La Ville de Marseille prépare le dédoublement des classes de CP en REP+

Divisions
Bref
Lisa Castelly
14 juin 2017 3

Alors qu’elle a renoncé à repasser à la semaine des quatre jours dès septembre, la Ville se prépare en revanche à appliquer dès la rentrée une des mesures phares du programme éducatif d’Emmanuel Macron en septembre : le dédoublement des classes de CP en secteur REP+. Alors même que le décret promulguant la mesure n’as pas encore été publié, la mairie se prépare à accueillir dans les écoles de secteur prioritaire 12 élèves par classe de CP, soit à peu près la moitié de leurs effectifs actuels.

La mairie table sur l’ouverture d’au moins 34 classes à la rentrée, pour couvrir l’augmentation du nombre d’enfants inscrits de tous les niveaux. Marseille compte 75 écoles classées en REP+, et c’est l’inspection académique qui devrait établir prochainement la liste des classes concernées par le dédoublement dès 2017. Il est probable que l’ouverture de plus d’une centaine de classes soit nécessaire pour parvenir à ces dédoublements.

Les services municipaux se préparent donc à devoir trouver des locaux disponibles, ou à installer des « cloisonnements mobiles de qualité », ainsi que l’a annoncé ce mercredi matin Jean-Claude Gaudin lors d’une conférence de presse. Quant au recrutement des enseignants, le maire et son adjointe se dédouanent sur l’Éducation nationale :« chacun son problème », a estimé Danièle Casanova.

Mise à jour (tardive) le 26 juin 2017 : correction sur le nombre de classes à ouvrir

3
commentaires

  1. patrick patrick

    faut dire que la mairie avait vraiment merdé pour la mise en place des tap que maintenant ils anticipent. en plus il ne faut pas déplaire, la vague lrem arrive sur nos côtes

    Signaler
  2. julijo julijo

    Casanova et gaudin vont acheter 34 paravents…… bien moins coûteux que la mise en place des taps….

    Signaler
  3. LnP LnP

    Changements précipités, écoles non adaptées, corps enseignants non préparés, programmes supprimés, quelle rentrée espérer pour septembre ?

    Encore des solutions à la va-vite, souvent inefficaces, qui mettent en péril certaines actions menées sur le long terme auprès des enseignant-e-s et des élèves.

    C’est le cas du PRODAS (Programme de développement Affectif et Social) mis en place et développé depuis 12 ans par les équipes du Planning Familial 13 dans certaines écoles REP+ de Marseille, avec des résultats évalués, positifs et probants. Ce programme favorise l’expression des ressentis permettant de développer la connaissance de soi et favoriser une meilleure relation aux autres.
    L’éducation nationale a décidé cette année, de ne pas poursuivre ces actions dans les classes sous couvert de cette nouvelle réforme et des effectifs d’enseignant-e-s réduits.
    Avec le PRODAS, c’est l’affirmation de soi, la bienveillance, la confiance, le respect, l’autonomie (liste non exhaustive) qui sont travaillées. Ces compétences sont essentielles pour aider l’enfant à se construire sur des bases solides afin de lui permettre, de devenir un-e futur-e- ado mieux dans sa peau, conscient-e de ses capacités et de ses limites et donc plus à même, à l’âge adulte, de trouver sa place dans la société et d’être heureux-se.

    Quand va-t-on enfin comprendre que sans ce travail indispensable de fond, et non de forme, les réformes pourront toujours se succéder mais les résultats seront toujours décevants. La réforme concernant le changement des rythmes scolaires en est le parfait exemple…Parions que celle du dédoublement des classes suivra le même chemin.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire