Après la fusillade du Clos La Rose, les plus grands flics de France débarquent à Marseille, mais repartent aussitôt….

À la une
le 22 Nov 2010
2

Le Ministre de l’intérieur Brice Hortefeux est venu hier après-midi faire son show, à Marseille, en bon disciple de Nicolas Sarkozy, son bien-aimé mentor, suite à la fusillade du Clos La Rose.

Réagir à chaud toujours, dans l’émotion, et faire de belles images pour le 20 heures de Claire Chazal. Pour ça Hortefeux a soigné son casting. Le premier flic de France est venu avec ses numéros 2,3 et 4. Frédéric Péchenard, ami d’enfance du Président de la République et Directeur Général de la Police Nationale. Christian Lothion Directeur Central de la Police Judiciaire et Jacques Fournier Directeur de La sécurité publique, sont montés dans le beau Falcon tricolore de Brice.

Il fallait au moins ça pour essayer de sauver le soldat Gaudin, de plus en plus perdu à la tête d’une ville où désormais tout semble lui échapper. Après la pénible séquence des grèves, maintenant à Marseille, on assassine des enfants à la kala. Il est bien loin le mythe du « modèle marseillais ».

Machoires serrées et coups de mentons, Préfet en grand uniforme, mines graves, le maire de Marseille répétant à voix basse les paroles du Ministre, les très nombreux journalistes présents hier sous les lambris de la Préfecture de Région à Marseille, ont eu droit au grand show, et ont pu faire de belles images. Mais pas poser de questions. Aussitôt ses annonces faites, le Ministre, ses gardes du corps et les grands flics sont vite repartis à Marignane.

Des questions pour quoi faire ? Les services de presse ont ensuite adressé aux journalistes les éléments de langage du discours du Ministre. Si, si, les éléments de langage, comme quand Franck Louvrier le spin doctor de Sarko fait des petites notes pour aider les ministres avant des interviews télé ou radios. C’est plus facile aussi pour la presse, il suffit de les recopier. En plus de la vidéo, on vous a mis les éléments de langage en PJ, comme si vous y étiez.

Un aller retour en 2 heures Paris/Marseille qui n’a pas du être très bon en terme de bilan carbone, mais néanmoins trés réussi en terme de communication. C’est le principal. Brice et Jean-Claude on fait tous les JT du soir. « Il est temps d’arrêter ces crimes et ces trafics de drogues qui font tant de mal à l’image de Marseille », disait le Maire de Marseille en boucle sur France Info. Oui et il n’y a pas qu’à l’image de Marseille que tout ça fait du mal.

Et sinon, sur le fond ? ah oui, vous avez raison, on allait oublier les annonces du Ministre : 150 CRS qui devaient déjà venir à Marseille pour les fêtes, 5 super flics enquêteurs spécialisés dans la lutte contre les traffics de drogue qui arriveront on ne sait pas bien quand, et 117 ADS (adjoint de sécurité, en français des emplois-jeunes)… Pas de quoi faire trembler les trafiquants, selon Yves Robert le patron régional du SNOP (Syndicat National des Officiers de Police) : « tout ça, c’est de la poudre aux yeux, ce qu’on réclame, compte-tenu de la très forte criminalité, c’est qu’on gèle à Marseille la règle de non remplacement d’un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite. La réalité c’est qu’on a perdu à Marseille 60 fonctionnaires de police depuis le début de l’année ».

Du côté de l’opposition socialiste, c’est Patrick Mennucci, un des « durs » du PS sur ces sujets de sécurité, et pas le dernier non plus pour passer au 20 heures, qui après s’être fait refouler de la réunion tuperware du Ministre, lui a néanmoins envoyé une petite rafale de Kala pour la route : « les mesures annoncées par Monsieur Hortefeux ne sont pas à la hauteur de la criminalité violente qui se déploie à Marseille. Monsieur Hortefeux vient de rééditer la même opération qu’avait opéré Nicolas Sarkozy après la terrible affaire dont Mama Galedou avait été victime. Pour moi, c’est une vrai déception de constater que le ministre de l’intérieur est venu à Marseille sans répondre aux demandes légitimes des Marseillais » . « Il manque 350 policiers dans le département, je constate que malgré la situation, le gouvernement n’a pas décidé de renforcer réellement la police nationale à Marseille » .

En visite à Marseille, après avoir mis le pied dans le plat des affaires locales, la tata flingueuse Eva Joly a elle aussi dégommé le « petit tour et puis s’en va » de Brice Hortefeux. « On a l’impression qu’aujourd’hui à Marseille plus rien ne fonctionne. Quand des enfants se font tirer dessus à la Kalachnikov, cela montre que la politique de tout sécurité menée depuis 2002 a échoué. Qui peut croire que c’est la solution aux problèmes véritables posés par la désinsertion, le désoeuvrement et la pauvreté ? C’est une solution factice, rhétorique, qui ne changera rien« , lance la députée européenne Europe Ecologie. Et de pointer les baisses de moyens de l’éducation nationale et de la rénovation urbaine. « Quand, le budget 2011 supprime des crédits pour les logements sociaux, on ne peut pas les remplacer par des CRS… », ironise l’ancienne juge.

Mais comme le dit le Ministre dans ses éléments de langage : « Les Marseillais ont droit, ni plus ni moins, au même niveau de sécurité que l’ensemble du territoire national. C’est une obligation de résultats que le Président de la République nous a fixée. C’est un engagement que nous mettons en œuvre sur le terrain.Je veillerai personnellement, avec le maire de Marseille, à ce que cet engagement soit tenu ».
Nous voilà donc rassurés, on va pouvoir dormir tranquille.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. céhère céhère

    Le “modèle marseillais” n’est sûrement pas celui vanté par la mairie, qui le met à mal consciencieusement depuis 15 ans.
    Mais avez-vous vu un débordement pendant les manifestations massives contre la réforme des retraites? (voir Lyon)
    Y a-t-il eu des émeutes urbaines en 2005? (certes je ne suis pas sûr qu’au prochain embrasement nous passerons à travers encore une fois, la politique municipale venant renforcer les politiques nationales qui ne règlent aucun des soucis des quartiers dit sensibles).
    Donc pour l’instant il existe encore, jusqu’à quand telle est la question…

    Après les jeunes jobards (pour être poli) se flinguent dans les quartiers… grâce à eux on n’a pas fini d’avoir des coups de menton (de l’ump et de lepen). Les deux camps s’auto-alimentent.

    Signaler
  2. zaqsa zaqsa

    Comportement lamentable de nos gouvernants nationaux et locaux ….de la communication,rien que de la communication et rien d’autre !!!! Moins de 2 heures A/R ,juste pour pouvoir passer au JT du 20 heures. Mais dans quel pays vivons nous ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire