Entre Castellane et Luminy, la métropole lance son bus B1 en oubliant la moitié des travaux

Décryptage
le 18 Sep 2018
22

Depuis la rentrée, le bus 21 est officiellement devenu B1, marquant la fin des travaux entre Mazargues et Luminy. Au passage, la métropole a reporté sine die le réaménagement de l'avenue du Prado et du boulevard Michelet, rognant sur les promesses d'un bus vraiment plus rapide que son prédécesseur.

« Première rentrée pour la ligne de BHNS B1 Castellane – Luminy ! » En ce 31 août, alors que des milliers d’étudiants s’apprêtent à retrouver le grand campus du sud-est de Marseille, le communiqué de la métropole est enthousiaste : après des années de chantier, ils disposeront avec ce bus à haut niveau de service (BHNS) d’« un mode de transport rapide, circulant sur une voie dédiée, en parallèle d’un trafic automobile souvent très dense sur cet axe ». Le B1 remplace ainsi l’ancienne ligne 21, qui était déjà l’une des plus empruntées du réseau RTM. Problème, il ne va pas beaucoup plus que son prédécesseur.

Sur la route de la fac, les abribus sentent le neuf, de même que les trottoirs, les pistes cyclables. Tellement neufs, que les poteaux censés porter les panneaux indiquant l’heure du prochain passage sont encore entourés de film plastique. Sur le Prado, en revanche, rien n’a bougé si ce n’est le nom de la ligne. De fait, c’est d’un semi-B1 qui a été mis en service. Seul le tronçon entre l’obélisque de Mazargues et Luminy a fait l’objet de travaux, soit 5,4 km sur les 9,7 km de trajet.

Aurait-on, très discrètement, oublié la partie entre Castellane et Mazargues ? « Ce n’est pas programmé, mais ce n’est pas abandonné », manœuvre Yannick Tondut, directeur général adjoint de la métropole chargé de la mobilité, interrogé en marge d’une conférence de presse. L’État, qui a accordé un financement de 3,4 millions d’euros (sur un total alors évalué à 52,5 millions), sera heureux de l’apprendre. Le projet constituait également un des engagements de la métropole dans le cadre du plan Campus, signé avec l’État et l’université.

Véhicule non prioritaire

Dans sa réponse officielle à Marsactu, la collectivité n’explique en rien ce coup de frein. Elle souligne par écrit que « la ligne B1 circule déjà depuis plusieurs années maintenant en site propre entre la place Castellane et l’obélisque de Mazargues ». Certes, sur le Prado et Michelet, il y a déjà un couloir de bus. Sauf qu’un BHNS, ce n’est pas qu’un bus filant dans son couloir. Pour améliorer leur rapidité, ces lignes bénéficient d’un système de priorité aux feux : le feu vert est déclenché automatiquement lorsque le bus arrive à proximité. L’enjeu n’est pas mince sur le Prado et Michelet : nous en avons compté 32 sur cette portion.

Entre Mazargues et Luminy, les arrêts ont été espacés. Pas ailleurs.

« Il est effectivement prévu de donner une priorité aux feux à cette ligne, néanmoins la métropole étudie actuellement l’intégration d’autres lignes comme la ligne 19, nous explique-t-on. Une décision votée en décembre 2017, un an après le démarrage prévu des travaux sur cette section. Or, la ligne qui rejoint la Madrague de Montredon passe par le Prado comme le B1. Ce qui complique un peu les choses avec deux bus prioritaires aux feux sur la même avenue.

Autre élément important pour gagner encore du temps de parcours : diminuer le nombre d’arrêt. Le BHNS en compte à peu près autant de stations qu’un tramway. La section Prado-Michelet devait passer de 18 à 11 arrêts, mis aux normes d’accessibilité. Là encore, l’absence de travaux signifie le statu quo. Les arrêts Obélisque et Michelet Blanc sont ainsi séparés par 100 petits mètres. Résultat : le B1 passe une bonne partie de son temps à l’arrêt.

Gain de temps pas évident

Malgré cela, le communiqué de la métropole continue de promettre que les voyageurs « gagneront 7 à 8 minutes » sur un trajet qui prenait à l’origine 34 minutes « aux heures de pointe », peut-on lire dans le dossier d’enquête publique. « Les gains de temps obtenus depuis sont déjà très significatifs », insiste la métropole. Et pourtant, un simple tour sur le site de la RTM permet d’en douter. La grille horaire est formelle. Pour les lève-tôt, le bus au départ de Castellane à 7 h met 29 minutes à parvenir au terminus, soit déjà deux minutes de plus que promis. À 7 h 30, il faut compter 31 minutes. À partir de 8 h 02 et jusqu’à 9 h, on atteint même 35 minutes. Le pic se situe le soir, dans le sens Luminy vers Castellane : 37 minutes soit… 3 minutes de plus que la moyenne annoncée. Le tout pour un coût de plusieurs dizaines de millions d’euros. En s’extrayant des bouchons sur 70 % de son trajet, le B1 gagne en revanche probablement en fiabilité.

Maire LR du secteur traversé, les 6e et 8e arrondissements, Yves Moraine ne semble pas mortifié par cette révision du chantier: « Je n’ai jamais été un grand fan du BHNS, j’aurais préféré une prolongation du tramway », souffle-t-il. Le BHNS a tout de même un point commun avec le tramway : il permet généralement de réaménager les axes traversés. C’était le cas du projet initial, dessiné par l’architecte Corinne Vezzoni, qui devait refondre « les terre-pleins, les contre-allées et les trottoirs en pied de façade ».

Sur le Prado, certains trottoirs vont rester étroits.

Il s’agissait pour l’essentiel de faciliter le passage des piétons, notamment les personnes à mobilité réduite. À certains endroits, le trottoir se réduit à 80 petits centimètres. Le projet visait un minimum de 2,5 mètres. Quant aux vélos, ils devaient bénéficier d’une bande sur le terre-plein un peu plus identifiée qu’aujourd’hui, où l’on peine à distinguer un quelconque marquage. Conservant les 4 voies centrales et élargissant un peu le couloir de bus, le projet prévoyait principalement de rogner sur les contre-allées, réduites à une voie, et le stationnement latéral. De quoi réveiller des hostilités ?

« Le Prado et Michelet ne nécessitent pas de travaux »

Dès la fin de l’enquête publique, en décembre 2013, la communauté urbaine de l’époque préparait le terrain à un enterrement. S’agissant d’« axes historiques et structurants de Marseille », le réaménagement « doit emporter l’adhésion de tous les usagers et riverains », justifiait la délibération. « Les études seront approfondies afin de concevoir un projet urbain concerté, prenant en compte l’ensemble des usages (marchés, terrasses commerciales, stationnement, circulations piétonnes et cyclistes) », promettait-elle.

S’il assure n’être pour rien dans ce blocage, Yves Moraine précise n’avoir « jamais demandé de travaux sur le Prado et Michelet. Les terre-pleins sont en bon état, la piste cyclable existe, l’aménagement actuel ne nécessite pas de travaux. Par contre, je pense qu’un jour il faudrait faire une étude pour supprimer les contre-allées et étendre les terre-pleins jusqu’aux immeubles. » Un nouveau Prado, plus ambitieux, plus cher, qui devrait en attendant geler tout autre projet.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Quelle honte ! Vendre pour un « BHNS » ce qui n’est qu’un bus, faire les choses en retard et à moitié : nous sommes bien à Marseille. Je confirme en tout cas que sur Michelet et Prado, ce faux BHNS passe plus de temps à l’arrêt qu’en circulation, que ce soit pour desservir des stations trop rapprochées ou pour respecter le feu rouge qui les suit immédiatement…

    Le gaudinisme crépusculaire nous permet de profiter de quelques perles. Hier : « si c’était facile… » ; aujourd’hui : “ce n’est pas programmé, mais ce n’est pas abandonné”. Pour les écoles, les piscines et les promesses électorales de 2008 et de 2014, c’est pareil, non ?

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Quant à l’excellent Moraine, toujours aussi pertinent, en se déclarant « pas fan du BHNS » et partisan d’une « prolongation du tramway » qui n’est pas prévue sur ce tracé au PDU, il est bien dans son rôle d’élu marseillais bagnolard : le statu quo, c’est bien, pourquoi s’embêterait-on avec de vraies pistes cyclables et un système de transport collectif efficace ?

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Nouvel exploit de Moraine qui, sans doute parce qu’il y a trop de pistes cyclables à Marseille, demande la suppression partielle de l’une d’entre elles. Pour quoi faire ? Pour faire plus de place à la bagnole. On ne s’en sortira jamais, avec cette équipe d’élus formatés dans les années 1970 et aussi agiles intellectuellement qu’un moteur diesel.
      https://pbs.twimg.com/media/DndW12uXgAE1tpJ.jpg

      Signaler
  2. one live one live

    Ta ta ta, lire Martine et le BHNS …….ça va filer !

    Signaler
  3. syds syds

    … « la piste cyclable existe » sur les Prado, nous dit Mr Moraine? Il faudrait peut-être qu’il emprunte lui-même un vélo, un de ces jours, pour voir à quoi ressemble cette piste cyclable fantôme!!!!
    Quant aux aménagements pour les vélos sur le tronçon entre Mazargues et Luminy, c’est encore une fois une piste partagée avec les piétons, à peine identifiable par ceux-ci, et vraiment pas à la hauteur de ce que devrait proposer une métropole pour promouvoir les déplacements en mode doux….

    Signaler
  4. barbapapa barbapapa

    Ces élus sont vraiment « crasse », et si des qualificatifs plus grossiers étaient autorisés, j’en abuserais. Il faudrait les condamner à prendre le BHSN Castellane Luminy le matin et Luminy – Castellane le soir pendant 6 petits mois, dépression garantie à l’arrivée. Et aussi les condamner à faire Castellane – l’Huveaune en vélo, il y aurait la Timone ou Saint Pierre à l’arrivée…

    Signaler
  5. Félix WEYGAND Félix WEYGAND

    Je me permets de raconter l’histoire de ces projets aujourd’hui si mal achevés. Au début des années 2000, les universités d’Aix-Marseille, réfléchissant à leur fusion avaient commandité une mission internationale d’experts académiques et scientifiques pour faire le bilan de leurs forces et faiblesses internes et menaces et opportunités externes. Le premier et le plus lourd problème pointé était externe : cette communauté universitaire étaient non seulement éclatée sur 2 villes mal reliées entre elles, mais de plus dans Marseille, séparée en de nombreux campus quasi-inaccessibles les uns des autres Même au sein du même campus (!) on ne pouvait pas aller de la fac de Saint Jérôme au pôle scientifique de Château Gombert en transport en commun !! Pour ne rien dire de Luminy où pourtant l’Université de la Méditerranée (Yvon Berland président) avait obtenu de solides financements nationaux (Valérie Pecresse ministre), dont nous voyons aujourd »hui les résultats dans le réaménagement réussi de ce campus.
    Le Conseil général d’alors s’était emparé de ce problème (une partie des voies, à l’intérieur de Marseille étant en fait des routes départementales, et l’élu délégué à l’enseignement supérieur d’alors ayant poussé avec énergie pour que cette question soit traitée) et ses services techniques avaient conçu le projet de BHNS de Mazargues à Luminy et de Saint Jérôme à Château Gombert.
    En 2008, ce projet figurait dans le programme électoral de la candidature de Jean-Noël Guérini, celui-ci espérait se retrouver il y a 10 ans la situation qui est celle de Vassal aujourd’hui : patron de la ville et de sa communauté urbaine tout en gardant le chéquier du CG. Aurait-il réussi que cette histoire de BHNS aurait pu être rondement menée par une administration compétente et bien coordonnée, assujettie à une autorité politique solide (même si je ne veux pas avoir l’air de passer ici sur ses défauts pour l’encenser).
    De fait c’est Eugène Caselli qui héritât du bébé à la tête de la communauté urbaine d’alors, le projet a quand même été lancé mais mené dans un contexte où les divergences politiciennes ville, CUM, Département rejaillissant sur la bonne coordination des services techniques n’ont pas favorisé sa bonne fin. Surtout dans les dernières années où l’administration communale a fini de sombrer et où la CUM sous la houlette de Tessier n’a fait que de gérer la situation laissée par Caselli sur fond d’opposition larvée avec Gaudin. La cerise sur le gâteau étant bien entendu le démantèlement de l’excellente administration technique départementale par Vassal qui achève de faire dysfonctionner les projets de ce type.
    Voici comment et pourquoi un problème diagnostiqué il y a 15 ans se trouve seulement en partie résolu aujourd’hui.

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Le BHNS de Saint-Jérôme à Château-Gombert (B3) est lui aussi inachevé depuis des années : mis en service en septembre 2014, il reste constitué de deux tronçons séparés (B3a et B3b), ce qui annule son intérêt.

      Pour aller du campus universitaire de Saint-Jérôme à l’école Centrale de Marseille, par exemple, il faut moins de 10 minutes en voiture, 15 minutes en vélo, et 30 minutes en prenant un bus, puis le BHNS B3b, ou bien le BHNS B3a, puis le métro, puis le BHNS B3b… C’est ce qui s’appelle « encourager le report modal »…

      Signaler
  6. julijo julijo

    c’est un truisme…(récurrent ??!!) ces élus, ces décideurs, ces ingénieurs….ne sont JAMAIS confrontés aux aléas des parcours en transports en commun !! Franchement, vous les prenez pour qui ? ils ne sont pas fous !
    Ils ont des responsabilités, eux ; ils ne peuvent pas perdre de temps, eux….Ils oublient juste que les élus sont normalement à l’écoute de leurs électeurs et des marseillais…..ils sont tellement occupés à autre chose !
    Oui, il faudrait voir moraine à vélo….encore que ce jour là, des flics bien intentionnés et avertis à l’avance feraient la circulation…..et si il n’y avait que moraine…..
    Toute la nullicipalité est dans le même état…..crépusculaire ! moribonde ?

    Signaler
  7. picto13 picto13

    Aucune vision municipalo-métropolitaine pour les transports non polluants. Par contre, des millions débloqués pour une autoroute urbaine des années 60 qui sacrifiera des parcs et des jardins pour amener encore plus de voitures vers la Pointe Rouge. On a 30 ans de retard sur les autres grandes villes, mais au lieu d’ essayer de les rattraper on fonce en marche arrière. En klaxonnant.

    Signaler
  8. Thierry Spanjaard Thierry Spanjaard

    Ce pseudo BHNS est une ineptie de bout en bout. Sur son parcours entre l’obélisque de Mazargues et le carrefour de Luminy, il oscille de droite et de gauche entre voie de bus et circulation sur la chaussée au milieu du flux automobile. Il est évident qu’il ne peut y avoir de gain de temps ainsi !
    Des élus compétents et intelligents (au vu des réalisations, je ne suis pas sur qu’il en existe à Marseille), auraient lancé un tramway, entièrement en site propre, faisable en se donnant la planification et le temps, l’avenue de Lattre de Tassigny étant frappée d’alignement.
    Ce tramway de Rond Point du Prado à Luminy permettrait réellement le désengorgement de l’entrée de Marseille, en desservant l’université et les implantations de plus en plus nombreuses à Luminy. Il donnerait également un accès digne de ce nom au Parc National des Calanques, qui apparait aujourd’hui sous doté et semi clandestin : pas un panneau de direction ne l’indique dans Marseille.

    Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      Ineptie ! A Marseille, on ne fait un tramway que si on a préparé le terrain en faisant un métro dessous…

      Signaler
  9. Un électeur du 9 ème Un électeur du 9 ème

    Ce soi disant BHNS n’a absolument rien changé malgré les dépenses importantes qui ont été faites pour le réaliser = gaspillage d’argent public + service déficient.

    De plus cette ligne 21 n’est pas emprunté seulement par les étudiants de Luminy et il faut bien préciser que ce bus articulé est tellement brusques dans ces mouvements de manoeuvre qu’il faut solidement s’accrocher àune rampe de soutient si on en a une sous la main, sinon c’est la chute assurée.

    Le seul projet raisonnable serait de limiter drastiquement la circulation automobile avec un vrai réseau de transports en commun. Supprimer les contre-allées qui font le charges de ces boulevard serait une perte de qualité de la ville (ce sont les seul boulevards dignes de ce nom). Ces contres allées ont le mérite de réduire un peu la densité de la circulation.

    Enfin a-t-on réalisé une étude d’impact de la circulation automobile, très denses de ces boulevards Michelet et Prado sur la santé des riverains : particules fines + CO2 = cancers.

    Signaler
  10. toine toine

    Aucun des pseudo BHNS marseillais (B1, B2, B3…) n’est est réellement un!
    Quant on a des élus qui sont incapables de planifier de simples (vraies) pistes cyclables, comment s’attendre à ce qu’ils prévoient les aménagement en « site propre » pour des bus! CQFD. Une nouvelle preuve de l’incompétence des équipes de Gaudin!

    Signaler
  11. LaPlaine _ LaPlaine _

    Donc on entourloupe financièrement le contribuable marseillais…et l’Etat pour sa contribution…. Ils vont rendre l’argent…? Le redéployer…?

    Signaler
  12. one live one live

    notons quand même l’excellentissime aménagement de l’entrée de l’établissement d’enseignement catholique dirigé par Monsieur l’adjoint……

    Signaler
    • Jean Pierre RAMONDOU Jean Pierre RAMONDOU

      Quel établissement ?
      Quel adjoint ?

      Signaler
  13. Voyageur Voyageur

    Avenue Delattre de Tassigny ?

    Signaler
  14. one live one live

    yes, ste trinité

    Signaler
  15. Brallaisse Brallaisse

    Sans déconner, ce qui m’étonne c’est que nos comiques de la mairie n’aient pas pensé au ballon dirigeable.
    Écologique. Économique, et surtout cela pourrait leur permettre de nous vendre un nième projet fumeux

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Ils sont déjà passés à autre chose , la RTM travaille sur des drones collectifs avec bistouriquette à échapement à gauche.

      Signaler
  16. MarsKaa MarsKaa

    Et pendant ce temps là, les annees passent, les étudiants et les universitaires galèrent tous les jours, mais on s en fiche. On a fait des annonces où l on se fait passer pour energiques, ambitieux pour « l avenir de Marseille », on empoche l argent, et on fait des soirées petits fours au bord de la piscine.
    Combien de voitures possède la famille de chacun des membres de l equipe Gaudin ? (et combien de trajets en taxi par mois ?).
    Ces gens détestent les transports en commun. Ils ne les prennent jamais.
    Et pour cause, ce n est ni rapide, ni confortable. Quelle idée de vouloir developper ces modes de transport ! Alors qu un trajet en berline, ou en mini, c est tellement plus classe…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire