[Été 73, crimes racistes en série] La grève générale en réponse à la haine

Série
le 18 Sep 2023
3

À partir d'août 1973, Marseille est le théâtre d'une série de meurtres racistes. Ces évènements sanglants coûtent la vie à au moins 17 personnes en quelques mois. Pourtant, cette histoire peine à s'écrire. Un demi-siècle plus tard, Marsactu replonge dans cet été meurtrier. Dernier épisode : quand la mobilisation spontanée et massive des travailleurs immigrés réplique à l'horreur.

Une affiche appelant à la grève générale du 3 septembre. (montage Marsactu)

Une affiche appelant à la grève générale du 3 septembre. (montage Marsactu)

En remontant les sources de l’époque, il semble que personne ne l’avait vue venir. Et pourtant, elle a bien existé. Le 3 septembre 1973, une grève massive des travailleurs arabes de Marseille et des alentours vient répondre à la vague de meurtres qui a touché des ressortissants algériens au cours des semaines précédentes. Une mobilisation […]
Vous voulez lire la suite ?
Abonnez-vous à Marsactu
Les coulisses de Marsactu
Parmi les ressources qui nous ont permis de réaliser cette série qui peuvent permettre de prolonger le sujet : le livre de Rachida Brahim, La race tue deux fois, le roman de Dominique Manotti, Été 73, ainsi qu'un documentaire, Marseille mémoires vives désormais en accès libre, le livre du journaliste Alex Panzani, Les dossiers noirs du racisme dans le midi de la France, ainsi que le documentaire Marseille 73, la ratonnade oubliée, par Morad Aït-Habbouche et Hervé Corbière.
Lisa Castelly
Journaliste

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Happy Happy

    Bravo pour cette série indispensable ! Les combats des opprimés pour faire reconnaître leur dignité sont une leçon pour tous. C’était il y a 50 ans seulement et tout à été fait pour recouvrir de mépris puis d’oubli le juste combat de ceux qui sont toujours assignés à travailler dur et à se taire sous les insultes et les agressions.

    Signaler
  2. kukulkan kukulkan

    merci pour ces article. Quel scandale que la Ville n’ait prévu aucune commémoration…

    Signaler
  3. Jacques Gelin Jacques Gelin

    Votre série sur ce sujet est vraiment superbe et nécessaire. Le qualificatif de “spontanée” dans le chapô de l’article à propos de la mobilisation est peut-être exagéré.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire