Stéphane Ravier (RN) s’offre Eric Zemmour pour draguer la droite

Reportage
le 19 Avr 2019
20

Le sénateur RN recevait jeudi soir le polémiste Eric Zemmour pour plus de deux heures d'échanges très cordiaux. Une première pour le polémiste, et une belle prise pour celui qui sera candidat à la mairie de Marseille en 2020.

Ils finissent les phrases l’un de l’autre, rougissent de plaisir à s’écouter parler, ricanent à chaque saillie provocatrice… À voir le flot d’atomes crochus qui inondait la scène de l’amphithéâtre du Parc Chanot jeudi soir, on avait peine à imaginer qu’il s’agissait d’une première. Et pourtant, le sénateur Stéphane Ravier est bien le premier représentant du Rassemblement national à qui le polémiste Eric Zemmour offre sa présence pour un tel événement : plus de deux heures d’échange devant près de 500 personnes enchantées.

« Ce soir, on va s’autoriser beaucoup de choses », prévient d’emblée Stéphane Ravier, entré sur scène au son de « Highway to hell », tandis que « Sympathy for the devil » avait été réservé à Eric Zemmour. Et quel meilleur thème pour démarrer la soirée que celui de la colonisation ? Tandis qu’Eric Zemmour déroule une comparaison entre l’Empire colonial de Louis XIV et celui du XIXe siècle sur un ton de docte évidence, Stéphane Ravier, plus militant qu’historien, se raccroche, rebondit par des boutades, et saisit les références, nombreuses, qu’ils ont en commun.

Algérie française et génocide

Il embraye volontiers sur l’Algérie française, thème favori du public qui applaudit à tout rompre à chaque mention. « Même si je ne suis pas pied noir – je ne peux pas avoir toutes les qualités – je ne peux pas être complètement gaulliste », lance gravement le sénateur. Joie de la foule, qui montre bien que c’est tout de même l’électorat local habituel du FN qui s’est déplacé en majorité.

Les deux débatteurs glissent vers une lecture de l’histoire pour le moins problématique. Extrait :

Zemmour : « Les vrais inventeurs des génocides sont les Anglo-saxons, en Amérique, en Australie… »

Ravier : « On n’en parle moins »

Zemmour : « On n’en parle jamais »

(…)

Zemmour : « Le choix historique de la France [en Algérie] pour des raisons humanistes, et c’est pour ça qu’on n’y est plus, c’est justement parce qu’on ne les a pas génocidés, contrairement aux anglo-saxons, voyez en Amérique, eux, personne ne les emmerde »

Ravier (au public) : « Ne tirez aucune conclusion ! »

Et lorsque la très jeune et très enthousiaste animatrice propose, après plus d’une demie-heure de « sortir un peu de l’Algérie », Zemmour rétorque du tac-au-tac : « À Marseille, c’est dur ! ». Hilarité et applaudissements de la salle, qui ne manquera pas de huer le nom de Samia Ghali à plusieurs reprises – surnommée « Samia G., le point G. de Marseille » par un Stéphane Ravier qui ne rate décidément aucune occasion de verser dans le sexisme crasse. Le nom d’Harlem Désir, cité à la volée, subit les mêmes huées, pour mieux dénoncer la « politique assimilationniste » des années 80, sur laquelle les deux nouveaux amis tapent à bras raccourcis, et gaiement.

Pendant de longs monologues, Eric Zemmour, condamné l’année dernière pour provocation à la haine religieuse, déroule tranquillement sa désormais bien connue vision de l’histoire du « déclin » de la nation française, et la salle est bercée par ce ronronnement aux relents clairement xénophobes. Au sujet de Marseille, il ne s’aventure guère, reconnaissant ne pas connaître la ville. Tout juste tente-t-il une alambiquée comparaison entre les réseaux de trafics de stupéfiants et la féodalité. Stéphane Ravier quant à lui, ne se fait pas prier pour imiter le Panisse de Pagnol, et pleurer l’accent provençal qui, à ses yeux, disparaît.

Toucher « une droite un peu plus traditionnaliste »

Un des rares candidats déjà déclarés à la mairie de Marseille, Stéphane Ravier lançait là une année pré-électorale sous des auspices à la fois ambitieux, de par l’influence de son invité, et rassembleur, en tendant la main aux quelques derniers émules du polémiste pas encore familiers du RN. « It’s a first », s’enorgueillit l’attaché parlementaire du sénateur. L’invité du jour ne s’est pourtant pas fait prier : « On lui a posé la question et il a dit d’accord ». La trajectoire du polémiste l’avait toutefois déjà amené à converser en 2014 avec son « ami » Robert Ménard, élu maire de Béziers avec le soutien du FN, et plus récemment à donner une conférence à l’institut de sciences sociales, économiques et politiques dirigé par Marion Maréchal-Le Pen.

Mais en janvier, c’est au siège du parti Les Républicains, à l’invitation de Laurent Wauquiez, qu’il déroulait son discours. L’espoir de la soirée, détaille l’assistant parlementaire du sénateur, est bien de « ramener du monde, il parle à un public qu’on a parfois du mal à toucher, une droite un peu plus traditionaliste ». Sur scène, le sénateur ne manque d’ailleurs pas de dénoncer, de concert avec son interlocuteur, cette « droite qui n’est pas vraiment la droite », en pointant implicitement le parti Les Républicains.

Dans une dernière symbiose, Stéphane Ravier et Eric Zemmour répondent à une question de la salle sur la « théorie du grand remplacement »« Pas une théorie, un processus, une évidence », corrige le polémiste. « Il suffit d’ouvrir les yeux », complète son hôte du soir. L’expression avait pourtant été reniée par la patronne de son parti au lendemain de l’attaque de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, dont l’homme qui a abattu 49 personnes se revendiquait. À l’entrée du Parc Chanot, des militants anti-fascistes s’étaient rassemblés avant le début de la soirée pour dénoncer l’événement, et une banderole avec les visages des victimes était brandie. Mais la petite centaine de manifestants n’a pas franchement ému les 500 personnes venues assister à la causerie.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    A un an des municipales, on pourrait penser que les candidats commencent à se donner une image un peu rassembleuse : ça peut servir, pour constituer une majorité.

    Mais Stéphane Raclure fait ce qu’il sait le mieux faire : l’inverse, c’est-à-dire cliver et fracturer. C’est vraiment une bonne idée d’inviter un chroniqueur haineux dans une ville aussi diverse que Marseille ! En passant, on peut regretter que l’aura de ce chroniqueur ait largement été acquise grâce à des médias nationaux qui lui ont complaisamment ouvert leur antenne pendant des années, alors qu’il ne représentait rien.

    Mais au moins cette invitation nous montre que Stéphane Racaille ne saurait être le maire que d’une fraction de Marseille, celle qui croit au concept de « grand remplacement ».

    Le dictateur nord-phocéen ne sera jamais maire de Marseille.

    Signaler
    • Tarama Tarama

      On peut gouverner Marseille avec une fraction. Gaudin le fait depuis 25 ans.

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Il clive, certes. Il nous est odieux, c’est évident. Mais il essaie surtout de rassembler la droite xénophobe par delà son propre parti, Zemmour étant comme un trait d’union entre LR et le RN. Y parvient il ? Je n’en sais rien, mais je n’aime pas du tout cela. Je me souviens que Gaudin n’avait pas hésité à s’allier avec le FN pour prendre la Région. N’oublions JAMAIS

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      @tarama Et il n’y a pas loin de la fraction à la faction…

      Signaler
  2. patrick patrick

    500 personnes c’est peu pour deux hommes aussi charismatiques que ravier et zemour.

    Signaler
  3. Otox Otox

    Zemmour, l’homme qui est invité sur tous les plateaux TV en ayant les clés, tape des bises à tous le gratin des médias, et dégueule, devant les caméras, sur un peuple trop coloré à son goût, vient narrer ses théories nauséabondes à Marseille sans que cela interpellent préfet ou mairie. Sans doute grâce à son estampe « Show-biz ».

    Il n’ y a pas si longtemps, un certain Dieudonné, par sa volonté de se représenter au Dôme, avait créé un élan un « chouia » liberticide, apparemment moralement justifié mais juridiquement injustifié, et suscité, ici, bon nombre de commentaires assez engagés.
    https://marsactu.fr/bref/justice-demande-levee-de-linterdiction-spectacle-de-dieudonne-dome/
    Je ne retrouve pas le même ton et la même forme, employés dans les commentaires pour un Zemmour qui paraissait, lui, bien en forme…

    Ma volonté est de seulement dénoncer le deux poids, deux mesures et non de victimiser ou défendre telle ou telle personne, elles n’ont certainement pas besoin de moi.

    Signaler
  4. Tarama Tarama

    Vous êtes sur que Ravier ne passe pas pour bobo gauchiste à côté de Zemmour ?

    Signaler
  5. MarsKaa MarsKaa

    Combien a coûté la location de l amphi du parc chanot ? Combien a touché E.Zemour pour son intervention ? L entrée etait gratuite ? ( Ouverte ou sur invitation ?) Le RN a les moyens de ce type de show ?

    Signaler
    • Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

      Bonjour, Lisa aura peut-être des éléments complémentaires. En tout cas, les spectateurs payaient 10 euros l’entrée.

      Signaler
  6. Massilia fai avans Massilia fai avans

    En tout cas la musique utilisée a marqué les journalistes présents , un article du monde de Gilles Rof reprend exactement la même phrase: ça étonne toujours que l’élu FN préfère AC/DC à la Pastorale.
    En tout cas « sympathy for the devil » est plutôt bien choisi pour caractériser son invité d’un soir.

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Oui, toute la presse l’a noté, et je crois qu’il faut y voir une ironie façon Stéphane Ravier, qui s’est défini encore hier soir en « diablotin de la République ».

      Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      Et après, il se plaint d’être diabolise…

      Signaler
  7. Caroline Caroline

    Euh, ça ne choque que moi ce passage: Zemmour : “Le choix historique de la France [en Algérie] pour des raisons humanistes, et c’est pour ça qu’on n’y est plus, c’est justement parce qu’on ne les a pas génocidés, contrairement aux anglo-saxons, voyez en Amérique, eux, personne ne les emmerde” ??????

    Signaler
    • Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

      @Czroline Et comment ! Ça ressemble bigrement à une apologie de crime contre l’humanité. Des lors que ces propos sont tenus lors d’une réunion publique, la peine encourue est de cinq ans de prison et 45000 euros d’amende. JM Le Pen ou Dieudonne (exemples pris au hasard) ont déjà été condamnés pour de tels delits qui ne sont d’ailleurs pas couverts par l’immunité parlementaire. Reste à porter plainte. Qui s’en occupe ?

      Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Et puis c’est vrai, pas de génocide mais juste quelques crimes contre l’humanité…
      Si ces gens connaissaient vraiment l’Histoire qu’ils prétendent raconter, ils sauraient qu’il y a eu débat, en particulier entre certaines fractions militaires et civiles, à propos du sort qu’il fallait réserver à la population suite à la conquête : « les bureaux musulmans » de l’armée rêvaient d’une sorte d’assimilation réciproque, d’autres d’une soumission absolue, d’autres évoquaient ouvertement le sort des Amérindiens.

      Signaler
    • Tarama Tarama

      Non, mais on a tellement l’habitude qu’on n’est plus surpris (et ce n’est pas bien).

      Signaler
  8. Laurent MALFETTES Laurent MALFETTES

    Quant au « n’en tirez aucune conclusion » lance par Ravier en reponse aux propos odieux de Zemmour, il montre que Ravier est conscient du dérapage sans le dénoncer nettement. Connaissant le sens du second degré du personnage, on devine qu’il a balance cette phrase en faisant un gros clin d’œil complice au public. Complice, c’est le mot

    Signaler
    • Lisa Castelly Lisa Castelly

      Bien deviné, c’est à peu près ça.
      La conférence est entièrement disponible en replay sur la page Facebook de Stephane Ravier s’il y en a ici qui souhaitent avoir la version son et images.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      « La version son et images » est, malheureusement, dépourvue d’odeur : sinon, chacun pourrait s’apercevoir que ça sent la m…

      Signaler
  9. Tarama Tarama

    La nostalgie de « l’Algérie française » (terreau historique du FN, notamment dans le sud de la France) va-t-elle s’éteindre avec ses derniers contemporains ?
    J’aimerais, mais je n’en suis pas sûr.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire