La nouvelle patronne du centre commercial des Docks affiche sa feuille de route

Docks
Bref
Benoît Gilles
11 Mar 2019 5

Cindy Chagouri n’a eu que quelques mètres à faire pour découvrir son nouveau bureau. La nouvelle patronne des Docks village, le centre commercial installé dans le bâtiment emblématique de la Joliette, a commencé sa carrière aux Terrasses du port. En rejoignant Constructa, gestionnaire du lieu, la jeune femme doit relever un centre qui peine à décoller (lire notre article). Elle a confié sa nouvelle feuille de route aux Nouvelles publications.

Si elle se veut rassurante sur le décollage prochain de l’activité, elle ne méconnaît pas les ratés des premières années : “Il faut cinq ans pour stabiliser un nouveau centre. Nous sommes dans la troisième année”. Pour redresser la barre, il ne faudra pas compter de la manne des croisiéristes : “Ils ne représenteront jamais que 2 à 3 % de leur chiffre d’affaires”. Quant aux loyers que les commerçants trouvent trop élevés, elle estime que les Docks “font partie de la fourchette basse des centres commerciaux, avec un loyer entre 300 et 350 €/m2”.

Pour redresser la fréquentation du lieu, la nouvelle cadre de Constructa mise sur les synergies avec les entreprises qui nichent dans les étages, bureaux dont elle a également obtenu la gestion. Elle mise aussi sur la clientèle des bureaux installés sur le quartier depuis la mise en place du périmètre Euroméditerranée qui seront 45 000 à l’horizon 2020, insiste-t-elle.

Source : Les nouvelles publications

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. PierrePierre

    moi je travaille dans les bureaux.
    mais je vais pas dépenser de quoi faire vivre toutes les boutiques…

    Signaler
  2. Electeur du 8eElecteur du 8e

    La “manne des croisiéristes”, seulement “2 à 3 % du chiffre d’affaires” ? Mais je croyais que ces gens devaient sauver Marseille, son commerce, ses musées et son maire en déversant des sommes folles sur la ville…

    Au fait, qu’en est-il de cette étude qui devait objectiver la dépense moyenne d’un croisiériste à Marseille, du moins celui qui consent à sortir du navire : https://marsactu.fr/150-euros-de-retombees-croisieriste-etude-prouver/ ?

    Signaler
  3. ForzaForza

    Maintenant qu’on a compris que ce ne sont pas les touristes qui vont faire vivre Les Docks on va se résoudre à demander aux gens qui travaillent et habitent dans le quartier de quoi ils auraient besoin. En voilà une idée qu’elle est bonne 😉 A part ça je constate quand même que les seuls qui ont “survécu” sont aussi les meilleurs commerçants — donc ne mettons pas tout sur le dos des loyers. Si certains ont pensé qu’ils allaient faire jackpot en traitant leurs clients comme des “touristes” justement, ils se sont plantés, et c’est tant pis pour eux.

    Signaler
  4. patrickpatrick

    on ouvre des cc dans une ville dont les habitants n’ont pas d’argent et on se demande pourquoi cela ne fonctionne pas. et le cc du prado il fonctionne bien ?

    Signaler
  5. julijojulijo

    L’ensemble de CC de marseille et alentours proches est sinon en difficulté, au moins pas en forme…. olympique….!
    Alors cette rassurante patronne mise sur les “voisins”….bon !!
    Bon courage aux “voisins”
    Constructa devrait comprendre que marseille est une ville pauvre depuis qu’il tente d’y faire du fric .
    Encore heureux, personne a priori n’a dit que c’était de la faute des “gilets jaunes” !!

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire