Rue d’Aubagne : la mairie avait bien reçu un rapport alarmant en septembre

Alerté
Bref
le 13 Déc 2018
9

L’émission Envoyé Spécial diffusée ce jeudi soir à 21h sur France 2 revient sur les circonstances de l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne. Une enquête d’une trentaine de minutes avec quelques révélations et des témoignages inédits. On apprend ainsi que le rapport alarmant d’un expert établi en septembre, quelques semaines avant le drame avait bien été communiqué à la Ville de Marseille.

Julien Ruas, adjoint à la gestion des risques, assure face caméra n’avoir pris connaissance de ce rapport qu’après la tragédie. Mais cette version est contredite par un mail envoyé par les services techniques de la Ville, révélé par Envoyé Spécial, qui accuse la bonne réception du rapport : « nous sommes de nouveau alertés par M. (…) dans le cadre de sa mission pour les désordres qui frappent les immeubles » 65 et 67 rue d’Aubagne. Ces mêmes services avaient été alertés une première fois par le même expert, en 2014.

Le rapport en question, déjà évoqué dans la presse, expliquait que la façade du 65 s’était « affaissée verticalement de 5 à 8 centimètres », ou encore que le mur mitoyen entre les numéros 65 et 67 était « fortement gonflé à sa base ». Il concluait sur un « désordre structurel » et un « risque à court terme » pour les habitants.

 

Source : Envoyé Spécial

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Donc ? Qu’a vraiment fait l’élu délégué (son profil public sur Linkedin https://www.linkedin.com/in/julien-ruas-89967514a indique qu’il est directeur d’EPHAD et Président régional de la Croix Rouge mais met en première ligne son activité politique, il doit donc vraiment s’y consacrer) ?
    Soit il n’a rien fait et il a une responsabilité accablante.
    Soit il a essayé de faire quelque chose mais dans ce foutoir qu’est la gouvernance politique et l’administration municipale son action n’a servi à rien. Alors il faut qu’il se sauve et sauve son honneur en arrêtant de respecter l’omerta.

    Signaler
  2. carole joseph carole joseph

    Bon alors maintenant ça va ? ça suffit comme Preuve ? Quand les bonnes personnes vont elles enfin être vraiment mis en cause ? ou il faut encore faire venir un énième expert payé rubis sur ongle ?

    Signaler
  3. patrick patrick

    oh putaing Juju tu l’avais pas lu le rapport…, faudrait voir à quitter ton poste.

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Finalement, Gaudin est un peu notre Henri Queuille à nous, qui a tenté de mettre en pratique cette célèbre phrase : « Il n’est pas de problème qu’une absence de solution ne finisse par résoudre ».

    Dommage, ça a foiré dans la dernière longueur. Mais il suffisait de lire ces mots : « risque à court terme » pour comprendre que ça allait foirer.

    38 jours après les conséquences de cette incurie, on attend toujours les démissions qui s’imposent.

    Signaler
  5. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Bien sûr ! Après avoir vu « Envoyé Spécial » soit l’Adjoint doit démissionner, soit le Maire doit lui retirer sa délégation, mais le statu quo n’est pas admissible !

    Signaler
  6. Renaud Marie Leblanc Renaud Marie Leblanc

    Mais vous verrez qu’il ne se passera rien, terriblement rien, comme d’habitude!

    Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Une caricature d’élu, cet adjoint marseillais.
    Au courant de rien comme d’habitude dans son bureau à la mairie , bureau qui lui même est une caricature : drapeau tricolore, l’adjoint en photo en diverses circonstances, maquettes du bataillon mes marins pompiers de Marseille, etc.
    Je me la joue élu de la nation , mais face aux responsabilités ?.
    Look « Belle Jardinière » et le gel dans les cheveux.
    Le parfait mannequin pour le salon des collectivités.
    Comme quoi , quelquefois l’habit fait le moine.

    Signaler
  8. corsaire vert corsaire vert

    bravo ! tous ces commentaires font plaisir !
    Sous la dent d’ Elise Lucet il sera dur de s’en sortir !
    Pour les victimes de Strasbourg , presse, gouvernement, élus y sont allés de leur commentaires en accusant à demi mot les gilets jaunes d’avoir monopolisé les forces de police en réclamant la mise à mort du coupable , mais pour nos 8 morts , quelle justice ?
    Les coupables sont en liberté, paradent , et continuent à jouir de leurs privilèges …
    On va encore nous sortir la justification des lâches  » responsable mais pas coupable « .
    il est vrai que Ruas n’a pas démoli l’immeuble à coups de masse …il a attendu que cela se fasse inévitablement tout seul !

    Signaler
  9. leravidemilo leravidemilo

    ça se confirme, mais il était évident que la démission de fructus et de ruas de toute sleurs délégations s’imposait, et pas qu’un peu, dans la semaine qui suivait le drame et lors qu’apparaissait son terrible bilan. Non seulement ils n’ont pas bronché, mais ont reçu le pire des réconforts de Gaudin, qui leur renouvelait sa chaleureuse confiance et sa meilleure estime, sur l’air de « ne me quittez pas ».
    Les voila condamner a subir les démentis successifs de leurs mensonges, et à entrainer l’ensemble de l’équipage par le fond.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire