndicats par la popupation ( = abandon des luttes d’intérêts généraux en faveurs de luttes d’intérêts individuels).
      Dans les esprits le schéma est:
      1. vu des syndicats; intérêts individuels préservés si les élus en place sont préservés
      2. vu des politiciens: les intérêts électoraux sont préservés si les syndicats (force électorale) ET les entreprises/l’oligarchie locale (force de financement des campagnes) sont préservés
      3. vu des entreprises/l’oligarchie locale: les intérêts bénéfices financiers sont préservés si les élus en place sont préservés

      Or en terme de % de la population, les syndicats et les entrepreneurs/oligarchie locale sont extrêmement minoritaires.

      Les manifestations des gilets jaunes à Marseille sont le reflet de cette réalité. On y retrouve tous ceux laissé sur le bord de la route; les syndiqués de base et/ou les salariés de base et/ou les entrepreneurs/artiants/libéraux de base qui supportent le coût de ce système et dont la situation dégénère continuellement au point de bientôt les faire basculer dans le rouge vif…

      A ce jour AUCUN des collectifs, asso, parti politique, syndicats n’a proposé de changements permettant d’améliorer la vie de tous…

      Il y a tellement de choses en totale rupture qu’il serait possible de faire et qui pourraient rendre le développement marseillais comme un modèle du genre.
      A noter qu’aucun changement positif ne sera possible sans changements majeurs au sein des syndicats.
      Mais pour ça, il faudrait que tous les syndiqués de base se mettent autour d’une table avec les autres salariés et les chômeurs pour remettre tout à plat dans l’intérêt général (en veillant à ne pas se faire manipuler/corrompre…)

      Bref…impossible à réaliser dans les 6 mois qui viennent.

      Peu importe l’étiquette politique, nous aurons à la mairie à nouveau des néolibéraux juqu’en 2026. Le réchauffement climatique atteindra sans aucun doute les +2°C au niveau mondial, ce qui fait que nous aurons des canicules régulières de plus de 40°C en été + pénurie d’eau potable (privatisation des barrages d’ici 2021)+ black-out électrique du fait d’arrêts temporaires des centrales nucléaires faute d’eau pour les refroidir + aucune préparation des infrastructure à l’interdiction des ventes de véhicules à moteur thermique dès 2030 + aucune gestion de l’auto-suffisance alimentaire locale…+ pas de réflexion/préservation sur l’indépendance/survie du tissu industriel local + aucune reflexion/application sur l’adaptation des règles d’urbanismes pour pallier à tous les problèmes qui se poseront si la ville est isolée pendants plusieurs jours/semaines en cas de défaillance des services de bases

      Re-bref…comme d’habitude tout le monde vit au rythme des élections et se plaint que rien ne change…

      Signaler
  5. Félix WEYGANDFélix WEYGAND

    « Le parti se renforce en s’épurant » Ferdinand Lassalle, lettre à Marx du 24 juin 1852

    Signaler
  6. julijojulijo

    C’est quand même un rassemblement « inédit », et on peut peut être attendre de voir ce qui en sort. Ce serait dommage et dommageable pour Marseille d’occulter cette initiative.
    que lrem y soit ou pas, m’importe évidemment, notamment au sujet des « exigences éthiques et démocratiques », mais pas qu’eux…certains politiques me gêneront tout autant…même si je n’attend pas une sorte d’ « épuration » j’aimerai, je souhaiterai, j’irai même peut être exiger (pour soutenir) un renouveau flagrant.
    dans cette attente, participons ! la démarche me semble sympathique.

    Signaler
  7. Félix WEYGANDFélix WEYGAND

    Toute discussion mise à part sur la position d’acceptation ou d’exclusion de LREM, il est clair que le délabrement complet de l’espace politique marseillais, notamment à gauche, ne peut procéder que d’une reconstruction progressive et tâtonnante (expérimentale). De ce point de vue l’existence de collectifs divers, aux frontières plus ou moins nettes, où des gens peuvent librement débattre, se rencontrer et avoir des analyses et des projets partagés est évidemment une excellente chose. Que cela vienne d’un seul parti ou organisation, aussi sympathique qu’on le trouve, serait l’inverse du but recherché car cela stériliserait et clôturerait forcément le débat.
    A mon avis, la limite actuelle de ce bouillonnement c’est que cela ne donne pas de solution pour mars prochain. Ces collectifs pour apprendre le combat politique, puis pour représenter une alternative devront réussir à construire leur critique, leur projet, et à la fin, leur programme en se constituant dans opposition à la politique municipale et métropolitaine à venir.
    De même que la transformation en tas de cendre de la gauche marseillaise a pris longtemps, la reconstruction prendra longtemps, devra progresser de problèmes à résoudre en problème à résoudre successif avant de se poser la question de l’exercice du pouvoir local.

    Signaler
  8. leravidemiloleravidemilo

    Ben oui, il y a comme un malaise dans la façon quelque peu récurrente de Marsactu de présenter, par des biais divers, madmars un peu comme l’origine du monde d’un peintre célèbre, pas toujours éloignée de l’idée de matrice. Un exemple parmi d’autres, l’article (fort instructif et bien fait) « Au sein de la gauche marseillaise l’union, mais chacun à son rythme », qui parle donc de l’appel (au rassemblement inédit ») et des positionnements de ces partis, s’ouvre par un photo libellée « soirée de lancement de madmars le 7 juin au dock des sud », alors que ce collectif, ni les autres d’ailleurs, n’y est cité… Disons qu’on en parle plus que de raison, dans cette brève itou.
    Bien sur, il ne s’agit pas d’instruire un procès en « citations », puisque dans la brève de ce jour (concernant le pacte démocratique) et dans bien d’autres articles, il est bien indiqué que « cette démarche menée en parallèle de la tentative de « rassemblement inédit » lancée par madmars (….) et d’autres collectifs… », mais si on a bien compris, le jeu consiste à ce que ces parallèles, fort peu euclidiennes… se rejoignent! Ceci joint à la multitude (salutaire) des appels, ne facilite pas une claire compréhension…
    Il se trouve que, à la différence de tous les autres collectifs, bien plus clairement identifiés de Noailles à brouettes and co, en passant par syndicat des quartiers ou centre ville pour tous… madmars a, entre sa création et le 16 juin, promus une ouverture à la droite dure de Macron (alors que les états généraux citaient plutôt les gilets jaunes…). Le titre même de votre brève du 16 juin, « Madmars écarte la république en marche de son projet d’union à gauche », indique à lui tout seul le caractère totalement irréel de la situation dans laquelle s’est placé lui même ce collectif, et le retour qu’il doit en attendre, en terme de crédibilité!
    Loin de partager les quelques peu délirantes recherche de certains pour les « petites taupes », je déconseillerai de jouer plus avant la stratégie de l’o.v.n.i, ni formation politique ni collectif doté d’une base sociale identifiée, car ils y ont déjà gagné la saillie qu’Edgar Faure adressait en son temps aux centristes : « Votre centre est partout, votre circonférence nulle part! »

    Signaler
    • BrallaisseBrallaisse

      Votre problématique ressemble plutôt à la quadrature du cercle, quand même.

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire