Les agents des sports municipaux veulent interpeller sur leurs conditions de travail

revendications
Bref
Thibault Barle
14 Juin 2018 4

Quand une équipe de foot finit son match à 21h30 et que l’agent est censé terminer son service à 22h, en réalité il ne part pas avant 22h30.” Cette demi-heure là n’est jamais payée selon Lionel Alaimo délégué syndical Force ouvrière. Lors d’un rassemblement prévu lundi, dans le cadre d’un préavis de grève, les agents souhaitent interpeller l’administration sur leurs conditions de travail.

Dans le viseur du syndicat FO, à l’origine de cette journée de mobilisation, des problèmes liés au temps de travail, en cours de négociations dans l’ensemble des services municipaux. Les agents réclament entre autre la redéfinition des missions d’astreinte en missions de travail effectifs, le paiement des heures supplémentaires, ou encore la possibilité de poser les RTT ou autres congés, hors période scolaire. Après les chauffeurs, les musées, les précaires des écoles, le nouveau préavis intervient alors que Force ouvrière s’oppose à la réforme en cours et entend négocier les dérogations à la règle des 1607 heures annuelles. Ce jeu de positions intervient dans une année électorale pour les syndicats de la fonction publique territoriale.


A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. LaPlaine _LaPlaine _

    Bon, alors donc ces agents ne bénéficient pas des heures supplémentaires automatiquement intégrées dans le salaire mensuel? Vraiment deux poids deux mesures chez FO… Çà fait tout de même mal au cœur cette non reconnaissance des conditions de travail extrêmes dans cette ville… J’ai bien noté également les RTT et la rubrique “autres congés”…

    Signaler
  2. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Et oui il y a visiblement des FO qui sont plus FO que d autres.@
    L ingenieur ferait il de la discrimination negative?

    Signaler
    • LaPlaine _LaPlaine _

      Bien possible dans cette empire démoniaque et dégénéré.

      Signaler
  3. Electeur du 8eElecteur du 8e

    La phrase selon laquelle FO “entend négocier les dérogations à la règle des 1607 heures annuelles”, en clair, veut probablement dire que ce “syndicat” entend que l’exception devienne la règle, et que la règle devienne l’exception. On est tout de même à Marseille, où la loi commune ne peut pas s’appliquer car, ici, il y a des “traditions”.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire