État, collectivités et industriel valident le pacte pour l’avenir de la centrale de Gardanne

Charbon
Bref
le 23 Déc 2020
3

Annoncé de longue date, le “pacte pour la transition écologique et industrielle du territoire de Gardanne-Meyreuil” a été signé en préfecture mardi. Le document, élaboré après deux années de discussions, doit fixer un cadre pour la reconversion de la centrale à charbon de Gardanne, vouée à la fermeture définitive en 2022. Il trace des objectifs dans “quatre grandes thématiques”, indique un communiqué de la préfecture : “le bois, l’économie circulaire, les énergies de demain et la mobilité décarbonée”. Parmi les signataires : l’État et ses opérateurs dont le Grand port maritime de Marseille mais aussi les collectivités locales, la chambre de commerce et le propriétaire du site, GazelEnergie.

Ils s’engagent “sur des pistes de redynamisation du territoire” et visent à mettre en place “un solide dispositif de gouvernance et de dialogue”. Le pacte bénéficie d’une enveloppe de 10 millions d’euros abondés par l’État. Il envisage la création 220 emplois via le développement de filières d’énergie renouvelables, tandis que 118 postes sont actuellement menacés.

La CGT, qui mène un mouvement de grève sur le site depuis deux ans et portait un projet alternatif, estime pour sa part “que pour des discussions sereines, il est indispensable que le plan de suppression d’emplois soit annulé ou à minima suspendu”. Le député écologiste de Gardanne, François-Michel Lambert a aussi marqué sa désapprobation du pacte, via son compte Twitter. Il estime que le projet est basé “sur du sable”.

 

+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. BRASILIA8 BRASILIA8

    tout ce beau monde se réjouit alors que la justice ne s’est pas encore prononcée sur la nécessité ou non d’une étude d’impact concernant la fourniture du bois décision qui pourrait tout remettre en question à moins qu’il ne s’agisse de faire porter le chapeau à la justice en cas d’échec

    Signaler
  2. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Comme à l’habitude on va nationaliser les pertes !

    Signaler
  3. Jacques89 Jacques89

    Bah oui, c’est compliqué l’écologie. Mais rassurez-vous, on vient d’augmenter le prix du kwh (bien obligé), on va privatiser EDF et tout va s’arranger…
    Il faudra un jour tirer un bilan de toutes les subventions placées dans la technologie verte au titre de la valorisation de la biomasse (traitement des déchets notamment) au lieu d’utiliser l’incinération de ces mêmes déchets que quelques gourous continuent à condamner sous prétexte de Seveso (bientôt ½ siècle) alors que preuve est faite que le lavage des fumées est opérationnel un peu partout sur le territoire.
    Plus généralement il faudra tirer le bilan de ces 5 années d’errance dominées par ce « en même temps » qui ont vu nos impôts passer sur un peu tout et n’importe quoi pour… pas grand-chose.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire