Étang de Berre : le ministère de l’Écologie rejette la réouverture du tunnel du Rove

rejet
Bref
le 12 Juil 2019
7

Le ministère de l’Écologie a rendu vendredi matin son second rapport sur les pistes de réhabilitation des étangs de Berre et de Bolmon. La mission conduite par les experts par le conseil général de l’environnement et du développement durable préconise, « d’abandonner le projet de création d’un refoulement d’eau de mer traversant l’effondrement du tunnel du Rove« . L’État revient donc sur une promesse faite par Ségolène Royal en 2017, alors ministre de l’écologie, de rouvrir le tunnel situé entre l’Estaque et les étangs de Berre et Bolmon (voir notre article).

 

 

« Au regard des effets très limités du pompage sur l’étang de Berre et du montant élevé de l’investissement et du fonctionnement du dispositif, l’abandon du projet paraît raisonnable », justifient les ingénieurs du ministère de l’Écologie. D’autres mesures, moins ambitieuses, sont également à l’étude. Pour ce qui est de l’étang de Bolmon, le rapport ouvre la voie à plusieurs actions (retirer une partie des sédiments de l’étang de Bolmon, améliorer les échanges avec l’étang de Berre), mais qui nécessite « un travail de connaissance à conduire dans les dix-huit mois » selon les rapporteurs. Ce rapport ne va pas améliorer les relations avec les dix communes du pourtour de l’étang qui ont d’ailleurs porté plainte début juillet contre l’État pour son inaction face à l’état écologique très dégradé de l’étang de Berre.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Une étude qui conclut à la nécessité de conduire de nouvelles études, donc. C’est assez représentatif de l'(in)action générale en matière d’écologie : on étudie, on temporise, on prend des décisions drastiques… qui ne seront applicables que dans une décennie…

    Tout va bien.

    Signaler
  2. Oreo Oreo

    Le coût et l’ampleur des mesures qu’il conviendrait de prendre pour remédier aux désordres environnementaux sont tels, dans un pays en quasi faillite, ces mesures allant de plus à l’encontre de la « sainte croissance », que rien ne sera fait. Nous continuerons à contempler l’effondrement des écosystèmes, puis celui de nos sociétés hébétées.

    Signaler
  3. luc luc

    … Et pourtant on peut utiliser des solutions basées sur la nature (peu coûteuses et non destructrices) pour réhabiliter les écosystèmes. D’autant que de nombreuses pressions ont été réduites ou éliminées. Le SIBOJAï l’a fait avec succès de 1995 à 2016 … avant sa dissolution.
    Luc Brun – ex directeur du Sibojaï – licencié en 2016

    Signaler
    • N SV N SV

      C’est-à-dire ? Quelles sont vos préconisations ?

      Signaler
    • Regard Neutre Regard Neutre

      @Luc Brun— Un grand merci pour votre information.« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ».

      Signaler
  4. N SV N SV

    A dépenser beaucoup d’argent, et puisque l’état ne veut pas d’une solution minimale, autant réouvrir carrément le tunnel à la navigation ! Ca fait 50 ans qu’il s’est effondré, j’imagine que la technique a fait quelques progrès…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire