La justice tâcle l’interdiction du spectacle de Dieudonné au Dôme

Retour
Bref
Violette Artaud
19 Oct 2017 6

Capture d'écran de la page de programmation du Dôme.

Dans un jugement consulté par nos confrères de La Marseillaise le tribunal administratif de Marseille ordonne à “de suspendre l’exécution de la décision du 18 septembre 2017 du maire de Marseille interdisant le spectacle de Dieudonné M’Bala M’Bala intitulé “Dieudonné dans la guerre” prévu le 19 novembre 2017.” Le tribunal estime ainsi infondé le choix d’interdire le spectacle, et demande qu’il ait bien lieu.

Comme l’annonçait Marsactu le 13 septembre dernier la Ville avait en effet décidé d’interdire ce spectacle pour éviter d’éventuels “troubles à l’ordre public”. Le tribunal administratif demande également de “mettre à la charge de la commune de Marseille la somme de 4000 euros.” 

Actualisation le jeudi à 19h28 : par communiqué, la Ville de Marseille déclare “prendre acte” de cette décision et en faire appel devant le conseil d’État. Elle annonce par ailleurs qu’elle sera “particulièrement vigilante, si la programmation du spectacle de Dieudonné intitulé « Dieudonné dans la guerre » était maintenue et devait créer des troubles à lʼordre public”. 

Source : La Marseillaise

A la une

Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...
La Ville offre une nouvelle unité d’hébergement d’urgence, à l’État de payer le reste
Jean-Claude Gaudin signait mercredi le bail emphytéotique de la future unité d'hébergement d'urgence qui doit voir le jour en 2021. Réalisée par le groupe...
Cinq copropriétés marseillaises passent en “priorité nationale”
Vestige du marketing immobilier des années 60, les grandes copropriétés marseillaises ont souvent le mot "parc" affilié à leur nom alors qu'elles n'offrent souvent...
Coup d’arrêt pour le projet d’extension de Plan-de-Campagne
L'affaire était déjà mal embarquée, la voilà plombée. Après un premier avis défavorable de la commission départementale d'aménagement commercial en juin, l'échelon supérieur, la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. TaramaTarama

    Quand on pense qu’il aurait suffi de ne pas le programmer. Mais bon, cela a dû échapper aux multiples échelons de validation des décisions.
    On laisse le bordel se créer et après on galère, Ville de Marseille dans toute sa splendeur.

    Signaler
    • OtoxOtox

      On laisse bien Éric Zemmour venir dégueuler sa vision du monde au château de la Buzine en plus des plateaux TV.
      On laisse bien Jean Roucas et ses acolytes assurer le show xénophobe au Silo.
      On laisse bien l’Action française nous servir sa petite tambouille royaliste et raciste sur l’espace public.
      Ça n’émeut pas grande monde, pas plus les autorités que la LICRA, SOS racisme, etc.

      La liberté de ne pas écouter les sketch de Dieudonné est aussi légitime que la liberté d’expression qu il brandit. Pour sa défense, lui respecte la nôtre puisqu’il se produit dans un lieux publics mais fermé et inaccessible des lors qu’on ne dispose pas de places payantes. Dès lors, respectez la sienne.

      Signaler
  2. OtoxOtox

    On laisse bien Éric Zemmour venir dégueuler sa vision du monde au château de la Buzine en plus des plateaux TV.
    On laisse bien Jean Roucas et ses acolytes assurer le show xénophobe au Silo.
    On laisse bien l’Action française nous servir sa petite tambouille royaliste et raciste sur l’espace public.
    Ça n’émeut pas grande monde, pas plus les autorités que la LICRA, SOS racisme, etc.

    La liberté de ne pas écouter les sketch de Dieudonné est aussi légitime que la liberté d’expression qu il brandit. Pour sa défense, lui respecte la nôtre puisqu’il se produit dans un lieux publics mais fermé et inaccessible des lors qu’on ne dispose pas de places payantes. Dès lors, respectez la sienne.

    Signaler
    • julijojulijo

      Les textes de dieudonne distillent un racisme évident, primaire, odieux. Ce n’est pas une “liberté d’expression” c’est un délit.

      Signaler
    • HappyHappy

      Suite au commentaire de Julijo : Oui, il faut redire sans cesse que les propos racistes ou antisémites ne sont pas des opinions, mais des délits, parce qu’ils sont des incitations à la haine.
      Pour autant, si on prend du recul par rapport au cas individuel de Dieudonné, une question qui est posée à la Justice est : dans un Etat de droit, est-ce qu’un maire ou un préfet est légitime pour juger si tel ou tel spectacle comporte des propos délictueux ? N’est-ce pas à la justice civile de qualifier les délits et de les sanctionner ? Certes, l’arrêté municipal se fonde sur un “trouble à l’ordre public”, mais on sait bien que c’est faute de mieux et que ce fondement discrétionnaire est très discutable par rapport aux libertés publiques. Si un maire FN interdit un concert de rap (par exemple) pour “trouble à l’ordre public”, sous prétexte d’affrontements qui pourraient se produire en marge, comment réagirions nous ?
      Ces réflexions sont inspirées par celles de la Ligue des droits de l’homme
      http://ldh-gironde.org/le-piege-dieudonne-rappel-des-positions-de-la-ldh/
      que j’ai découvertes hier grâce au blog de la députée Danièle Obono, qui mérite elle aussi plus d’attention que la caricature médiatique qui en est faite :
      https://blogs.mediapart.fr/daniele-obono/blog/151017/et-si-parlait-politique

      Signaler
  3. corsaire vertcorsaire vert

    Bien que ce type me débecte et que j’aurais bien envie de cracher sur ceux qui iront l’applaudir, je pense que c’était maladroit de faire tout ce bruit autour de sa venue à Marseille , de le victimiser et surtout de lui faire beaucoup de pub ….
    Il est toujours dangereux de censurer, ou d’ interdire, quel que soit le moyen d’expression sinon on agit comme les Poutine et Erdogan …ce sont les consciences , l’éducation et la culture qui feront que ces gens là disparaîtront faute d’audience et de crédibilité.
    Rien, ni personne ne m’obligera à aller à ses concerts, ni acheter ses disques, ni écouter les discours de haine du FN ,Action Française et autres ordures dans ce genre .

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire