Municipales à Marseille : Jean-Luc Mélenchon réunit ses troupes vendredi

Communale
Bref
le 9 Déc 2019
18

Il l’avait annoncé après sa tentative de médiation des forces de gauche mi-novembre, Jean-Luc Mélenchon donnait un mois à l’union pour prendre forme, au-delà de quoi la France insoumise pourrait bien changer de cap. L’échéance approchant, une assemblée communale du mouvement vient d’être convoquée pour ce vendredi 13 décembre. La présence du député de Marseille est annoncée aux côtés des militants locaux qui auront donc à se prononcer sur la stratégie à tenir.

Ces derniers jours, les tensions entre Insoumis au sujet de la participation au Printemps marseillais, le mouvement d’union de la gauche, se sont de nouveau réveillées. L’un des deux représentants de la FI au comité de pilotage du mouvement, Hendrik Davi, a même claqué la porte la semaine dernière. L’ancien candidat aux législatives dit craindre la nomination imminente d’un socialiste, en l’occurence Benoît Payan comme tête de liste et s’y oppose, voyant là « une machine à perdre ». Une prise de distance soutenue par l’un des deux chefs de file de la FI pour les municipales à Marseille, Mohamed Bensaada. « Le choix d’une tête de liste du Parti socialiste n’est un signal ni d’unité, ni d’efficacité », écrit dans un communiqué celui qui s’est toujours tenu à distance du Printemps marseillais, contrairement à son binôme Sophie Camard.

Actualisation le 10 décembre : l’assemblée communale se tiendra vendredi 13 décembre et non pas samedi comme écrit dans un premier temps.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Pythéas Pythéas

    Ah bon ? Payan aurait été désigné comme tête de liste par le Printemps Marseillais ? J’ai dû louper un épisode… ou mes amis du PM me racontent des bobards…
    J’ai entendu parler de binôme avec Sophie Camard, pas plus, semble-t-il.
    Investiguez svp, Marsactu…

    Signaler
  2. leravidemilo leravidemilo

    Ben, j’ai eu de mon coté quelques échos (certes partiaux) comme quoi il en serait de plus en plus question… Et si quelqu’un comme Hendrick Davi claque la porte, c’est quand même pas quelqu’un connu pour son étroitesse de vue, et c’est pas vraiment bon signe. Pour ma part, je ne peux que répéter ce que j’avais écrit d’emblée, lors de la constitution du Printemps marseillais : Compte tenu de l’histoire des dernières décennies de cette ville, et de la sienne propre, le P »S » marseillais a certes sa place dans ce rassemblement, mais pas comme on dit « toute sa place » et en aucun cas en tête de liste. Et une telle configuration serait effectivement une formidable
    « machine à perdre » proche d’un Hara Kiri, et source de bien des regrets (fort durables).
    Beaucoup resteraient à la maison, et je suis déjà inscrit sur cette liste là.
    Si les prémices indiqués dans cette brève devaient se confirmer, cela serait authentiquement dramatique, et pour un fort long « bout de temps » pour cette ville, ses logés, ses délogés…

    Signaler
  3. Opiniatre Opiniatre

    Typique de cette période où les gauches préfèrent se déchirer alors que cette ville est en demande d’alternative. EELV part faire sa petite cuisine dans son coin, et voici LFI qui fait le grand psychodrame. Payan est PS, la belle affaire. On ne parle pas de Hollande, encore moins de Guérini. Payan a fait le travail d’opposant, il est un des rares (le seul ?) à pouvoir incarner une candidature et aussi en capacité de piloter cette ville dont il connait parfaitement les rouages. On peut aussi prendre comme tête de liste un inconnu, qui n’aura jamais montré sa capacité à synthétiser, et qui se retrouverait demain à la tête d’une machine de 15000 personnes au budget d’un milliard d’euros. Qui voterait pour ce profil, à part les 200 personnes qui refont la monde cours Julien ? S’ils quittent le Printemps maintenant, ca fera 200 voix en moins, mais c’est sur la crédibilité, la cohérence et la compétence que se fera l’élection.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Je ne suis ni pour, ni contre Payan, bien au contraire : je ne le connais pas. Il me semble pourtant que l’étiquette PS qu’il porte toujours est un boulet, compte tenu de l’état de mort clinique de ce parti au niveau national, et de son état de décomposition avancée ici.

      Ses choix lui appartiennent, mais les choses seraient peut-être plus simples si Payan avait assumé une rupture nette avec ce parti, dont la crédibilité est d’autant plus faible qu’il est lui-même traversé de forces centrifuges. On n’est même pas sûr que la « ligne Payan » y soit majoritaire, quand on voit Mennucci lui savonner la planche, Levy-Mozziconacci soutenir ouvertement Agresti, sans parler de Ghali…

      Signaler
  4. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    En janvier 2018, LFI a créé son école du militantisme, sur Marseille aucun·e diplomé·e pour mettre en pratique cette formation ? (humour)
    Il devait sortir des émanations gazeuses à fort pouvoir civique et citoyen du volcan marseillais, qu’en est il ?

    Signaler
  5. patrick patrick

    mon choix est fait, pas de liste commune et large à gauche = vote blanc
    et quels que soient les listes en présences

    Signaler
    • Opiniatre Opiniatre

      Martine, sors de ce corps

      Signaler
  6. ALAIN B ALAIN B

    La tête de liste est certes importante mais ce qui est important c’est le fonctionnement de l’équipe municipale, la véritable démocratie et le travail réel des adjoints, le rôle des mairies de secteur, la relation avec les associations et les habitants
    Et aussi les orientations logements, écoles, aide aux associations…..
    Un maire doit-il rester 25 ans donc peut être 2 mandats seulement
    La discussion de tête de liste, bien sûr c’est important, mais c’est le discours de droite, nous devrions parler de programme, d’orientation mais c’est vrai que les médias ne s’intéressent qu’aux têtes de liste et n’aident pas à la réflexion sur l’avenir
    Les médias devraient comparer les programmes et tout au long du mandat pourquoi ceci n’a pas été fait, sinon aujourd’hui les candidats peuvent promettre ce qu’ils veulent et après je fais ce que je veux, c’est à dire par exemple la droite avec VASSAL continuera la politique de GAUDIN, nous le voyons par exemple avec la proposition d’un collège privé pour les « nouveaux arrivants » dans le 15ème avec EUROMED 2

    Signaler
  7. Palissade Palissade

    L’objectif est de gagner à gauche. Quelle est la meilleure stratégie ? Une liste unique. Qui en tête ? Payan.

    Signaler
  8. gastor13 gastor13

    LFI n’ eu de cesse que de savonner la planche d’une union la plus large possible, en téléguidant une partie du Pacte Démocratique, et maintenant en tentant de faire exploser le Printemps Marseillais. Le seul objectif de Mélenchon c’est qu’il n’y ait pas de gauche forte à Marseille, pour se présenter comme le seul vrai représentant de la gauche, le seul représentant du peuple. Il veut que LFI reste dans le rôle confortable d’opposant et ne surtout pas être aux manettes, comme tous les partis extrémistes. Dommage pour Marseille, mais on saura se souvenir longtemps face aux urnesde ceux qui auront sabordé cet élan qui donnait un réel espoir de changement aux Marseillais. Il est hors de question d’apporter ma voix à un groupe qui se permet de choisir seul ce qui est bon pour Marseille.

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Il importe de bien vouloir remarquer, que ce sont précisément ceux qui proclament « on saura se souvenir longtemps face aux urnes … » qui ont totalement oublié le rôle, les actions et leurs résultats, du P »S sur cette ville (et accessoirement au niveau national…). Votre mémoire est bien fortement sélective, ce qui ôte tout poids réel à votre menace et à votre grandiose « damnation ». Ou alors, elle est seulement déficiente, ce qui est pire encore pour la prendre au sérieux.
      Pour ce qui est de savoir qui se retrouvera seul, pour choisir seul, attendons la fin de l’épisode svp.

      Signaler
  9. guillaume_ guillaume_

    Question que j’aimerais poser à tous ceux qui ne veulent pas de Payan (dont je ne suis pas un soutien) :
    avez-vous un nom en tête de quelqu’un pour mener la liste ?
    Quelqu’un capable de se faire connaître de la ville en 3 mois et surtout qui VEUILLE y aller ?
    J’ai longtemps cru que ce profil allait émerger, mais…

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Rien n’a été fait pour faire émerger une tierce personne et tout a été fait pour éluder la question du leadership, probablement à dessein et faire en sorte qu’in extremis, les sympathisants du rassemblement de la gauche posent la question comme vous la posez et que le choix privilégié dès le départ par les promoteurs du Printemps Marseillais s’impose… Mais manifestement, cela n’a pas fonctionné comme prévu…
      https://marsactu.fr/agora/le-printemps-marseillais-passera-til-lhiver/

      Signaler
    • guillaume_ guillaume_

      @Laurent Malfettes, merci, votre article est très intéressant pour qui ne baigne pas dans ce milieu politique marseillais.
      Ce « parlement » auto-proclamé du Printemps Marseillais semble bien problématique, et on comprend mieux les réticences du Pacte Dem à son égard.
      Mais au sujet de la « tête d’affiche » : ce n’est quand-même pas le Printemps Mars qui a fait que personne ne se soit fait connaître du grand public au Pacte Dem ? Si des personnes avaient envie de « challenger » Payan, n’avaient-elles pas d’autres canaux que cette petite assemblée pour s’imposer comme alternative ?

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Il faut croire que personne ne s’est vraiment manifesté ou, si quelqu’un l’a fait, qu’il a été dissuadé. Le fait est qu’aucun autres noms que ceux de Benoît Payan et Sophie Camard n’ont circulé, donnant l’impression que les jeux étaient faits. Pour résoudre cette question épineuse de la tête de liste, j’ai proposé publiquement que l’on commence par désigner les colistiers, répartis également entre « habitués » de la politique et « citoyens aspirants », pour que ces 303 colistiers désignent ensuite ensemble leur chef.fe de file par un vote. Cela aurait eu le mérite de donner une légitimité au/à la candidat.e qui aurait ainsi été choisi.e par une voie démocratique. Je pense que les pressentis (Camard, Payan) gardaient toutes leurs chances avec ce dispositif et qu’ils en seraient sortis renforcés, mais apparemment, personne n’a voulu prendre le risque d’ouvrir le jeu… On voit le résultat : Martine Vassal mène le bal et la gauche va faire tapisserie toute la soirée…

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      @Laurent. Pendant un instant, lorsque EELV a décidé de suivre la stratégie du Vert solitaire, le nom de Michèle Rubirola a circulé pour la tête de liste de gauche – histoire de couper un peu l’herbe verte sous les pieds de Barles. Cette hypothèse n’a apparemment pas prospéré.

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      C’etait peut être un leurre ?

      Signaler
  10. barbapapa barbapapa

    Aïe aïe aïe, que de tambouille politicarde ici, on est très éloigné de l’enjeu : gérer la municipalité pour tous les marseillais, qu’il votent à droite, à l’extrême droite, à gauche et ailleurs… Que fait-on avec l’assainissement ? les tatas des écoles ? la piétonnisation du centre ville ? la RTM ? la police municipale ? les bateaux de croisière ? le syndicat FO ? les marchés ? etc.etc….

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire