Affaire Semivim : EELV et la France insoumise quittent la majorité PCF de Martigues

Sécession
Bref
le 15 Déc 2021
7

L’onde de choc n’a pas fini de faire des dégâts à Martigues. Après les perquisitions au siège du bailleur social de la Ville, la Semivim, deux placements en détention et un conseil municipal houleux, toute une composante de la majorité a annoncé prendre ses distances avec le maire PCF dans La Provence. Le groupe écologiste et citoyen, composé de six élus EELV et LFI, dont deux adjoints, “suspend” sa participation dans le groupe majoritaire.

“Nous ne participons plus aux travaux de la majorité et nous avons le droit de porter un regard critique sur la gestion de la crise de la Semivim, explique à Marsactu Frédéric Grimaud, adjoint LFI. Charge au maire de décider au prochain conseil s’il nous considère comme membres de l’opposition”. Les deux élus du groupe qui siégeaient au conseil d’administration de l’office HLM ont par ailleurs envoyé leur démission dans la foulée. Toujours dans La Provence, le maire, Gaby Charroux espère toutefois que “la cohésion sera retrouvée”.

“Quelque chose s’est brisé, la confiance n’est plus là”, poursuit Frédéric Grimaud, qui explique avoir alerté le maire depuis un an sur les questions de souffrance au travail au sein de la structure. Élément déclencheur de cette sécession pressentie depuis quelques semaines, lundi 13 décembre, ce dernier a reçu la visite d’un huissier, envoyé par la mairie dans le cadre d’une interpellation sommative “pour que je donne les noms des salariés qui m’ont parlé”, précise-t-il, qualifiant la démarche d’“hallucinante”.

 

Source : La Provence
+++

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. julijo julijo

    Il sera intéressant de voir la suite de cette affaire, un peu de transparence et d’honnêteté seront salutaires.
    Cette suspension est peut être un peu tardive, mais la réaction est respectable.
    à suivre.

    Signaler
  2. Patafanari Patafanari

    Ciao, les Social-traitres.

    Signaler
  3. Pythéas Pythéas

    Maritima.info est aux abonnés absents. Vive l’info contrôlée !

    Signaler
  4. jemamo13 jemamo13

    Enfin un peu de cohérence.

    Signaler
  5. ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

    Après La Ciotat, Aubagne et Gardanne, un grand big up au PCF pour livrer clef en main une autre ville communiste à la droite. On prend les paris pour la suivante : Roquevaire, Septèmes ou Port-de-Bouc ?

    Signaler
    • Christiane CLOUET Christiane CLOUET

      préféreriez-vous que tout le monde se taise ?
      Si Martigues passe à droite, ce sera un désaveu de l’équipe en place et particulièrement de la majorité de sa majorité. Comme ce qui s’est passé à Aubagne

      Signaler
  6. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Une sommation d’huissier pour exiger les noms des salariés qui se confient : franchement, ça pue. Mais malheureusement, on voit ce procédé partout où règne le management toxique : mieux vaut faire la chasse aux harcelés qu’au harceleurs. L’IHU de Marseille a donné un bon exemple de cette pratique, en s’offusquant que des chercheurs aient parlé à Mediapart plutôt qu’en s’attaquant au problème lui-même.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire