La Ville d’Allauch a payé 175 000 euros pour défendre le maire Roland Povinelli en trois ans

Frais
Bref
Julien Vinzent_
19 Avr 2019 3

Mis en examen depuis 2015, notamment pour détournement de fonds publics, le maire d’Allauch Roland Povinelli (ex PS) s’est entouré de trois avocats pour assurer sa défense. Entre 2015 et 2017, la commune a déjà dû dépenser plus de 175 000 euros en honoraires, révèle Capital. Ce montant, qui correspond à plus d’un tiers des frais de contentieux de la collectivité, est relevé par la chambre régionale des comptes, dans un rapport provisoire sur la gestion de Roland Povinelli.

Au-delà du montant, “rien ne permet d’établir que la protection fonctionnelle accordée se limite aux seules procédures concernant M. Povinelli en sa qualité de maire”, notent les magistrats, cités par le magazine. La protection fonctionnelle, c’est-à-dire la prise en charge des frais d’avocats, se limite en effet à des faits liés à l’exercice des fonctions. Capital, qui fait le tour du vaste dossier Povinelli, cite cet extrait éloquent des écoutes judiciaires, lorsque sa directrice juridique l’alerte sur ce dépassement possible des limites : “Il n’est pas question que je paye.”

Source : Capital

A la une

Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...
L’ex-raffinerie de LyondellBasell de Berre attend toujours sa reconversion
Réparties entre quelques pins et d'immenses cuves d'acier, les dizaines de cheminées éparpillées à l’est de Berre-l’Étang font partie du paysage. Elles s'étalent sur...
Pour le théâtre Toursky, Richard Martin exige une rallonge de Jean-Claude Gaudin
Ils sont venus, ils sont tous là, rassemblés autour de Richard Martin sur la petite scène du Toursky. L'humeur est plus que jamais à...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Input-OutputInput-Output

    Merci à Marsactu de continuer à révéler ce que nos “décideurs” préféreraient garder sous silence… Mais à quand les gilets bleus et blancs pour dénoncer les méfaits et la gestion lamentable des politiques de la région marseillaise, tous bords confondus ?

    Signaler
  2. ptit-marinptit-marin

    allez, encore un PS13 dans l’embarra!!!
    pas le 1er et certainement pas le dernier.qu’aurait-on entendu et lu si les élus de droites avaient eux aussi fait régler leurs honoraires d’avocats par leurs collectivités…

    si c’est pas du 2 poids 2 mesures ça???

    Signaler
  3. PiouPiou

    Les décisions d’octroi de protection fonctionnelle aux élus sont prises par délibération de l’assemblée délibérante (ici, le conseil municipal, collectivement responsable…). On ne pense pas assez au pouvoir dont chaque citoyen dispose, en qualité de contribuable et électeur, de participer au fonctionnement de la démocratie en contestant (gratuitement) de telles décisions devant le juge administratif, un délai de deux mois à compter de leur publication. J’dis ça, j’dis rien, mais moi si j’étais allaudéenne, je ne m’en priverais pas…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire