Ricciotti condamné pour des infractions au code de l’urbanisme lors du chantier de sa villa

Villa
Bref
Benoît Gilles
23 Nov 2018 8

Rudy Ricciotti et son avocat Olivier Rosato

L’architecte du Mucem, Rudy Ricciotti, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 150 000 euros par an par le tribunal correctionnel de Toulon, indique Var Matin qui était présent au prononcé du jugement, ce vendredi 23 novembre. La justice lui reproche de multiples infractions dans le chantier de rénovation de sa villa à Cassis. Le tribunal est donc allé au-delà des réquisitions du parquet.

Cette condamnation ne sera pas inscrite sur son casier judiciaire et l’architecte n’aura pas à démolir les constructions jugées illégales. Les autres prévenus ont également écopé de peine de prison avec sursis et d’amendes pour un montant global de 120 000 euros (lire notre récit du procès).

Source : Var Matin

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Mine de plombMine de plomb

    C’est une régularisation à 150 000 euros ! Les constructions n’auront pas à être démolis, c’est quand même honteux. Tu paye et tu construit ce que tu veux, bien vue le génie.

    Signaler
  2. one liveone live

    Collusion avec la mairie dés le départ……

    Signaler
  3. LNLN

    C’est quand même curieux qu’en 2 “BREF” et presque en même temps, nous voyons un Riciotti condamné pour son bâti illégal capable de signer une tribune sur le mal-logement ….
    C’est de la provoc ? Du cynisme ? Du génie peut-être…..

    Signaler
    • julijojulijo

      …de l’arrogance ? ou tout simplement de la connerie…
      Ils sont tellement “hors sol” !

      Signaler
  4. AthenaAthena

    Ben oui pas inscrit au casier comme çà il pourra continuer d être l architecte chouchou des marchés publics marseillais… mais non et non les cabanons de la pointe rouge c est ILLEGAL puisque on vous le dit…
    Selon que vous soyez puissants ou misérables les jugements de cours vous feront blancs ou noirs
    LAFONTAINE

    Signaler
  5. barbapapabarbapapa

    Régularisation à 150000 euros, avec un casier vierge de chez verge, c’est pour lui comme 2 euros dans ma poche, in-justice, permis de bâtir à sa guise sur le calcaire immaculé de la Presqu’île des Calanques

    Signaler
    • LNLN

      “vierge de chez verge” ? Lapsus ? Doigt qui dérape ? Moi vu la vulgarité d’une telle histoire, je rajoute un bon gros : “et mon vié!!!!” J’en ai vraiment trop marre. (Oui je sais, c’est pas top. Pardon…)

      Signaler
    • AssedixAssedix

      Enfin quand même, 150000 euros et 4 mois avec sursis… il faut voir la taille des travaux entrepris mais j’ai du mal à trouver ce jugement particulièrement clément, d’autant plus que le tribunal a dépassé les réquisitions du parquet.
      Ce qui me paraît scandaleux en revanche, c’est qu’on fasse encore sans arrêt appel à un type qui affiche un tel mépris pour le code de l’urbanisme (et de l’environnement). Cf l’article de Clara Martot.

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire