La métropole annonce un pass unique pour les transports à 73 euros par mois

Sésame
Bref
Julien Vinzent
11 octobre 2017 2

La mesure est volontiers qualifiée « d’historique » par Jean-Pierre Serrus, vice-président de la métropole délégué aux transports. À partir de février 2018, il sera possible de circuler sur tous les réseaux de la métropole (métro, tram, bus mais aussi cars et TER) avec un abonnement unique. Le tarif de ce « pass métropolitain », présenté hier par le média Gomet’, est identique à celui du pass Navigo parisien (jusqu’à une augmentation récente) : 73 euros par mois.

Il y a tout juste un an, Marsactu avait calculé qu’il en coûtait plus de 200 euros pour pouvoir ainsi voyager à sa guise sur le territoire métropolitain [lire notre article]. Même dans un cas moins extrême, pour un pendulaire entre Aix et Marseille, l’économie est de 14,6 euros par mois, insiste Jean-Pierre Serrus. Notre article mettait aussi en avant le manque de fluidité de trajets plus ponctuels. Il faut par exemple 15,20 euros et 4 tickets différents pour effectuer un aller simple Carnoux – Salon. Le ticket à l’unité qui permettra d’y remédier est lui annoncé pour septembre 2018.

2
commentaires

  1. stephanecoppey stephanecoppey

    Très bien !
    Mais à quand, aussi :
    – le pass journée, le carnet de 10 tickets et les tarifs sociaux ?
    – l’application à l’ensemble de la région, qui ne coûterait pas plus cher aux collectivités, et ramènerait au transport public les adeptes (à 10 € ou moins) du car Macron, du covoiturage (ou de la voiture en solo) ?

    Signaler
  2. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Je trouve que la question posée par @stephanecoppey a du sens. Quand, s’agissant du prix du futur pass métropolitain, on fait référence au Navigo francilien (et pas seulement parisien !), on se compare à un titre de transport régional.

    Or, si l’on y regarde bien, la région PACA, c’est principalement trois métropoles, Nice, Aix-Marseille et (dès 2018) Toulon – les deux dernières faisant de plus en plus conurbation. Au total, celles-ci et la région gèrent la quasi totalité de l’offre de transport. Harmoniser tarifs et billettique de ces quatre autorités organisatrices n’est pas insurmontable et donnerait au transport collectif une simplicité, donc une attractivité, qui lui manquent un peu aujourd’hui. Bref, l’exemple francilien est reproductible ici.

    Mais sans doute faut-il faire chaque chose en son temps, après l’accouchement dans la douleur d’une autorité unique pour les multiples réseaux de transport de la métropole aixo-marseillaise…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire