La métropole rétropédale sur la piste cyclable du Prado

Déraillé
Bref
le 26 Mai 2020
26
Marquage de piste cyclable temporaire. Illustration : PID

Marquage de piste cyclable temporaire. Illustration : PID

Marche arrière toute. Une semaine seulement après la création d’une piste cyclable sur le Prado, la métropole a annoncé que cet aménagement à visée provisoire serait effacé dans la nuit de lundi à mardi. Pour la collectivité qui avait imaginé cette expérimentation en raison du contexte sanitaire, la piste cyclable tracée entre voie de bus et voie de circulation des voitures n’a « pas trouvé son public ». Un « faible trafic » qui traduit « une délicate cohabitation entre les différents mode de déplacement sur cet axe majeur », analyse la métropole. En revanche que la piste installée au même moment sur le haut de La Canebière s’avère « particulièrement concluante », poursuit le communiqué.

Pendant le démontage cette nuit, le collectif de cyclistes Vélo en ville a mobilisé une trentaine de militants sur place. « On a réussi à ralentir le démontage », indique Cyril Pimentel, coordinateur, qui dénonce « des méthodes de voyous : on envoie un communiqué de presse et on démonte dans la foulée ». Le démontage de ces équipements s’est tout de même poursuivi, en présence de policiers. « Ce n’était que des pistes transitoires, mais il est urgent d’avoir des équipements sur le Prado, déplore Cyril Pimentel pour qui la métropole a reçu « des pressions des partisans de la voiture qui ont fait qu’en quelques jours le vent a tourné ». Le collectif organise un nouveau rassemblement au métro Périer ce mardi à 14h30.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. LN LN

    Mais p… de m… de b… de m… de v… à c… nu !
    Mais pourquoi ?
    Mais qu’avons nous fait pour mériter ca ?
    600 000 euros la semaine !

    Signaler
  2. Simon BECHELEN Simon BECHELEN

    Franchement, même en connaissant l’incompétence de l’équipe en place, je reste surpris par leur rapidité pour l’enlever. Chapeau bas…
    On ne tombe pas dans le désespoir et on prie religieusement pour que Marseille se réveille le 28 juin.
    Sinon, je pense que ces pistes n’étaient pas idéales puisque les voies de bus auraient pu être autorisées pour les cyclistes ou bien que les contre-allées pourraient être suffisamment apaisées pour permettre la cohabitation. Avant de peut être réfléchir à une piste propre en décalant le stationnement des voitures d’épis en créneaux.
    Quel aménagement serait idéal à vos yeux sur le prado? (Prado 1 et prado 2)

    Signaler
    • petitvelo petitvelo

      Clairement faire respecter le 30 des contre-allée est LA solution, et bien faire comprendre aux dangers motorisés que la piste « sur trottoir » n’est que pour la promenade dominicale ou les enfants de moins de 8 ans.
      Mais ça gêne quelques conducteurs qui veulent foncer en permanence… et donc on notera qu(au moins un ralentisseur qui a été rabaissé, que le radar à feu rouge (de la rue Fiolle ?) n’a pas de cousin de vitesse sur ces contre-allées, et que cette « essai de piste » était voué à l’échec cycliste, mais à un succès médiatique double : la métropole est verte & les cyclistes n’existent pas dans ces quartiers, réservons les pistes au 1er arrondissement.

      Signaler
    • Simon BECHELEN Simon BECHELEN

      Bien d’accord 🙂 Je pense qu’il faut interdire le dépassement et sanctionner sévèrement toute infraction. On peut même envisager de limiter à 20 kmh. Il ne resterait alors plus qu’à sécuriser le croisement Perrier et alleluia!
      Si encore le 1er arrondissement était pourvu..

      Signaler
    • Latécoère Latécoère

      J’étais perplexe au départ mais j’ai trouvé que le résultat n’était pas mal. Je préfère ça aux solutions de partage d’espaces (sur le trottoir, avec les piétons, ou sur la contrallée avec les voitures) qui restent dangereuses. Si on veut des pistes cyclables « exclusives » ça réduit les solutions. Soit on accepte que le Prado soit en deux fois une voie pour les voitures, et alors je serais pour une piste cyclable centrale, ou c’est impossible et alors on peut imaginer « sacrifier » un des deux trottoirs pour le dédier au vélo. C’est un peu ce qui est fait sur Michelet, ou sur le deuxième Prado, même si ce n’est pas clair pour les usagers. Et il faut à tout prix, quelle que soit la solution envisagée, travailler sur la continuité, à Perier comme au Rond-point Du Prado. Suivre la piste cyclable qui descend de l’Obélisque au niveau du stade Vélodrome est un exercice que je conseille à nos prochains élus à l’occasion d’une sortie « sur le terrain ».

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Il y a eu un temps un projet de restructuration des terre-pleins, contre-allées et trottoirs en pied d’immeuble sur l’axe Prado-Michelet, très bien décrit ici : https://marsactu.fr/entre-castellane-et-luminy-la-metropole-lance-son-bus-b1-en-oubliant-la-moitie-des-travaux/.

      Bien entendu, le maire du 6-8, soucieux de rester au XXème siècle et de ne pas déranger les CIQ, a fait le nécessaire pour que ce projet soit oublié.

      Les trottoirs en pied d’immeuble sont en effet indignes : c’est une aumône faite aux piétons, virtuellement interdite aux fauteuils roulants, poussettes, et où il n’est même pas possible de se croiser.

      Ce qu’il faudrait, c’est transformer les contre-allées et les trottoirs adjacents en zone de rencontre où piétons et vélos sont prioritaires et où la vitesse des véhicules est limitée à 20 km/h, avec suppression du stationnement du côté des immeubles et suppression du dénivelé entre les trottoirs et la chaussée.

      Signaler
    • Simon BECHELEN Simon BECHELEN

      Latécoère, il y a aussi la possibilité de décaler les voitures garés près des contre-allées en les mettant d’épis en créneaux. C’est assez facile et assez peu couteux. Il aurait aussi été possible de faire ces belles pistes cyclables jaunes entre les trottoirs et les couloirs de bus, ça aurait été plus agréable.

      Merci pour l’article Electeur du 8e, je ne savais rien de ce projet!
      Le problème de ces transformations se résume à leur coût. Bien qu’elles soient souhaitables dans le futur, je préférerai allouer ces ressources à aux arrondissements délaissés qu’au secteur 6/8 où je réside pourtant. Pacifier les contre-allées serait alors le choix de la raison.
      Fauteuils roulants? Poussettes? Vocabulaire inconnu des services éminablement compétents!

      Signaler
    • Tarama Tarama

      Je penche pour votre solution : une piste en double sens en site propre, là où sont situés aujourd’hui les stationnement en épi (côté cinéma par exemple), et à hauteur de voirie, surtout pas sur le trottoir.

      Signaler
  3. leb leb

    Comme si une semaine pouvait suffire à changer des habitudes ancrées depuis des années. Il fallait laisser le temps aux gens de s’équiper et d’essayer, ce n’est pas en quelques jours qu’on peut apprécier la pertinence de ce type d’installation. Un bel exemple de lâcheté politique, doublé d’un scandale financier. On notera que quand ça sent la loose, la communication de Vassal se cache derrière un bien plus sobre « la Métropole ».

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    La-métropole-présidée-par-Martine-Vassal vient en tout cas d’innover radicalement sur un point, on oublie selon moi de le souligner : c’est probablement la première fois dans l’histoire du suffrage universel qu’on constate avant une élection, et non au lendemain de celle-ci, qu’une promesse électorale était un mensonge.

    Ca donne une idée de ce que valent les slogans du site publicitaire de la présidente de la-métropole-présidée-par-Martine-Vassal : aux côtés de #StopAuToutVoiture (on voit in vivo ce que cela veut dire : rien), on trouve en effet notamment #StopAuBéton (dont la crédibilité n’a échappé à personne) et #StopALaDestructionDuPatrimoine (la carrière antique de la Corderie s’en souvient encore).

    Signaler
  5. Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

    Il est certain qu’avec l’argent du contribuable on peut s’amuser et même financer sa campagne électorale.
    L’autre planque son argent en Suisse pour échapper à l’impôt et ne pas contribuer aux gaspillages de de sa collègue.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Pas si con , il sait à qui il a affaire !

      Signaler
  6. barbapapa barbapapa

    Il faut vraiment que l’équipe gaudin-vassal-moraine-et-les-autres soit aux abois pour faire conneries très dispendieuses en une semaine:
    1/ balancer des pistes cyclables nouvelles en supprimant d’importantes voies de circulation voiture sans aucune préparation !?!? même les verts de chez verts n’oseraient pas faire un truc pareil, c’est du terrorisme citadin ! Pour lancer un projet comme ça, on prévient un an à l’avance, que les gens pensent à se mettre au vélo, à en acheter un, à savoir où le garer, etc.
    2/ la peur au ventre, on n’assume pas ses décisions normalement purement réfléchies à 600000€ et on en gaspille à n’importe quel prix, en faisant travailler au pied levé de nuit pour défaire le truc????? Nous sommes gouvernés par une cinglée ?????

    Signaler
  7. Tarama Tarama

    C’était foireux, sur une avenue de 55 mètres de large il y a de la place pour tout le monde, même si là avec l’implantation des arbres, c’est compliqué.
    La stationnement en épi prend beaucoup de place, c’est là que ça se jouera : une piste cyclable en double-sens et en site propre, à la place des voitures stationnées.
    Le tout à hauteur de voirie, et surtout pas de trottoir.
    Ce serait un aménagement à moindre coût par rapport à une refonte totale de l’avenue.

    Là c’était un cadeau empoisonné (volontaire ?) fait aux cyclistes, qui aura surtout servi à démontrer pour les élus que « ça ne marche pas ».
    J’ai été très sceptique à la vue de cet aménagement et devant les réactions de joie des militants du vélo. L’issue était certaine.
    En attendant, quelle gabegie d’argent public.

    (Et ils ont juste arraché les plots, il y a des centaines de boulons qui dépassent désormais sur le goudron).

    Signaler
    • gastor13 gastor13

      Ne leur parlez pas des arbres, ça pourrait leur donner l’idée de les couper.. ils savent si bien le faire !

      Signaler
  8. Pierre Pierre

    Ça me rappelle l’autodestruction de l’oeuvre de Banksy juste après sa vente aux enchères …
    Vous avez vu une piste cyclable, il fallait voir une performance.
    Je ne vois pas d’autres explications.

    Signaler
  9. MarsKaa MarsKaa

    La peinture jaune a fait aussi son apparition soudaine sur le bd baille, sans crier gare. Cest fait en depit du bon sens, du coup ce n’est pas respecté, c’est dangereux pour tous, ça ne va pas durer.
    Encore une blague gaudinovassalique. Qui ne fait pas rire. Ils se paient notre tête, sur notre dos.
    A pleurer, à vomir.
    Pourvu qu’elle ne passe pas le 28.

    Signaler
  10. MarsKaa MarsKaa

    Et vous avez vu les pistes à angles sur le nouveau trottoir du jarret ? Vers le collège frayssinet/Lidl. Ceux qui ont fait le tracé n’ont jamais fait de velo. Et là ce nest pas du « provisoire ».

    Signaler
  11. Brallaisse Brallaisse

    Le verdict est très simple, cette femme n’est pas au niveau tout simplement.

    Signaler
    • kalev kalev

      Vous en doutiez ?

      Signaler
  12. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Une fois encore « ça coute un pognon de dingue « 

    Signaler
  13. FM84 FM84

    La preuve que l’on peut compter avec Madame Vassal pour changer vraiment la vie des marseillais. Après quinze jours d’essai seulement, on démonte tout! Ridicule!!!

    Signaler
    • Tarama Tarama

      Ce n’est pas 15 jours, les pauvres préposés aux plots s’échinaient encore pour les installer mercredi dernier.
      Cinq jours…

      Signaler
  14. patrick patrick

    encore une preuve que nous avons les gestionnaires les plus cons et de loin. les fous du volant ont encore eu gain de cause. quand une grande enquête sur la place de la voiture dans cette ville ?

    Signaler
  15. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    « Là où il y a une volonté, il y a un chemin », dit-on. Madame Vassal proclame sa volonté pour Marseille mais ne trouve pas le chemin pour tenir ses promesses. Où l’on voit qu’elle n’a pas le courage d’un Delanoë ou d’une Hidalgo qui ont assumé leur politique pendant 20 ans (et non huit jours) pour installer de nouvelles habitudes, en dépit des risques électoraux et des lobbys hurlants. Comment imaginer que sur un axe aussi large que le Prado, il n’existerait pas de solution pour satisfaire tout le monde ? Les propositions faites par les commentateurs sont convaincantes, le(s) chemin(s) existe(nt). Mais la volonté ?

    Signaler
  16. didier L didier L

    Cette mairie est pathétique … ils ferment plus vite les pistes cyclables qu’ils ouvrent les plages. J’ouvre, je ferme mais qui gère et prend les décisions ?
    Le lobby auto a dû jouer certes mais quand même et celui des chauffeurs de bus, FO peut-être !
    C’est incroyable, quand un ami m’en a parlé j’ai cru à un fake contre Vassal et bien non c’est bien vrai, alors que pour l’avoir emprunté plusieurs fois durant sa courte vie, cette piste cyclable m’a semblé utile et pratique, révolutionnaire même dans une ville comme Marseille car obligeant les voitures à rouler plus cool. Ce n’est pas au vélo de prendre garde au voitures, mais l’inverse, tant que la mairie ne défendra pas cette idée ce sera dur. En ville, la voiture pollue, est bruyante, occupe des m2, gâche le paysage etc … ( on l’a vu pendant le confinement, Marseille redevenait belle et paisible ) le vélo produit moins de nuisances, donc à un moment une mairie doit choisir, à Marseille l’équipe Vassal/Gaudin ou ce qu’il en reste n’y arrive pas. Lorsqu’on les connait un peu, ce n’est pas étonnant …
    Bon à ce rythme ce n’est pas gagné, derrière des villes comme Toulouse, Bordeaux, Grenoble, Lyon etc, sans parler de Bruxelles au nord, de Séville au sud et tant d’autres, Marseille,  » grande métropole du sud », a un peu/beaucoup de mal à entrer dans le XXIem siècle. La décapotable pour  » faire la corniche », le coude à la portière et les ray-ban sur le nez sont encore le standard, alors que c’est si agréable la corniche en vélo ! Mais que fait la mairie …

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire