Habitat en péril : le réveil soudain de la mairie pousse 1130 Marseillais hors de chez eux

Actualité
Violette Artaud
21 Nov 2018 8

Alors que le nombre d'évacués augmente de jour en jour, les procédures qui doivent lever le doute sur l'état des immeubles peinent à suivre. Laissant propriétaires et locataires dans l'inconnu.

Des occupants d'immeubles évacués après les effondrements de la rue d'Aubagne. (Image BG)

Des occupants d'immeubles évacués après les effondrements de la rue d'Aubagne. (Image BG)

Depuis le drame de la rue d’Aubagne, 1134 personnes ont été évacuées de leur logement. Sur le terrain, victimes ou fonctionnaires, personne ne nie la situation de crise. Face à cette vague d’évacuations déclenchée par la crainte d’une deuxième catastrophe et un principe de précaution poussé à l’extrême, la réalité administrative, elle, peine à suivre. En témoigne la comparaison du nombre d’arrêtés de mise en péril actés depuis le 5 novembre et celui des immeubles évacués. Censés officialiser l’évacuation d’une partie ou de la totalité d’un immeuble, 12 arrêtés de péril imminent ont en effet été pris depuis le drame. Un chiffre dérisoire face aux 144 immeubles évacués.

Signalement, arrivée des secours, visite des services de la Ville, venue d’un expert judiciaire, arrêté de mise en péril. Voilà le processus qui conduit à l’évacuation des habitants, jusqu’à ce que les travaux nécessaires à la sécurité soient réalisés. Parfois, lors du passage des services de la Ville et des pompiers, des évacuations préventives ont lieu en attendant qu’un expert judiciaire vienne confirmer ou infirmer le risque. “En temps normal, entre le passage des services de la Ville et celui de l’expert, il y a 24 heures. Aujourd’hui, ce délai est largement dépassé. Le temps pour lever le doute est beaucoup plus long”, concède, lassé, Julien Ruas, adjoint (LR) en charge de la sécurité. Et l’élu de préciser que ce délai est actuellement plus proche d’une semaine.

“Pas de renfort”

Alors qu’il espère que la crise va “s’estomper avec le temps”, Julien Ruas insiste : “Nous n’avons pas de renfort. Des experts des juridictions voisines ont été sollicités mais ils réalisent deux ou trois visites dans la journée puis rentrent chez eux. Ils ne sont pas détachés ici. Quant aux experts envoyés par l’État, ils n’ont pas encore commencé leur mission”61 expertises ont eu lieu depuis le 5 novembre qui ont entraîné 12 arrêtés de péril. Mais certains cas sont toujours en cours d’étude. “Sur ces dossiers, nous attendons aussi un certain nombre de rapports des experts”, confirme Julien Ruas.

Patrick fait partie des 1134 évacués. Ce dimanche, comme le week-end dernier, les pompiers sont passés à plusieurs reprises dans sa rue pour contrôler l’état des immeubles. Cela n’a pas vraiment perturbé le quotidien de cet habitant du centre-ville, jusqu’à ce dimanche soir. “Ils nous ont évacué et ont bloqué la rue, raconte Patrick. Les voisins de l’immeuble mitoyen étaient inquiets, ils ont fait un signalement. Après les pompiers, un gars qui s’est présenté comme un ingénieur de la Ville est venu voir une fissure entre nos deux immeubles et a décidé d’évacuer notre immeuble”.

“On voudrait régler ça vite mais on est bloqué”

Dans l’attente du passage d’un expert judiciaire pour définitivement lever le doute sur les risques éventuels pour les occupants, propriétaires et locataires sont censés pouvoir s’en remettre aux services de la mairie, via un numéro d’urgence mis en place depuis le drame de la rue d’Aubagne. Mais depuis dimanche, Patrick n’a aucune information. “On nous dit de rappeler, que la situation va être réglée au plus vite. Parfois on bascule même notre appel sur les lignes d’Allô mairie”. Après les sinistrés et évacués de la rue d’Aubagne, c’est au tour de centaines de Marseillais de se retrouver à leur tour plongés dans le désarroi.

Les voisins de Patrick, eux, sont à bout de nerfs. “On se sent responsables, expliquent les propriétaires de l’immeuble mitoyen. Notre locataire a été gagnée par la psychose. Elle nous disait que des fissures étaient apparues. On a voulu bien faire pour la rassurer, on a prévenu les secours. Résultat, tout l’immeuble voisin a été évacué et nous n’avons aucune information sur ce qui se passe vraiment.” Si les services de la mairie ont indiqué à ces propriétaires qu’un expert judiciaire passerait dans les 24 heures, ce dernier n’est, sans grande surprise, toujours pas venu. “Nous étions prêt à mandater un expert privé. Dans un premier temps la mairie nous a dit oui, et puis nous a rappelés pour nous dire non. En fait, les gens a qui on s’adresse ne savent pas ce qu’il faut faire”, poursuit l’un des propriétaires.

Pour faire avancer les choses, ces derniers ont décidé de faire venir ce lundi une entreprise de travaux en bâtiment. “Ils nous ont dit qu’ils n’avaient jamais vu une rue bloquée pour ça, qu’en une demi-journée le problème était réglé. Mais la Ville nous dit que sans rapport d’expert on ne doit rien faire.” Pour l’heure, les propriétaires en question ne disposent d’aucun document, d’aucune information sur les délais. “Nous appelons constamment mais personne ne nous répond ou alors c’est pour nous mentir! On voudrait régler ça au plus vite mais on est bloqués, on culpabilise, on dort mal”, lâche l’un d’eux avant d’éclater en sanglots.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire