Prison ferme pour l’ancien maire du Paradou

Prison
Bref
Benoît Gilles
10 Avr 2018 0

La Cour de cassation a confirmé le verdict de la cour d’appel de février 2017. L’ancien maire du Paradou, petite commune des Alpilles, Jean-Hilaire Seyverac a été définitivement condamné à 3 ans de prison dont 18 mois ferme pour prise illégale d’intérêts. Il est accusé d’avoir acheté puis revendu des terrains inondables sur sa commune. L’édile avait modifié les règles d’urbanisme pour les rendre constructibles, empochant au passage une confortable plus-value de plus de deux millions d’euros au moment de la revente à un promoteur.

Les travaux d’assainissement du terrain ont été financés grâce à l’aide aux communes du département alors présidé par Jean-Noël Guérini.

Source : AFP

A la une

À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire