Dix villes du pourtour de l’étang de Berre portent plainte contre l’État pour son inaction

RECOURS
Bref
le 4 Juil 2019
0

Les dix communes localisées sur les rives de l’étang de Berre annoncent porter plainte contre l’État. Elles lui reprochent son inaction face à l’état écologique très dégradé de l’étang de Berre – et de son « petit frère », l’étang de Bolmon. Ce dernier a connu un important épisode d’anoxie le week-end dernier (lire notre article). Réunies au sein du Gipreb, le syndicat mixte qui mène des études scientifiques de suivi de l’état écologique de l’étang, les communes ont déposé des recours auprès des tribunaux français et de la Commission européenne « pour insuffisance des mesures prises par les autorités locales et nationales pour atteindre le bon état écologique des eaux de l’étang de Berre. »

« Après des années d’études, prouvant la nécessité et la possibilité de réduire les rejets d’eau douce de la centrale hydroélectrique et de renforcer les échanges avec la mer par le tunnel du Rove, aucune décision ne semble vouloir être prise aujourd’hui par l’État, écrit le Gipreb dans un communiqué. Bien au contraire, les services de l’État ont confirmé, ce mercredi 3 juillet, en sous-préfecture d’Istres, que l’État s’engageait dans une démarche visant à retarder encore davantage la réhabilitation de l’étang. » En effet, une réunion s’est tenue ce mercredi en sous-préfecture avec les élus locaux pour aborder certaines procédures entamées par l’État : elles consistent à demander à l’Europe des dérogations à la directive cadre sur l’eau (DCE). « C’est sûr que si l’on ne fait rien, on ne sera jamais dans les clous », peste-on dans les couloirs du Gipreb.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire