“Mandat politico-mafieux”, Guérini attaque Muselier pour diffamation

Vexé
Bref
Violette Artaud
16 Mai 2018 1

“Jean-Claude Gaudin a-t-il fait un mandat de trop?”. Réponse de Renaud Muselier : “Deux mandats de trop. Le mandat précédent, c’était un mandat de cohabitation politico-mafieuse avec M. Guérini.” Cette phrase prononcée par le président de la région lors d’une émission de la chaîne Public Sénat le 24 janvier passe mal, apprend-on dans La Provence. Si Jean-Claude Gaudin n’a de son côté pas engagé d’actions en justice, Jean-Noël Guérini a lui attaqué en avril Renaud Muselier pour “diffamation publique envers un citoyen chargé d’un mandat public.”

L’actuel sénateur et ex-président du conseil général des Bouches-du-Rhône réclame 50 000 euros au titre du préjudice moral et 50 000 euros pour le préjudice de notoriété. Pour sa défense, Renaud Muselier a fourni au dossier des pièces quelque peu étonnantes : outre une série d’articles de presse et un rapport interne de la commission d’enquête du PS sur le fonctionnement de la fédération des Bouches-du-Rhône, Renaud Muselier a apporté à l’instruction des extraits de la procédure pénale de 2009 dans laquelle Jean-Noël Guérini a été mis en examen. Son avocat a promis de justifier la raison pour laquelle l’élu dispose de documents liés à une procédure pénale en cours. L’audience a été fixée au 10 juillet.

Source : La Provence

A la une

À Marseille, l'”ancien monde” ne craint plus La République en marche
Poignées de main chaleureuses, cigarillo aux lèvres, petites blagues décontractées, Dominique Tian est ici chez lui et il entend bien le montrer. Vendredi 12...
Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. libegafralibegafra

    50 000 euro pour préjudice de la notoriété du président de la Farce du 13 ? Ca devrait suffire à la justice pour débouter le requérant.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire