La Busserine, terre de Mélenchon et d’abstention, décrit un second tour repoussoir

Reportage
le 22 Avr 2022
14

La cité du 14e aborde le second tour de la présidentielle à reculons. Marqué, il y a dix jours, par une forte abstention et une mobilisation insoumise inédite, le quartier balance entre dépit et inquiétude.

gabian la busserine
La Busserine sous le ciel gris de l'après premier tour.

La Busserine sous le ciel gris de l'après premier tour.

Les rares courageux qui osent mettre le nez dehors s’abritent tant bien que mal de la pluie. Devant les commerces du chemin de Sainte-Marthe, chacun se presse, se couvrant la tête avec ce qui passe, ici un mouchoir, là le journal du matin. À la Busserine, le mauvais temps a surpris les habitants. Une météo à l’image du moral du quartier, encore sonné par le résultat du premier tour de la présidentielle. “Ces élections c’est une catastrophe, je suis dépitée : en 2017 on avait dit plus jamais et voilà que ça recommence“, raconte consternée Laeticia, la quarantaine. Dimanche elle votera pour Emmanuel Macron, “le moins dangereux des deux”. 

Au premier tour Laeticia, beaucoup d’habitants de la Busserine avait glissé un bulletin France Insoumise dans l’urne à l’occasion du premier tour. Dans les trois bureaux de vote du quartier, il est arrivé à chaque fois en tête avec des scores imposants, toujours situés entre les 70 et 80% des suffrages, contre 54% en 2017. Une vague mélenchoniste à l’image du succès engrangé par le député de la 4e circonscription sur l’ensemble de Marseille où il arrive nettement en tête avec 31% des voix, porté par une poussée électorale des quartiers populaires. Dix jours plus tard, la troisième place du candidat est pour eux toujours aussi frustrante.

“Dans les quartiers populaires on n’a pas le choix”

Dans les rues du quartier vidées par la pluie, rares sont ceux qui acceptent de parler du second tour. Parmi ceux qui refusent, il y a ceux qui – n’ayant qu’une carte de séjour – n’ont pas pu voter, mais aussi beaucoup de dépités. Alors que le second tour se profile, tous sont désespérés à l’idée de devoir choisir désormais entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Dalida s’abrite contre la vitrine de la pharmacie du chemin de Sainte-Marthe. L’éducatrice spécialisée de 58 ans confie, résignée : “On avait dit plus jamais… mais je suis obligée. Dimanche, je voterai Macron“.

Pour elle comme pour d’autres de la Busserine, le vote relève d’un caractère obligatoire, de l’ordre du devoir. “Je n’ai pas envie de voter Macron, mais je n’ai pas le droit de ne pas aller voter. Dans les quartiers populaires on n’a pas le choix. Mon père est arrivé en France en 1956 et a travaillé toute sa vie sans avoir le droit de vote : je ne peux pas lui dire que je ne voterai pas, je dois le faire“, poursuit Dalida. Même son de cloche pour Saïd qui à 85 ans fait figure d’ancien du quartier. “J’ai toujours voté depuis le Général en 1959. C’est un devoir quand on est français, on cherche quelqu’un qui va guider le pays, il faut penser à demain“, convient le vieil homme dans son pull à grosse laine bleu marine, le dos courbé par le poids des années.

“Le Pen fera tout pour nous stigmatiser”

Lorsqu’ils pensent au second tour, ceux qui ont porté Mélenchon en tête songent d’abord à voter contre, à défaut de pouvoir aller dans le sens de leurs convictions. Ici, le Rassemblement National est accueilli avec défiance. À l’entrée du centre social, la conversation ne le dément pas. “Au second tour, c’est tout sauf Le Pen” résume Rachid. “Elle est trop dangereuse, encore aujourd’hui. Elle dit des choses pour être élue mais elle fera tout pour nous stigmatiser si elle y parvient. Elle joue un double-jeu”, s’inquiète Medhi, son enfant de 6 ans à la main. Le jeune père de famille, optera donc pour Macron, dimanche.

La possible élection de Marine Le Pen ouvre la porte vers d’autres craintes. “Si elle passe ça risque d’être violent. Elle est clairement contre les arabes même si elle veut faire croire qu’elle s’est adoucie. J’ai vraiment peur que ça ravive un terrorisme identitaire décomplexé“, s’alarme Ludmila alors qu’elle vient récupérer ses enfants au centre social. A contre-cœur, elle aussi, votera pour le président sortant.

“C’est impossible de revoter Macron”

L’issue du premier tour et les cinq dernières années sous la présidence d’Emmanuel Macron dissuadent aussi certains de se rendre aux urnes. “J’ai voté pour Jean-Luc Mélenchon avec joie. Lui, il avait une vraie politique populaire pour les quartiers“, affirme Yasmina, 32 ans. Elle refuse de faire un choix par défaut. “Je sais qu’il a dit qu’aucune voix ne devait aller à Le Pen, mais c’est impossible pour moi de voter Macron, pas après les cinq ans de casse sociale qu’on a eues. Je veux voter pour quelqu’un en qui je crois, qui fera changer les choses. Donc je m’abstiendrai“, explique la jeune femme dont le voile beige pale se détache du rouge vif des murs du centre social.

En 2017, certains insoumis accordaient au projet d’Emmanuel Macron le bénéfice du doute. Pour les habitants de la Busserine le choix n’est plus aussi évident. “La dernière fois on n’était pas sûrs. Mais maintenant on sait que la politique d’Emmanuel Macron est de droite. Et ni la droite ni l’extrême-droite ne font quelque chose pour les quartiers populaires, ils exacerbent les tensions et les inégalités“, analyse El-Anrif, jeune technicien de laboratoire de 22 ans.

Dans le quartier, la colère contre le président est parfois telle que certains en arrivent même à considérer l’extrême-droite par espoir de changement. “La répression du mouvement des Gilets Jaunes en a dégouté beaucoup qui hésitent aujourd’hui entre s’abstenir et voter Le Pen“, assure Dalida.

Derrière la vague Mélenchon, celle de l’abstention

La vague Mélenchon qu’a connue la Busserine cacherait presque celle de l’abstention, massive au premier tour. Le 10 avril, ils étaient presque un sur deux à ne pas se rendre aux urnes avec des taux d’abstention oscillant entre 45 et 52 % dans les trois bureaux de vote que compte la cité. Arpentant le quartier pour faire ses courses, Mohamed peste : “C’est tous les mêmes, les gens n’y croient plus et localement le comportement de nos politiciens n’a pas aidé“. L’éducateur, le visage perlé de gouttelettes, indique avoir perdu confiance depuis des décennies. De nombreux habitants partagent ce désintérêt. Même tentés par la France Insoumise. “Mélenchon me plaisait bien mais je n’ai pas voté, il est là depuis trop longtemps. Je ne crois plus en la politique telle que proposée, il nous faudrait quelqu’un de réellement nouveau qui change les choses“, argumente Anissa, aide-soignante, les bras chargés des affaires de ses enfants.

Parmi les désenchantés, abstentionnistes ou électeurs insoumis résignés, certains veulent rompre la morosité et voir au-delà du second tour. “On a perdu mais tout est encore à jouer : les législatives sont notre dernière chance de vraiment faire barrage et de voter pour nos idées“, espère le jeune technicien de laboratoire El-Anrif qui a bien entendu l’appel de Mélenchon “l’élire Premier ministre”. La fin de journée approche et le ciel gris s’adoucit, à l’inverse de la population encore morose.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. vékiya vékiya

    fallait se bouger un peu plus au 1er tour pour virer la fille du borgne cela aurait évité de soutenir l’éborgneur au second. maintenant il reste juin.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Et surtout l’aveugle qui déserte Marseille pour repartir sur Paris ou sa région , sans oublier de parachuter son poto, une indemnité parlementaire c’est toujours bon à prendre.
      Il parait qu’il n’a pas compris cette ville ou inversement ?
      Mais cela doit être les marseillais , lui est tellment intelligent .

      Signaler
    • vékiya vékiya

      vous trouvez toujours les élus locaux trop nuls, malhonnête et très cons et quand il y a du sang neuf vous râlez. un parachuté du niveau de manuel bompard je le prends les yeux fermés. un député vote des lois, je m’en fous qu’il se gave de violets et boive du pastis.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      M. Bompard est député européen. Quel besoin a-t-il d’être candidat à l’Assemblée nationale dans une circonscription sans risque ? J’hésite vraiment : est-ce du mépris pour le Parlement européen, pas assez bien pour son “niveau”, ou du mépris pour les électeurs marseillais, tout juste bons pour donner leur voix à quelqu’un qu’ils n’ont jamais vu ?

      Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    On voit bien, sur la photo, le Gabian en train de faire son enquête de terrain, avec la hauteur de vue que lui donne sa position sur le lampadaire.

    Signaler
  3. MarsKaa MarsKaa

    Aucun commentaire au sujet du fond de l’article…
    pourtant -et merci Marsactu pour cela- c’est important de pouvoir entendre ces habitants de Marseille, habitants des quartiers Nord, trop souvent ignorés car issus de l’immigration et vivant dans une cité. Pourtant ils travaillent, leurs enfants font des études. Ils ont le droit de vote, ils ont un avis. Ils sont Marseillais, ils sont Français. Certains l’ignorent. Certains l’oublient.
    Je suis impressionnée par les scores de Melenchon. Plus de 60 ou 70 % ! Cela dit le besoin d’une vraie gauche, qui se bat pour améliorer la vie de tous, se préoccupe de vrais sujets qui concernent tous les habitants. Cela dit aussi le besoin de changement, le ras le bol.
    Je comprends leur lassitude, et aussi leur inquiétude. Marine Le Pen ne doit pas passer. Cela libérerait la haine, cela laisserait le champ libre à ceux qui veulent des “ratonnades”.

    Signaler
    • Patafanari Patafanari

      Ils en ont assez d’être soupçonnés, discriminés, stigmatisés.
      Ils ont voté Mélanchon dans l’espoir d’être créolisés. Pa ni pwoblem.

      Signaler
  4. Brallaisse Brallaisse

    Vekiya, je ne trouve pas les élu(e)s locaux nuls, ils le sont. Au sujet de Bompard et à son futur parachutage organisé par LFI ,qui nous parle de bonne pratique et d’honneur en politique au passage, parachutage prévu sur terrain bien dégagé et bien balisé , cela me fait penser à ces quelques mots des Misérables de notre bon Hugo trop peu enseigné aujourd’hui :” Il y a des gens qui observent les règles de l’honneur , comme observe les étoiles filantes de trés loin”.
    LFI , c’est comme un peu les Lyrides, elles apparaissent chaque saison et qui hop, s’enfuient aussitôt en prenant les avantages et en laissant les inconvénients. Inconvénient, comme par exemple tenir une permanence pour écouter les pigeons qui vous ont élu sur votre circonscription et pour laquelle vous êtes d’ailleurs défrayé , mais il n’y a pas de petites économies pour voyager en première.
    Cher Vikeya , si vous croisez Bompard à l’occasion , rappellez lui ces quelques mots d’une chanson qu’il est supposé bien connaître :
    “Il n’est pas de sauveurs suprêmes
    Ni Dieu, ni César, ni Tribun”.
    Cela lui remettra les idées en place a priori.

    Signaler
    • julijo julijo

      que ce soit, hugo, d’autres encore, pottier, ou des références mythologiques, vous ne citez que des morts !!
      les élus sont nuls, les politiques sont (je vais abréger) : peu fiables…certains vous font planer à 500.000 unités scoville.
      alors dites nous, si vous le voulez bien, bralleisse, qui trouve grâce à vos yeux aujourd’hui ???

      Signaler
  5. MarsKaa MarsKaa

    Encore des commentaires hors-sujet…

    Signaler
    • julijo julijo

      mais non, pas forcément.
      je trouve l’article très intéressant. d’autant plus qu’il est quand même rare de parler de ces quartiers dans les journaux en dehors de faits divers.
      et bien sûr je ne suis pas étonné des scores . il y a 2 ou 3 dizaines d’années, la busserine faisait partie des “trois cités” picon, busserine et fontvert habitées par une population ouvrière, éminemment respectable, et très organisée, très solidaire. à l’époque c’était le PC qui dominait, (billoux, puis hermier..).puis les électeurs ont un peu basculés FN, pour revenir plus à gauche.
      il est toujours très intéressant d’entendre ces habitants qui ont vraiment des choses à dire sur leurs conditions de vie.

      Signaler
  6. Brallaisse Brallaisse

    Cher Julijo,
    Votre doigt a sûrement glissé,mais un H majuscule à Hugo ne coûte pas plus cher.
    Mes références sont anciennes ,oui vous avez raison, mais les présentes sont tellement insignifiantes que je préfère m’en passer et faire appel aux classiques grâce auxquelles j’ai été formé, question de génération.BHL, Onfray et autres ,non merci.Je préfère rester avec mes Desanti,Alain, Braudel,Aron et les anciens.Ils sont moins bien coiffés mais plus consistants.
    Question personnel politique,je ne parle même pas des régionaux.Pour les nationaux ,je vais vous dispenser de la liste à la Prévert ou la Devos ( encore des morts), car entre les extravagants et les merveilleuses nous pourrions faire un spectacle.Mais je suis conciliant, certains mériteraient un traitement chez Bigard.Zemmour serait bien à sa place, il est au delà de la vulgarité.
    Un peu de patience,j’y arrive à ce que je conçois.
    Le Pen qui se présente comme féministe et ne vote aucune loi au Parlement en leur faveur.Le Pen qui se dit pro Ukraine et qui refuse de voter à Bruxelles systématiquement les aides à ce pays.Je n’ose même pas parler de ses compétences en économie,je ne sais si elle aurait un Bac B ( économique pour les plus jeunes). Je n’aborde la concernant ses positions racistes, je risque d’être vraiment vulgaire à son egard.Puis mon” ami” Melanchon. Je ne vais pas me moquer de lui,je le fais suffisamment,il est l’erreur de casting incarnée.
    Il n’est pas les “Gauche”.Son fond politique est toxique car communautariste, il est du passé, clivant et manque d’ouverture d’esprit.Pas assez ouvert c’est sûr et vit sur un schéma de pensée d’il y a quarante années.Il n’intègre pas le fait que la Gauche française est plus large que son égo et son appétit de pouvoir.
    Reste Macron.Soyons clair,ce n’est ni l’Alpha,ni l’Omega de la politique.Il est européen contrairement aux deux autres.V’edt bien à mes yeux.
    Ce n’est pas le moins pire, je n’aime pas cette expression d’ailleurs,c’est le plus construit.
    Alors, je vais voter Macron, mais,car il y a toujours un mais, les législatives devraient apporter certains correctifs à cette élection et ce qui est une excellente chose.Aprés aux parlementaires à faire leur boulot,enfin,et de ne pas être des godillots.
    NB :Merci a Marsactu, de donner cet espace de discussion et d’échanges.

    Signaler
    • julijo julijo

      nobody’s perfect !!

      et oui merci à marsactu mais surtout merci aux lecteurs…..

      nb : je mets rarement de majuscules…….

      Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    De la subversion sans doute😁😁😁😁😁😁😁

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire